Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > DC Comics > Batman > Batman Confidential #07-12 : Lovers & Madmen

Batman Confidential #07-12 : Lovers & Madmen

jeudi 6 mars 2008, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Michael Green / Denys Cowan)


Si Dieu a mis 7 jours pour créer la Terre et lui fournir ses habitants, il a fallu 42 jours à Batman pour nettoyer Gotham de ses criminels. Les enfants sortent enfin dans la rue, les gens sont encore dehors une fois le soleil couché, bref, le boulot de Batman semble être couronné de succès. Il est donc temps pour Bruce Wayne de profiter de cette accalmie et d’aller visiter une exposition qu’il a trop longtemps négligé. Il tombera sur Lorna Shore, la guide du musée qui n’aime pas qu’on la dérange quand elle travaille sur la restauration d’une oeuvre d’art, surtout pour une visite supplémentaire sortant du calendrier officiel de l’exposition.

Mais l’accalmie est de courte durée car une bijouterie vient d’être braquée. Deux hommes sont tués d’une manière très précise, tout comme le système de sécurité qui montre bien que le criminel en question est l’un des plus doués en son genre. Ce criminel en question est dans un bar, à se confier à une serveuse dénommée Leeny. Il trouve son métier beaucoup trop facile et finalement, s’ennuie. A quoi bon vivre alors ? Mais une fois qu’il va rencontrer Batman, son comportement et ses motivations vont changer du tout au tout.

Ce bandit s’appelle Jack, on le surnomme Mister J., il aime rire et faire des blagues. Plus besoin de vous faire un dessin, c’est bien du futur Joker dont il s’agit. Du coup, ce Lovers & Madmen se place en partie en concurrence de Killing Joke puisqu’il raconte aussi les origines du Joker. Des origines qui diffèrent et qui crééront certainement des tensions au sein des fans mais qui ne sont pas sans fondement. Fini le pauvre bougre dans une situation désespérée et qui se transforme en Joker après un coup monté foireux. Non, le Joker est bel et bien un criminel à la base, un professionnel doté une chance particulièrement énorme et quasiment de super-pouvoirs (même si ceux-là ne sont pas réellement explicités). On comprend mieux du coup, comment il peut revenir encore et toujours suite aux arrestations de Batman.
Un Batman dont le rôle n’est pas diminué dans la création du Joker. Ne serait-ce que par son apparition qui déclenche chez le futur Joker un regain d’intérêt dans le crime. Les relations entre le Joker et Batman ne s’arrêteront pas à ce déclenchement et cette première aventure de Batman "en dehors du crime standard" est une véritable charnière dans la carrière du chevalier de Gotham.

L’histoire tient donc la route et le dessin qui l’accompagne aussi. Pourtant le style de Denys Cowan (déjà vu sur Lobo ou The Question) est loin d’être standard. Le trait est brut et percutant, l’encrage loin d’être lisse et laissant visibles moults lignes de construction. Alors du coup, le style ne plaira pas à tout le monde et certaines fois, les personnages pourront paraître déformés. Ceci étant, mis à part une double planche se lisant étrangement "en demi-tour", la narration est fluide et la mise en page très claire.

Voilà donc les origines du Joker légèrement et logiquement modifiées, ça ne plaira pas à tout le monde mais le boulot est bien fait. Un arc à mon sens plus sympathique que celui d’Andy Diggle et Whilce Portacio.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0