Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Marvel Comics > Hulk > World War Hulk : Damage Control TPB

World War Hulk : Damage Control TPB

lundi 8 septembre 2008, par Mathieu Doublet

(Marvel Comics / Greg Pak & Dwayne McDuffie / Rafa Sandoval & Salva Espin)

Ce TPB contient :
- le one-shot World War Hulk : Aftersmash
- la mini-série World War Hulk : Damage Control


Ca n’est pas parce que Hulk s’est fait éclaté par la bande à Tony Stark, qu’il est redevenu Bruce Banner et qu’on l’a enfermé dans la Zone Négative que les choses sont terminées. Loin de là même, puisqu’il faut encore gérer tous les alliés du géant vert qui ne vont pas forcément se laisser faire. Certains personnages comme Tony Stark pansent leurs plaies, d’autres comme Misty Knight, cherchent un salut après le massacre qu’ils ont commis. D’autres comme Hercules, même s’ils ne sont pas enregistrés, font ce qu’ils peuvent pour que les choses n’empirent pas encore plus à New York.

Et après la dévastation verte, que faire ? Que se passe-t-il quand les super-héros arrêtent de se battre et qu’il faut tout de même recoller les morceaux et rendre les lieux qui ont abrité des combats à nouveau habitables ? On fait appel à Damage Control ; les pros de la reconstruction. Stark a un peu de mal à avaler la pilule : 164 millards de dollars, ça fait une sacrée somme. En réalité, il ne faut en trouver qu’une partie puisque le congrès américain avait prévu le coup et avait déjà constitué les "superfonds" en cas de catastrophe au sein de la grosse pomme.

Ce TPB de la série World War Hulk est contrairement à ce que l’on pourrait penser, plutôt positif et agréable à lire. Certes le one-shot Aftersmash n’est absolument pas drôle mais dès que l’équipe de reconstruction arrive, les choses reprennent une tournure réellement optimiste, les vannes pleuvent même quand la situation semble désespérée (à la fin de la mini-série, un ennemi pour le moins improbable fait son apparition). Il en ressort une espèce de climat à la She-Hulk (quand Dan Slott gérait la série) qui rend à nouveau la lecture de comic-book fun. Ajoutez à cela deux trois piques contre la politique éditoriale de Marvel par le responsable éditorial de la mini-série, et vous comprenez que les lecteurs peuvent enfin se détendre. Cela n’empêche nullement Dwayne Mc Duffie de passer une ou deux scènes plus tendues et qui restent logique avec l’état de l’univers Marvel.

On est aussi assez gâtés au niveau des dessins. Si la copie de Rafa Sandoval est pour le moins passe-partout sur Aftersmash, celle de Salva Espin sur Damage Control attire l’oeil. Un dessin rond, sympathique et réaliste. On est pas loin d’un Steve McNiven même si cela est certainement dû à la colorisation très proche de ce qu’on a pu lire sur Captain America ou Civil War.

Bref, ce TPB est pour moi, l’un des meilleurs à-côté de la mini-série principale, notamment parce qu’elle s’attache à ce qui se passe après des événements destructeurs. Elle place aussi quelques éléments bien solides dans la continuité et le background de l’univers. Pas des gros détails importants, mais des touches logiques (à défaut de réalisme bien entendu). C’est bien foutu, on ne s’ennuie pas une seconde et l’ambiance est assez légère. Que demander de plus ?


Pour acheter ce livre :

En VO : (notez le prix réellement peu élevé chez certains marchands du Marketplace)

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0