Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > Challengers Of The Unknown : Stolen Moments, Borrowed Time TPB

Challengers Of The Unknown : Stolen Moments, Borrowed Time TPB

samedi 19 juillet 2008, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Howard Chaykin)

Le TPB reprend les six parties de la mini-série.

Une sortie devant les médias va coûter cher au premier ministre anglais. Un attentat en direct à la télévision, c’est de l’audience assurée et des thunes pour les journaux à ragots. Surtout quand la tête de l’épouse du premier ministre éclate littéralement, laissant son mari quelques instants interdit avant qu’il ne réalise ce qui s’est passé.

Zach Dyamond, Tessa Crowne, Rydell Starr, Kendra Harte, Holden Crosse se retrouvent tous les cinq et indépendamment confrontés à une situation de stress. Ils ont tous en commun d’avoir, pour leur hobby ou leur profession, la compétence "Baston" et certaines images de violence, d’obsession ou de rage les assaillent. Habituellement, ces images n’apparaissaient que dans leurs rêves et voilà que les cinq personnes les voient en plein jour, en plein éveil.

Howard Chaykin reprend une série de Jack Kirby publiée dans les années 50-60 chez DC Comics et plus récemment mise en scène par Jeph Loeb et Tim Sale (Challengers of the Unknown Must Die) puis par Steven Grant.
Les vieux de la vielle auront donc plus de facilité à comprendre ce qui se cache derrière ce titre malgré une toute nouvelle version de l’équipe.

Il faut dire que Chaykin, qui s’occupe à la fois du scénar’ et de l’aspect graphique du titre (dessin et encrage), ne simplifie pas la lecture de son comic-book. Il y a à suivre en parallèle trois lignes temporelles : tout d’abord le destin des cinq héros, le sabotage d’un navire par un certain Tony Belle et les informations reliées par la chaîne KnowNowNews dont le journal permanent n’est qu’une vitrine pour imposer la version des faits d’un pouvoir caché.
Les bulles tournent dans tous les sens mais gardent, heureusement, un code bien précis qui permet de comprendre à peu près qui parle et de quoi. Bref, le tout n’est pas très simple.

Le gros problème de Challengers Of The Unknown réside ici : ça met beaucoup de temps à démarrer et d’autres scénaristes aurient placé leurs personnages en 22 pages. Du coup, on ne comprend pas bien l’utilité des 2 premiers numéros de la série.
Si ce n’est qu’en échange de sa relative lenteur, Chaykin donne à fond dans l’expérimentation à l’image d’une troisième partie qui démarre et se termine par nos cinq héros sur un fond composé uniquement d’onomatopées. Point de décor, seulement le bruit des armes : effet particulièrement réussi. De même, que ce soit la phase d’anti-hypnose ou la présence de la chaîne KNN News, on voit que Chaykin tente différentes choses sur la lecture des cases.

Le scénariste-dessinateur développe son idée de contrôle par une puissance cachée et de personnages manipulés. Derrière ce canevas plutôt convenu (depuis les X-files, nombre de fictions ont évoqué la théorie du complot), Howard Chaykin semble aussi distiller dans son titre une conscience politique assez forte, mettant en garde contre certains médias qui orientent l’information de façon à plaire aux dirigeants de la chaîne et à leurs actionnaires. En cette époque d’élections américaines, le titre pourrait être crédible mais il faut être bien candide pour ne pas comprendre que les informations du vingt-et-unième siècle ne sont pas d’une transparence exemplaire.

Si le titre n’est pas d’une complexité folle concernant le scénario (on peut même dire sur ce point que Chaykin dilue son intrigue), il faut s’attarder sur les dessins et sur les compositions de mise en page de Chaykin. Volonté de l’auteur ou non, les pages sont tellement bizarrement agencées que j’ai été obligé de rester longuement sur chacune des pages afin de comprendre comment lire le tout. Une expérience pas forcément désagréable mais qui nuit forcément à la fluidité du récit.

En conclusion, Challengers Of The Unknown manque d’efficacité, ce qui dommage pour une série plutôt orientée action. Je ne conseillerai pas ce titre, car il y a tellement d’autres choses plus intéressantes et plus faciles à lire. Mais les amateurs de complots et de conspiration ainsi que ceux qui aiment des mises en page compliquées feraient bien de jeter un coup d’oeil à ce titre hors norme.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Messages