Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Z-Blog > Ciné-nanar > Maniac Nurses Find Ecstasy (1992)

Maniac Nurses Find Ecstasy (1992)

lundi 25 août 2008, par Mathieu Doublet

réalisé par Leon Paul De Bryun (sous le pseudo de Harry M. Love)
avec Susanna Makay, Hajni Brown, Csilla Farago, ...
(note : aucun acteur n’est crédité pour d’autres films sur IMDB.)

Fiche IMDB : Maniac Nurses Find Ecstasy (1992)


Tout se passe dans une clinique hautement gardée par des infirmières ayant des fusils bien lourds dans les mains. Cette clinique est dirigée par Ilsa, directrice dominatrice. Elle est aidée par Greta, qui est bien plus que sa seconde. Mais la relation amoureuse entre Ilsa et Greta est maintenant terminée. Ilsa a jeté son dévolu sur Sabrina, une jeune patiente blonde qui vit grosso modo dans une soif d’ultra-violence qu’elle canalise en lisant des comic-books. Il y a juste un léger problème : Sabrina est la fille d’Ilsa. La relation lesbienne et incestueuse est inconnue de la jeune fille mais pas de Greta dont la jalousie va la pousser à révéler le pot aux roses.

Maniac Nurses Find Ecstasy est certainement l’un des plus mauvais films estampillés Troma. Ce qui n’est pas peu dire. Le doublage en anglais approximatif indique qu’il s’agit d’un film distribué par Troma et qui n’est ni produit ni réalisé par la firme de Lloyd Kaufman et Michael Herz. Bingo : il s’agit d’un film belge. Et à lire sur les lèvres des actrices, on peut même dire qu’on est du côté flamand de la Belgique.

Il faut dire que Leon de Byun (également réalisateur d’un nettement meilleur Parts of the Family) réalisé un film court (1h15) qui ne remplit pas toutes ses promesses. A tous les spectateurs aguichés par la jaquette, ne vous jetez pas sur ce film, vous seriez déçus. Quelques paires de seins, un petit coup de fouet de temps en temps, pas de quoi défriser un caniche.
Niveau gore, c’est aussi assez léger. On a bien un empalement, une explosion de tête au fusil mais tout cela reste anecdotique sur la durée du film. Quitte à avoir un film gore, autant y aller à fond.

Ce qui est aussi assez troublant, c’est l’inutilité de certaines scènes. Quand Greta fouette un homme, amène Sabrina puis la chasse en lui disant qu’elle n’a rien à faire ici, on peut éventuellement comprendre qu’il s’agisse d’une torture mentale à deux sous. Par contre, quand Ilsa fait venir le mec des poubelles, lui fait poser deux sacs par terre puis les lui fait reprendre, on ne comprend pas vraiment quelle était l’idée, à moins qu’Ilsa ait le vice de voir ses chaussures blanches salies ... Tout un programme, donc !

Reste quelques moments bien drôles comme la maladresse de la "jeune" Sabrina pour qui on fait beaucoup d’efforts et qui foire ses tortures systématiquement ou bien une scène où une des victimes hurle et sur laquelle Troma se sent obligé de rajouter un texte particulièrement farfelu mais bien dans l’esprit de la firme. Quelques faux raccords, problèmes de doublage et autres jeux de comédienne absolument absents permettent de voir le film mais en deuxième ou troisième partie de soirée, en discutant avec des amis pendant tous les moments où il ne se passe absolument rien.

Maniac Nurses Find Ecstasy (en tout cas, elles cherchent, c’est sûr et on ne parle pas de pilules qui font rire) est donc un film ultra-Z dans la forme (malheureusement pas dans le contenu) réservé aux amateurs ayant déjà quelques nanars dans leur besace et qui sauront apprécier ce film à sa juste valeur. Les autres s’ennuieront énormément.

(Note : la copie proposée par Sony / BMG est tout simplement lamentable mais il y a fort à parier que la copie "VO" de Troma ne soit pas bien meilleure.)

Vu qu’elle va se faire ouvrir le ventre et se faire vider, pourquoi s’embarasser d’un drap ?

Celle là, c’est bonus, ça me fait plaisir.

"Quelque part, il y a des innocents à sauver."
- Moi, m’dame, moi, m’dame, je veux bien être sauvé !


La fiche produit :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0