Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > DC Comics > Shadowpact TPB 1 : The Pentacle Plot

Shadowpact TPB 1 : The Pentacle Plot

samedi 12 avril 2008, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Bill Willingham / Bill Willingham, Cory Walker, Steve Scott, Tom Derenick & Shawn McManus)

Ce TPB reprend les numéros 1 à 3 et 5 à 8 de la série régulière. Le numéro 4 concerne Blue Devil et est disponible dans le second TPB.


Rivercock, Wyoming. Une petite ville tranquille située au beau milieu de la forêt. Un endroit discret que Superman survole car la ville est entourée par ce qui semble être une bille rouge. Le Kryptonien tente de percer la bulle par la force mais celle-ci le renvoie dans le décor avec autant de puissance. Kal-El se doute qu’il ne pourra pas faire grand chose de plus et décide d’appeler Hal Jordan mais la bague de Green Lantern s’avère inefficace. Ceci est un signe irréfutable de magie et l’affaire revient donc dans les mains du Phantom Stranger. Celui-ci sent qu’il aura besoin d’une aide et appelle donc le Shadowpact en renfort. L’équipe arrive sans se douter de ce qui l’attend. Car dans la petite ville se trame un massacre en bonne et due forme dans le but de ressusciter un ancien démon.

L’équipe de Shadowpact va avoir fort à faire avec des adversaires qui leur ressemblent comme deux gouttes d’eau. Et vu que le temps se déroule différemment au sein et à l’extérieur de la sphère rouge, Jim Rook et son équipe aura bien des soucis quand ils réintégreront leur réalité un an après.

La mini-série Day of Vengeance précédant Infinite Crisis a permis à Bill Willingham de mettre en avant une équipe haute en couleurs de justiciers spécialisés dans la magie. Des héros qui ne payent pas de mine mais qui savent être très efficaces surtout quand le dixième âge de magie vient d’apparaître et que les règles sont pour le moins floues. Shadowpact est donc la Justice League spécialisée en sorcellerie mais une Justice League de seconde zone.
De quoi rendre hautement sympathique l’équipe et les mener vers des ennuis assez copieux. Si l’intrigue première avec des adversaires calqués sur la structure de l’équipe n’est pas des plus captivantes, elle permet à Willingham de déplacer son équipe d’un an et du coup, de poser des problèmes nettement plus amusants pour le lecteur. Si l’humour est au rendez-vous, les personnages seront aussi développés, Ragman ayant presque un épisode pour lui seul et quel épisode.

C’est peut-être graphiquement que le bouquin pêche le plus. Etrangement c’est Willingham lui-même qui s’occupe des deux premiers épisodes. Et il ne s’en sort pas si mal que ça. Le problème est visiblement qu’il a du mal à tenir le rythme et il va donc faire appel à Cory Walker pour le remplacer. Celui-ci a un style particulier mais sympathique qu’on a déjà pu apprécier sur Invincible. Mais il laissera sa place à trois reprises pour Steve Scott (sympa aussi mais plus classique), Tom Derenick (classique mais trop crispé) et enfin Shawn McManus (qu’on retrouve avec plaisir après la disparition d’Aquaman : Sword of Atlantis et qui colle bien avec le style humoristique de Willingham).
A la lecture, le tout est assez homogène si ce n’est pour Derenick et McManus, c’est à dire le moins bon et le meilleur. Une lecture assez pénible dans son découpage en épisodes puisque ceux-ci ne sont pas séparés par leur couverture. L’effet n’est pas très heureux puisque le Phantom Stranger vient jouer le rôle du gardien de la crypte en début de chaque épisode. Mais le tout donne à la lecture du TPB en effet pour le moins étrange.

Shadowpact est donc une série sympathique. Il lui manque tout de même quelque chose pour être un titre incontournable et mésestimé. Il faudrait que Willingham réussisse à accrocher un artiste régulier et signe peut-être des aventures plus courtes pour séduire plus de lecteurs.


Pour acheter ce livre :

En VO :