Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Vertigo > Fables / Jack of Fables > Fables TPB 5 : The Mean Seasons

Fables TPB 5 : The Mean Seasons

samedi 30 août 2008, par Mathieu Doublet

(Vertigo / Bill WIllingham / Tony Akins & Mark Buckingham)

Ce TPB reprend les numéros 22 et 28 à 33 de la série régulière.


Cendrillon, la belle au bois dormant et Blanche Neige se retrouvent chaque année pour célébrer leur échec respectif lors de leur mariage avec le Prince Charmant. Cendrillon est pourtant convaincue d’être la seule à avoir été clairement bernée : Blanche Neige était la première épouse, il ne pouvait donc y avoir de malice ; la belle au bois dormant ne pouvait être réveillée que par le baiser d’un vrai amour, donc le prince était sincère. Cela faisait deux fois, le prince devait se douter que le problème venait de lui et qu’il ferait souffrir Cendrillon comme toutes celles qui lui succéderaient.
Du coup, de colère, la proprio du "Soulier de Vair" s’éclipse prétextant un avion à prendre. Ce qu’elle oublie de dire, c’est que l’avion se dirige vers le romantique Paris où la jeune femme a un rendez-vous galant avec le vieil Ichabod Crane. Se peut-il que le coup de fil "de son maître à qui elle obéit" cache quelque chose ?

Ce récit est celui qui ouvre le TPB. Originellement, il se trouvait au sein de la saga March of the Wooden Soldiers mais comme il n’était pas indispensable à la compréhension de l’attaque de l’Adversaire, autant le mettre à part.
Il n’est d’ailleurs pas seul comme récit hors-continuité puisqu’il est accompagné d’une histoire en deux parties qui raconte les efforts de guerre de Bigby Wolf au sein de la Dog Company, une section militaire américaine pendant la seconde guerre mondiable (Bigby en avait parlé à Blanche Neige dans le TPB précédent d’ailleurs).
C’est l’occasion pour Bill Willingham d’aborder plusieurs points pour sa série. Il y a déjà le côté "opérations secrètes" avec sa part de travail sale. On en a déjà eu un aperçu à la fin de "March of the Wooden Soldier", on s’aperçoit ici en même temps que la Bête que Bigby a caché bien des choses.
Le scénariste va aussi en profiter pour taper dans le récit de genre. Entre l’histoire d’espionnage et celle de récit de guerre, le lecteur a droit à une belle allusion au cinéma d’horreur des années 30-40 où tous les monstres de la firme Universal (Dracula, Frankenstein, le loup-garou, la momie, ...) se rencontraient et s’affrontaient sans plus de raisons.

Pour le reste du TPB, c’est une étape intermédiaire. Un mini-arc de trois numéros de transition qui fait avancer les choses mais qui se trouve être la charnière indispensable pour les récits à suivre. Il y a toujours autant d’humour, de suspense et d’émotions dans les pages de ces trois numéros ainsi, comme d’habitude, de quelques références littéraires. Tout cela fait que le lecteur ne s’ennuie absolument pas même si les choses sérieuses reprendront dans le sixième TPB.

Ce sont Mark Buckingham et Tony Akins qui se partagent le gros du boulot. Le premier se charge du mini-arc de transition et asseoit sa position de dessinateur attitré. Il est de plus en plus à l’aise avec ses personnages et ses mises en pages enluminées.
Tony Akins reprend du service et rend trois superbes numéros. Le dessinateur fait ici ses armes puisqu’on lui confiera bientôt les rênes de Jack of Fables, la série dérivée.

Bref, si ce Mean Seasons peut paraître anecdotique, il garde les mêmes qualités que ces prédécesseurs et se révèle indispensable pour bien comprendre ce qu’il va se passer par la suite (il y a les débuts d’intrigues jusqu’aux numéros 60-70, messieurs dames). Toujours du très grand comic-book donc.


Pour acheter ce livre :

En VO :

En VF :

Si j’ai bien tout compris, le volume devrait sortir en novembre 2008.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0