Onirique Comics 7.1

Accueil > Para-comics / Meta-comics > Films / Séries TV > L’incroyable Hulk (2008)

L’incroyable Hulk (2008)

mardi 8 juillet 2008, par Mathieu Doublet

de Louis Leterrier, avec Edward Norton, Tim Roth, Liv Tyler et William Hurt.

Conditions de visionage : cinéma, version russe (avec voice-over anglais, oui oui, dans ce sens)

Fiche IMDB : Incroyable Hulk (2008)

Bruce Banner expérimente les rayons Gamma dans son petit laboratoire d’université. Mais les choses tournent mal : il devient ultra-violent et va même jusqu’à blesser sa petite amie, Betty Ross, fille du général Ross, lui-même présent pour voir comment se déroule l’expérience.

A présent, Banner est en Amérique du Sud, il a pas mal baroudé et se trouve au Brésil où il essaie de ne pas faire trop de vagues. Pour cela, il a une montre qui lui indique son rythme cardiaque. Le scientifique sait bien qu’au dessus de 200, les ennuis commencent. Alors il contacte un maître en arts martiaux qui lui apprend comment se contrôler. Et quand on voit la méthode, faite à base de baffes, on prie pour que la méthode n’échoue pas.

Banner n’a toutefois pas abandonné tout espoir. Il est en contact avec un certain Mr Blue avec qui il communique par Internet. Celui-ci lui propose des antidotes aux cellules Gamma mais avec peu de résultats. Malheureusement, Banner se fait repérer (par une bête coupure) et le général Ross envoie une équipe le récupérer. Parmi cette équipe, il y a le très tenace Emil Blonsky qui voit Hulk comme un adversaire enfin à sa taille. Et Blonsky est prêt à tout pour se faire le géant de jade. Absolument tout.

L’incroyable Hulk est donc la deuxième tentative cinématographique pour Hulk après le relatif échec que fût le film d’Ang Lee (que personnellement, j’ai plutôt apprécié). Marvel sort le grand jeu et met Louis Leterrier aux commandes. Le réalisateur a à son actif des films Danny The Dog et Le transporteur 2. Pas de quoi grimper au plafond. Ce qui est sûr, c’est que Leterrier ne va pas se gêner pour en mettre plein la vue. De ce côté, il faut avouer que le film n’est absolument pas complexé : de la baston, de la destruction, il va y en avoir et pas qu’un peu.

Au scénario, on retrouve Zak Penn. Un petit coup à sa fiche IMDB permet de réaliser qu’il a écrit de bonnes choses (comme Last Action Hero ou encore le second X-men) et aussi pas mal de mauvaises (le beurkus Elektra ou bien le très dispensable Fantastic Four - en ce qui concerne les licences Marvel).
Le scénariste s’attache à l’action, relativement à la relation entre Bruce Banner et Betty Ross, mais surtout à la série télévisée. Les clins d’oeil sont nombreux : Bill Bixby ouvre le bal au travers d’une diffusion d’un épisode de My favorite Martian si je ne m’abuse ; Lou Ferrigno est le vigile du laboratoire et Edward Norton a une scène où seuls ses yeux verts sont montrés comme cela l’était dans la série télévisée). Pour les fans de la bande dessinée, cela n’est plus un problème puisqu’il feront le lien avec le run de Bruce Jones. Par contre, les Mr Green et Mr Blue pourront guider les lecteurs vers une fausse piste.

Le scénario met donc tous les atouts de son côté, la réalisation est dynamique et les acteurs sont tous très bons. On n’arrive pourtant pas à un succès comme les Spider-Men ou bien dans une moindre mesure les deux premiers X-Men.
La faute incombe certainement à un film trop long. Surtout dans les scènes d’action qui ne sont, à mon goût, pas assez diversifiées. Un peu comme les trucages numériques que l’on voit apparaître partout dès qu’ils sont aboutis, il semble que les scènes d’action ne diffèrent absolument pas de celles vus, par exemple, dans Iron Man. D’ailleurs, en parlant d’images de synthèse, je crois que j’ai préféré le Hulk de Ang Lee à celui de ce film.

L’incroyable Hulk reste donc un bon film, prouve que Marvel a réellement bien fait de reprendre ses franchises en main puisque les films y gagnent réellement en cohérence (ce qui nous attend devrait être absolument énorme) mais n’est malheureusement pas un film exceptionnel. Iron Man était bien meilleur à ce titre.

P.S. Ah oui, il y a aussi des références au comic-book, avec un très bon passage sur le pantalon violet. J’ai loupé l’allusion à Doc Samson (la faute à la qualité approximative du voice-over) et je ne suis pas tout à fait sûr d’avoir repéré Rick Jones. Vous me le confirmerez quand vous aurez vu le film.

Messages

  • Le fait qu’il soit en amérique du sud au début, ça établit un lien, même lointain, avec le film d’Ang Lee ?
    (que j’aime beaucoup, pour ma part ;-) ).

    Ou bien c’est vraiment un redémarrage à 0 ?

    • Ben les origines sont différentes tout de même car dans le film de Leterrier, c’est comme dans la série télé alors que dans le film de Ang Lee, Banner se sacrifie bien pour sauver quelqu’un des rayons gamma (comme dans le comic-book). D’ailleurs, je me demandais comment ils allaient introduire Rick Jones.

      Et puis la première apparition de Hulk fait qu’il blesse Betty, même si par la suite, la jeune femme calme le géant de jade, je crois que ce n’est jamais le cas dans le film de Ang Lee.

  • j’ai vu aussi le film et je l’ai trouvé pas mal mais c’est vrai qu’il manque un petit truc.

    pour rick jones, j’ai rien vu comme allusion le concernant. pour le doc samson, je crois bien qu’il y en a une mais je suis plus sûr.
    en tous cas, plus j’y pense et plus je me dis que si ils font un 3, miss hulk pourrait être de la partie (ce serait chouette en plus).

    j’ai trouvé une allusion aux ultimates avec la fameuse scène où bruce banner saute d’avion. et puis stan lee en guest star, ça, j’apprécie toujours autant.