Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > DC Comics > Batman > Batman : Contagion TPB

Batman : Contagion TPB

lundi 1er septembre 2008, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Chuck Dixon, Alan Grant, Dennis O’Neil, Doug Moench & Christopher Priest / Barry Kitson, Mike Wieringo, Matt Haley, Jim Balent, Tommy Lee Edwards, Kelley Jones, Graham Nolan, Vince Giarrano, Dick Giordano, Frank Fosco)

Ce TPB contient les numéros US suivants :
- Batman #529
- Shadow of The Bat #48-49
- Azrael #15-16
- Robin #27-28
- Catwoman #31-32
- Detective Comics #695-696


Rien ne va plus à Gotham (c’est marrant comme cette ville a le don de s’attirer des ennuis). Car le millonnaire Palmoy revient de voyage avec un petit cadeau pour tous ses amis nantis des tours de Babylon, des tours accessibles seulement aux plus riches. Et ce petit cadeau est un virus hautement contagieux et qui provoque la mort en quelques instants. Rapidement, les plus grandes fortunes de Gotham vont s’apercevoir qu’ils sont bloqués dans leur tour avec une menace de mort à plus ou moins long terme. Ce qui est moins drôle pour le reste de la ville, c’est que tous les employés de Palmoy, qui ont regagné leur maison, commencent à répendre le virus sur la ville. Qui c’est-y qui va s’y coller pour trouver un antidote à ce virus ? Ben la famille Batman pardi !

En deux mois et seulement quelques semaines avant le No Man’s Land, Gotham City est déjà la proie d’une hécatombe hors du commun. Il va bien falloir les aides d’ennemis de Batman ou en tout cas, de personnages neutres aux yeux du Dark Knight pour réussir à identifier le virus, à trouver un antidote et à trouver qui a bien pu faire le coup.

Tout cela fait à la fois double emploi avec le No Man’s Land mais indique aussi quelles sont les possibilités, les sentiments et les responsabilités de chacun des protagonistes de l’univers Batman. Si dans le No Man’s Land, Helena Bertinelli (Huntress) va être une citoyenne de Gotham exemplaire, son caractère si tranché va gagner en nuances dès cet arc.

Le point faible de Contagion est sans aucun doute la présence de plusieurs dessinateurs dont Kelley Jones qui nous massacre un comics comme seul Jon Bogdanove peut le faire (clin d’oeil ! clin d’oeil !) et qui est nettement plus à l’aise sur Sandman.

Ce Contagion n’est donc pas une priorité sur sa shopping-list (contrairement à un No Man’s Land plus complexe) mais vaut largement Batman : Legacy, une autre histoire de virus elle aussi dispo en TPB.


Pour acheter ce livre :

En VO :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0