Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > The Spectre - Crisis Aftermath & Tales of the Unexpected (...)

The Spectre - Crisis Aftermath & Tales of the Unexpected TPB

vendredi 2 mai 2008, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Will Pfeifer & David Lapham / Cliff Chiang, Eric Battle et Tom Mandrake)

Crisis Aftermath reprend la mini-série du même nom en 3 numéros ainsi que les numéros 1 à 3 de Tales of the Unexpected.
Tales of the Unexpected reprend les épisodes 4 à 8 de la mini-série.


Le Spectre est la main vengeresse de Dieu. Il a souvent être accompagné d’un être humain comme le flic Jim Corrigan ou bien l’aviateur Hal Jordan. Mais l’ancien Green Lantern réussit un jour à compléter sa destinée de rédemption (on ne va pas remonter trop loin dans l’histoire de l’univers DC donc je m’arrête là pour Jordan). Le Spectre se trouva donc sans hôte et sans humanité. Une belle occasion pour l’esprit Eclipso qui (sous les traits de Jean Loring) commença une histoire d’amour, de passion et surtout de destruction (cf Day of Vengeance).

Les choses rentrèrent dans l’ordre mais il manquait au Spectre une chose importante pour faire son travail justement : un hôte humain qui l’accompagne et qui "souffre" pour tout ceux qui se feront prendre par le Spectre. L’entité choisit le tout fraîchement abattu, Crispus Allen, policier de son état et finalement installé à Gotham (cf l’excellente série Gotham Central entre autres).

Le Spectre propose alors à Allen de s’allier à lui mais le policier refuse. L’esprit lui dit qu’il a fait un choix et qu’il devra en subir les conséquence. Il reviendra un an plus tard pour savoir si Allen maintient son choix ou non. Pendant cette année, Allen verra toute l’injustice qui règne derrière les portes closes et quand l’esprit de la vengeance recroise son chemin, il accepte. Mais Allen est-il prêt à assister à de véritables massacres de personnes même si celle-ci sont coupables ?

C’est toute la question qui est posée dans la mini-série Crisis Aftermath qui voit la création du couple Crispus Allen / Spectre. Tout ne va pas aller sans mal et le fonctionnement du Spectre est on ne peut plus binaire. Crispus Allen va en faire la douloureuse expérience mais comprendra la nécessité de sa présence.
Cliff Chiang illustre de très jolie façon ce récit avec son encrage toujours aussi épais et rond. Bref, peu de choses ont changé depuis ma première lecture de cette histoire.

A partir de là, il semble logique que David Lapham propose quelque chose d’intéressant avec la mini-série Tales of the Unexpected. De quoi approfondir la relation entre l’homme et l’esprit et le duel de force qui ne manquera pas de se poser entre les deux. Etant fantôme, Crispus Allen va être partagé entre la volonté de corriger toutes les choses horribles qu’il peut voir et la nécessité d’être ailleurs surtout quand les personnes avouent leur crime et que le Spectre fait une entrée soudaine sur le terrain.

Malheureusement, Lapham n’explore que maladroitement la relation entre les deux personnages principaux. Il allonge d’ailleurs pas mal la sauce, se basant sur un immeuble, scène d’un meurtre crapoteux, comme fil rouge. Sauf que le lecteur a depuis bien longtemps compris ce qu’il se passait et que le final n’est absolument pas surprenant. Parallèlement à cela, des petites histoires de crapules se faisant écorcher par le Spectre émaillent le récit général sans apporter aucune situation inédite ni même un semblant d’évolution pour Allen.

Eric Battle illustre ce récit avec un style plus commun que celui de Chiang et aussi beaucoup plus fin et dur. Un simple coup de poing ne manquera pas verser des litres de sang et nous voilà en plein comics à la sauce Spawn, le blob en moins mais les cafards et le vert fluo bien présents.

Autant dire qu’il y avait fort à faire avec un personnage comme Allen et la responsabilité qui lui incombe sous le masque du Spectre. Le peu de personnages mystiques ne lui apporteront que peu d’informations (nous savons maintenant que le Phantom Stranger est un parfait crétin) et Allen ayant un moyen de communication ne cherchera à aucun moment à aider sa famille pourtant dans le besoin. Bref, ça n’est pas logique, c’est gratuitement méchant et indigne du personnage que j’aurais préféré nettement plus fin.

Alors oui, peut-être que Lapham n’a pas pu faire ce qu’il voulait. Peut-être que les editors de chez DC ont eu soudainement des plans pour le Spectre et que ce n’était pas le bon moment pour lui donner une position bien claire dans l’univers DC. Et c’est bien dommage car Tales of the Unexpected se révèle être une belle perte de temps surtout comparée avec la mini-série en 3 parties de Pfeifer et de Chiang.

Notez d’ailleurs que la partie par Azzarello et Chiang sur le personnage du Docteur 13, publiée dans la version mensuelle, n’est pas inclue dans les TPBs qui ne se concentrent que sur le Spectre. Peut-être que le Docteur 13 aura droit à son propre TPB par la suite.


Pour acheter ce livre :

En VO :