Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > DC Comics > Wonder Woman > Wonder Girl : Champion TPB

Wonder Girl : Champion TPB

jeudi 31 juillet 2008, par Mathieu Doublet

(DC Comics / J. Torres / Sandford Greene)

Ce TPB contient les six numéros de la mini-série.


Les choses ne sont pas roses pour Cassandra Sandsmark. Il faut dire qu’elle a mauvaise réputation depuis qu’elle a décidé de s’associer aux amazones lors de leur attaque et qu’elle a même attaqué le Président des Etats-Unis en compagnie de Supergirl. De quoi se remettre en question d’autant plus qu’elle n’est pas totalement soutenue par ses collègues Titans et que cela fait bien un an qu’elle n’a pu parler avec Wonder Woman.

Afin de protéger sa mère de sa mauvaise réputation, Cassie adopte une nouvelle identité secrète Drusilla et ne parle avec sa mère que depuis une cabine téléphonique avec des rendez-vous pris à heure fixe. Elle n’oublie cependant pas son devoir de super-héroïne notamment en éliminant les dernières créatures mythologiques amenées par les Amazones sur Terre. Et qui rencontre-t-elle finalement ? Hercules, lui qui change de veste tous les jours et dont on n’arrive plus à savoir s’il est bon ou méchant. Celui-ci va demander à Cassie de l’aide car il a une mission qui lui a été confiée par Zeus lui-même, un nouveau travail en somme.

Au point où j’en suis dans mon résumé, deux numéros presque entiers de la mini-série se sont déroulés. Et c’est assez significatif de la mini-série. J. Torres, qui n’avait pourtant pas signé de mauvais numéros sur Wonder Woman entre Jodi Picoult et Gail Simone, n’arrive pas vraiment à faire comprendre où il veut en arriver. On retrouve Hercules mais le fond de sa pensée n’est pas vraiment claire, il y a les Femakes Furies, des créatures d’Apocalyps élevée par Granny Goodness, mais pour elles aussi, le but indiqué dans la mini-série explique leur comportement de façon très étrange. Ajoutez à cela la présence d’un tueur de New Gods dont on parle à la fois dans Death of the New Gods et Countdown (deux séries finalement annulées pour faire de la place à Final Crisis) et vous commencez à comprendre que Champion est de la mini-série dérivée de mini-série. Autant dire que c’est complètement anecdotique.

Les dessins de Sandford Greene n’apportent pas beaucoup plus d’enthousiasme. Si les numéros sont homogènes dans leur présentation avec une première page illustrant les nouveaux personnages en scène, le reste est entre le plutôt correct et le franchement vide. Le dessinateur a d’ailleurs un style assez particulier qui ne plaira pas à tous les lecteurs.

Bref, vous l’avez compris, Champion en tant que récit initiatique pour Cassandra Sandsmark est complètement archi-loupé. On pourrait éventuellement la mini-série comme une parenthèse apportant un infime détail à Countdown mais la mini-série n’était pas indiquée ni vendue comme un tie-in à la série hebdomadaire. DC s’est encore bien planté sur ce coup-là. A éviter.


Pour acheter ce livre (si vous en avez encore envie après ce que je viens d’écrire …)

En VO :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0