Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Marvel Comics > Ultimate Fantastic Four TPB 7 & 8

Ultimate Fantastic Four TPB 7 & 8

dimanche 1er juin 2008, par Mathieu Doublet

(Marvel Comics / Mike Carey / Pasqual Ferry, Stuart Immonen, Frazer Irving, Scott Kolins, Mark Brooks, Jaime Mendoza et Leinil Yu)

Le septième TPB reprend les numéros 33 à 38 de la série régulière.
Le huitième TPB reprend le second numéro annuel et les numéros 39 à 41 de la série régulière.

Le quatrième volume hardcover qui reprend ces deux TPB est complété par le crossover Ultimate X-Men / Ultimate Fantastic Four #1-2.


Reed et Susan s’apprêtent à passer une après-midi tranquille loin de toutes les expériences et les aventures du Baxter Building. Mais bien entendu, le destin ne l’entend pas de cette oreille et une équipe d’extra-terrestres s’écrasent au beau milieu du magasin de comestiques dans lequel ils se trouvent. Un policier les menace avec son arme et se fait rapidement neutraliser. Les Fantastiques partent aussi à l’assaut et prennent aussi une jolie raclée.

Ce que Susan et Reed ne savent pas, c’est que les extraterrestres sont des fugitifs d’un monde fasciste, que le vaisseau qu’ils ont laissé en plan est un être vivant et qu’ils ont besoin de remettre leur petite équipe d’aplomb avant qu’une menace bien plus grande n’arrive.

En ce qui concerne ce TPB, autant dire que Mike Carey ne fait pas de grosse merveille. Et que Pasqual Ferry, pourtant sublime sur Adam Strange, n’arrive pas non plus à rendre un boulot correct à moins que la faute ne revienne aux coloristes ... Globalement, c’est l’occasion d’introduire de nouveaux personnages en version Ultimate avec en premier lieu Thanos et son fils Ronan. Je ne connais pas très bien les versions classiques de ces personnages n’étant pas très "aventures cosmiques". Toujours est-il que cette version Ultimate m’a diablement fait penser à Apokolips, la petite ville de notre cher Darkseid.
La fin du TPB faite toute en courses-poursuites est bien plus distrayante que le début assez poussif.

Le huitième TPB est plus léger aussi bien dans la forme que dans le fond. Une petite histoire d’alchimiste maléfique italien qui cherche les quatre fantastiques pour se libérer. C’est l’occasion de rappeler la représentation élémentaire des super-héros, de confronter Reed à la magie et d’assister à une très belle scène entre Ben et sa mère. Mais finalement, rien de bien original. Tout comme l’affrontement entre X-Men et l’équipe Richards, tous manipulés par une Rhona Burchill bien plus sexy que la dernière fois mais toujours aussi folle (récit disponible uniquement dans le volume hardcover qui reprend les deux TPB).

C’est la première menace que les fantastiques vont devoir affronter dans le septième TPB accompagné de la disparition de la pépinière de jeunes scientifiques éloigné du Baxter Building. Une attaque sous-terraine dont le perprétrateur n’est absolument pas inconnu.
Le second numéro annuel est plus sympathique aussi bien au niveau de la conclusion (avec de belles possibilités et la quasi-certitude de retrouver les jeunes scientifiques ayant autrefois travaillé à côté de Reed Richards) que des dessins confiés à Stuart Immonen et Frazer Irving.

Ce qui est finalement le plus dommage, c’est que le schéma "on rencontre des gens, on s’affronte pour ensuite se rendre compte qu’on est des copains et qu’il y a encore pire en face" se répète sur quasi chacune des aventures. Comme le graphisme ne rattrappe pas le scénar, on a droit aux deux plus faibles aventures des Quatre Fantastiques depuis le début.


Pour acheter ces livres :

En VO :

En couverture dure :

En couverture souple :

En VF :

Comme d’habitude, ça se passe dans la revue kiosque éponyme.

Messages