Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Dark Horse > Pop Gun War

Pop Gun War

mercredi 20 août 2008, par Mathieu Doublet

(Dark Horse / Farel Dalrymple)

Edition VF : Kymera

Dans la ville, un ange vient de s’écraser. Il aborde des ouvriers qui, à grands coups de tronçonneuse, le libèrent visiblement de ses ailes.
Le jeune Sinclair, passant par là, décide de récupérer les ailes gisant dans une poubelle. Il sait qu’il a fait quelque chose de répréhensible
mais rapidement, la joie de pouvoir voler dépasse la culpabilité. Dans un autre quartier, un homme méchant récupère un poisson à lunettes
qui vole et pleure. C’était visiblement la chose qui lui manquait dans sa vie. Il décide donc de se séparer de toutes ses acquisitions sans se demander si le poisson volant a déjà un propriétaire. Et il y a M. Addison, un clochard à qui personne ne fait de cadeau ... Est-ce par cruauté que les gens s’acharnent ainsi contre lui ou une tierce personne cherche-t-elle à lui nuire ?

C’est ce quartier aux éléments à la fois ultra-réalistes (la vraie vie d’un quartier avec tous ses habitants qui se croisent et qui se rencontrent) et oniriques au possible (le poisson et Sinclair qui volent tous les deux, la présence d’un ange et un démon, une soeur qui disparaît et réapparaît sans laisser de traces) que Farel Dalrymple met en scène dans Pop Gun War.
La préface d’Ann Nocenti laisse entendre que l’artiste va chercher ses récits dans un univers à la lisière du sommeil et du rêve. Nocenti précise aussi qu’il s’agit d’un domaine que tout le monde connaît, l’inconscient collectif qui fournit la matière à Pop Gun War. Et si certains
lecteurs seront rebutés par la construction hermétique du bouquin, d’autres ressentiront manifestement un sentiment de confort et de malaise. Comme si on était déjà venu dans ce quartier et qu’on comprenait ce qu’il s’y passe sans vraiment réussir à mettre des mots dessus.

Du coup, il faudra certainement plusieurs lectures pour comprendre où Dalrymple veut en venir (d’ailleurs, il paraît qu’il travaille actuellement sur de nouvelles aventures du quartier) mais la qualité graphique récompensera le courageux lecteur.

Sites :
Le site du bouquin
Le blog de l’auteur
Le site de l’éditeur français Kymera


Pour acheter ce livre :

En VO :

En VF : (à noter qu’il est un peu moins cher sur le site de Kymera)