Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Autres éditeurs > Jungle Girl #0-5

Jungle Girl #0-5

samedi 26 juillet 2008, par Mathieu Doublet

(Dynamite Entertainment / Frank Cho & Doug Murray / Adriano Batista)


Jana est une jeune femme vivant dans une jungle dont on ne sait absolument rien si ce n’est qu’elle accueille des animaux pour le moins particuliers puisqu’on y trouve aussi bien un énorme crocodile ayant visiblement fricoté avec un dauphin plus haut dans son arbre généalogique ou des sangsues à déguster comme des tacos.
Jana vit donc en harmonie avec son milieu jusqu’à ce qu’un avion se crashe dans la jungle. A son bord, une équipe de tournage pour un documentaire qui n’a pas l’air d’être plus que ça déboussolée par l’accident. Il faut aussi dire que si Jana est là pour voir ce qui se passe, elle n’est pas la seule. Et les hommes de la tribu qui arrivent sont loin d’être aussi amicaux.

A partir de ce moment, les civilisés guidés par Jana vont devoir courir et se sauver la plus grosse partie du temps. Ils vont aussi avoir une grosse surprise qui démarre simplement par la destruction de leur avion. Mais avant de pouvoir songer à quitter l’île, il va falloir entre autres réussir à échapper aux gros dinosaures du coin.

Frank Cho est l’instigateur de cette mini-série en cinq numéros. Le papa de Liberty Meadows (ne parlons pas des sujets qui fâchent comme son travail chez Marvel …) se lâche donc et donne libre cours à ses fantasmes comme cette blonde héroïne de pin-up (qui va changer trois fois de maillot en cinq numéros donnant l’occasion aux personnages secondaires de se moquer) se battant avec des dinosaures géants. On a même droit à un personnage ayant le surnom de « Monkey Boy », surnom dont Cho lui-même s’affuble dans son célèbre comic-strip.

Passé ces idées proprement de fan-boy, il n’y a pas grand-chose à dire. Au moins le résultat est à la hauteur des espoirs. Doug Murray arrive assez bien à lier les différents événements avec un bon rythme. Seule la réaction de l’équipage est surprenante : on ne comprend pas bien s’ils avaient prévu d’atterrir sur l’île ou pas.
Graphiquement, si Frank Cho n’est de la partie que pour les couvertures, le choix d’Adriano Batista (ou bien sa performance) n’est pas si innocent. Le dessinateur (brésilien ?) a des penchants parfois très ressemblants à ce que peut fournir Frank Cho. Autrement, on peut le rapprocher d’un Ed Benes. Ses planches sont bourrées de détails, d’animaux improbables et d’humains bien proportionnés (oui ses héroïnes sont des héroïnes de comic-book mais pas exagérées).

Bref, si ce n’est pour le final qui semble un peu abrupt et qui laisse en plan l’un des personnages arrivants au début du bouquin, Jungle Girl fournit ce qu’on lui demande. De jolies planches et de l’action non-stop complètement improbable. Il devrait y avoir une seconde mini-série à venir mais je n’en ai pas entendu parler.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.fr :

Sur Amazon.com :

En VF : (disponible mi-novembre 2009)