Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Vertigo > King David

King David

vendredi 1er février 2008, par Mathieu Doublet

(Vertigo / Kyle Baker)


Le jeune David vivait avec son père qui élevait des moutons. David était un fabuleux joueur de lyre. Le roi Saul des Israëlites était le plus souvent clément mais il lui arrivait d’être possédé par un être sombre et monstrueux. Un des gardes demanda à David de jouer pour calmer le roi et à la surprise de tous, il réussit. Dès lors, il accompagna le roi Saul partout jusque sur le terrain de guerre entre les Israëlites et les Philistins. Parmi les Philistins, un soldat était particulièrement craint et son nom était Goliath.

La suite, vous la connaissez. Enfin, vous pensez la connaître. Kyle Baker, lui aussi, a lu la Bible et il va vous présenter sa version des faits. Un peu comme si le texte sacré avait été raconté par quelqu’un de notre époque et avec des mots de tous les jours, des mots et des expressions que chacun peut comprendre et qui, sans manquer de respect, ne sont pas trop polis par un fanatisme religieux prononcé.

Le ton est donné dès la dernière planche du combat entre David et Goliath. On n’a pas droit à la chute quasi magique d’un Goliath après avoir reçu le caillou de la fronde de David mais un Goliath avec le nez bien explosé et le sang qui coule à flot (ce qui est normal avec les nez en général). David terminera le sale boulot avec l’épée de Goliath dans un accès de fureur et une pleine page bien gore.

Ah oui, ce King David est un titre Vertigo. L’éditeur a eu le cran de publier un livre pour le moins spécial. Ceci étant, on retrouve les caractéristiques du label dont les relations entre les personnages qui sont ambigües au possible. Tous ne sont ni blancs ni noirs avec en premier plan un David qui est certes un combattant doué mais aussi un vantard imbu de son pouvoir une fois qu’il y aura accès.

Pourtant les planches de ce King David semblent tout droit sorti d’un film de Disney, Baker produit des illustrations puissantes sublimées par des couleurs châtoyantes. David est absolument puissant, le roi Saul perfide, et les expressions de tous, joie, auto-satisfaction, peur, désarroi, parfaitement rendues mais toujours avec un côté cartoon.
Le bouquin a beau être composé d’illustrations et de textes accolés, il dispose quand même d’un beau dynamisme. Il reste quand même basé sur la Bible qui n’est pas le texte le plus fluide et la lecture peut parfois paraître lourde.

King David, c’est un peu comme si les studios Disney s’étaient chargés d’illustrer un passage de la Bible pour des adultes. Du coup, au programme : violence et humour (des situations ou bien du décalage entre ce livre et la Bible) mais aussi un drame humain.
Excentricité du projet, talent à l’exécution, King David est une oeuvre remarquable ce qui est souvent le cas avec Kyle Baker.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0