Onirique Comics 7.1

Accueil > Z-Blog > Ciné-nanar > Satan’s School for Lust (2002)

Satan’s School for Lust (2002)

jeudi 10 juillet 2008, par Mathieu Doublet

réalisé par Terry West
avec Misty Mundae, Darian Caine, Barbara Joyce, Ruby Larocca, Suzi Lorraine, Zoe Moonshine

Fiche IMDB : Satan’s School for Lust (2002)


Primula Cooper est une jeune fille toute innocente qui prie chaque soir avant de se coucher et garde sa Bible tout près d’elle. Alors forcément quand elle apprend qu’elle va devoir fréquenter l’école Diablo, ça la tracasse. Elle fait même un cauchemar où une nana en cuir la tripote avant de lui mettre un crucifix là où il n’est pas censé aller.

Et elle a bien raison de se soucier. Car une journaliste enquête sur l’école Diablo : en effet, entre 6 et 8 jeunes filles (c’est précis) disparaissent de l’établissement grosso modo à la même époque, chaque année. Mais pourquoi pourquoi ?

Attention, j’avoue m’être posé la question pour placer ce Satan’s School for Lust dans la rubrique Ciné-nanar. Parce que là, on est dans le domaine de l’unter-Z. Voyons comment sont découpées les 68 minutes de ce moyen métrage :
- scènes de sexe = 40 minutes
- scène de douche = 2 minutes
- tour de la maison = 3 minutes
- génériques de début et de fin = 2 minutes.

Ce qui nous reste pour l’intrigue 68-47 = 21 minutes. Je vous rassure tout dans le film est complètement naze, à l’instar de cette scène de 3 minutes en plein milieu du film où on fait le tour de la maison représentant l’école avec une musique "terrifiante" : intenable. Sachant qu’on est à 27 minutes du début et que l’intrigue commence tout juste, ça coupe l’envie.
Les scènes de sexe sont du même accabit : pénible et coupant l’envie tout pareil.

Reste le côté cheap du film, plutôt marrant et formateur sur les choses à ne pas faire :
- la musique se coupe quand les personnages parlent et reprend après de façon toujours soudaine.
- les dialogues bénéficient de beaucoup de bruit sonore (ce psssccchhhh que les camescopes enregistrent habituellement quand on en prend le son avec un micro de mauvaise qualité).

Pour le reste, un visuel est plus parlant :
- les diplômes de la directrice sont de vulgaires feuilles épinglées sur un tableau en liège.

- la devise de la directrice a demandé autant de soin.

Une bouche fermée est un esprit ouvert.


Les deux actrices ne sont visiblement pas disponibles au même moment pour tourner la scène ... pour Misty Mundae, on a même l’impression que c’est une répétition qui est filmée.


Désolé, cocotte, j’ai pas assez de recul ...

Pourtant, ce film n’est pas drôle en soi, c’est son plus grand défaut. Avec une directrice d’école satanique qui s’appelle Ms Beezle, on aurait pu attendre un jeu de mots du style Beezle Butt, mais non, même pas. Raaaaaah, déçu, déçu, déçu, je suis. Ca ne vaut clairement pas Spider-babe ni même Playmate of the Apes.

Bon il reste un point positif, le bouquin de Watchmen qui est sur l’étagère de celui chez qui on a tourné la scène ...

Et puis, moi aussi, je veux bien faire le réalisateur si je peux en profiter ...

Messages