Onirique Comics 7.1

Accueil > Premiers essais > Kick-Ass #1

Kick-Ass #1

mercredi 12 mars 2008, par Mathieu Doublet

(Marvel Comics - Icon / Mark Millar / John Romita Jr)


Dave Lizewski est un adolescent tout ce qu’il y a de normal, et c’est peut-être là le problème. Ni voyou, ni tête pensante de son école,
il lit des comics comme n’importe quelle personne qui voudrait sortir un peu de son quotidien. Et au fur et à mesure, l’idée fait son chemin : pourquoi ne pas devenir un super-héros ? Avec un costume et une volonté de faire le bien, d’aider la communauté.
Les héros vivent des histoires formidables, pourquoi alors vouloir être plus Paris Hilton qu’un héros ? Bonne question et Dave en aura une réponse (comme nous le voyons dans les premières pages). Reste qu’être un héros, ça n’est pas toujours une partie de plaisir ... surtout la première fois.

Je n’aime pas Mark Millar. Je trouve ce scénariste beaucoup trop sûr de lui, agaçant et provocateur. Son Wanted m’a laissé un goût assez désagréable surtout à cause de son final. Kick-Ass est un peu une sorte de contraire à Wanted tout en gardant une même atmosphère avec, en premier lieu, un looser qui ne s’avoue pas être un geek mais qui semble en avoir toutes les activités. De quoi se mettre le lecteur dans la poche.
Il faut bien reconnaître que le scénariste écossais est d’une efficacité imposante. Il réussit à mettre en place dès le premier numéro le héros et sa première aventure. Droit au but dirons-nous.
La couverture est un poil mensongère et le bouquin n’est pas aussi direct que ce à quoi on pouvait s’attendre, mais comme le dit Millar, pour Kick-Ass, ce sont les auteurs qui prennent les risques de la création (Kick-Ass est un titre creator-owned, pas une franchise Marvel) et donc la promotion est à l’image de son concepteur : plus grand que la vie.

Réussir un tel projet et le placer chez Marvel permet d’avoir accès à de bons artistes. Et c’est John Romita Jr qui réitère sa collaboration avec Millar après un run sur Wolverine à l’intérêt discutable (beaucoup d’action et peu de fond). Le dessinateur va avoir l’occasion de dessiner autre chose que des super-héros et s’en donne à coeur joie ; il va aussi designer quelques costumes laissant libre cours à son imagination (même si celui du héros me rappelle un peu l’un des costumes des Eternels).

Bref pour un premier numéro, c’est une belle réussite et nul doute que Kick-Ass est promis à un bel avenir. Millar dit d’ailleurs que ce qui était prévu comme une mini-série peut visiblement être prolongé pour remplir trois TPBs. C’est écrit dans le mot qui conclut ce numéro, les gens de Marvel suivront-ils ?


Mes petits paris :
Un récit allant jusqu’au bout : oui, c’est une mini-série et les finances de Millar et Romita Jr ne devraient pas poser de problème.
Une parution en TPB : certainement, le contraire serait étonnant à moins que les parutions du label Icon différent de celles des récits Marvel au niveau des droits.
Une traduction en français ? Ca marcherait à coup sûr. Maintenant, là encore, ce sont les auteurs qui ont les droits donc ça peut poser certains problèmes.

Messages

  • ça pourrait m’intéresser.
    Et puis venant d’un non-fan de Millar, c’est d’autant plus attrayant.

  • J’ai lu le TPB lorsque j’étais à Cultura pour me décider à acheter si je prennais du Moore, Ellis ou Frank Miller.
    Bon, et puis, je vois Kick-ass, comme je n’ai pas vu le film, je me dit que je vais jeter un coup d’oeil. Je lis, et bon, on est porté par le récit, c’est vrai. Mais ça va trés vite. J’ai lu les 5premiers épisodes du tpb, d’une traite en 30min. Y a pas mal de baston, donc ça se lit vite.

    Bon, aprés, voila, c’est sans plus ni moins. Ca se lit, mais je ne mettrai pas un centime pour lire la suite !

    • J’avais écrit une chronique pour tout le TPB en VO ici. Il faut savoir aussi que la fin de la BD est différente de celle du film mais je ne vais pas dire que Kick-Ass est incontournable, loin très loin de là. Il vaut mieux prendre bien entendu du Moore, du Ellis ou du Miller, c’est clair.