Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > DC Comics > Scratch #1-5

Scratch #1-5

mercredi 30 janvier 2008, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Sam Kieth)


Il y a toujours un problème avec les "super" pouvoirs. C’est le moment où ils arrivent, en général, de façon complètement incontrôlée. Et pour Zack, le problème va ressurgir le jour de ses quinze ans. Depuis déjà pas mal de temps, sa main droite se métamorphose : de moins en moins de doigts, de plus en plus de fourrure et quelques griffes en bonus. Zack pourrait se dire qu’il est un loup-garou mais il va lui falloir la présence de la pleine lune pour en être pleinement convaincu.

En se réveillant de sa métamorphose en Scratch, après avoir vu le cadavre d’une biche gisant à ses pieds, Zach se dit qu’il est temps pour lui de s’éloigner de ses proches, de peur de les blesser. Après des jours de marche, il se décide enfin à s’arrêter devant une maison où une jeune femme et deux enfants le recueillent. A son réveil, la surprise est de taille : Sage, la femme et les deux enfants sont tous trois déformés physiquement et sont la cible de la vindicte d’une bande de villageois. Ceux-ci pensent que Sage est responsable du kidnapping d’une petite fille, et le fait que Zack, avec sa main griffue, soit dans la maison, ne va pas vraiment rassurer ces partisans du bûcher et de l’empalement sur fourche.

Le véritable responsable du kidnapping court toujours et Zack, Sage et les enfants vont rapidement s’y retrouver confrontés.
Problème : comment battre une espèce de tas de muscles et d’yeux sans forme quand, justement, on ne contrôle pas son pouvoir ?

Si Sam Kieth a bien du mal à nous expliquer où il veut réellement en venir dans les premiers numéros, les deux dernières parties sont nettement plus explicites et nettement mieux rythmées. Du coup, on prend un réel plaisir à la lecture au fur et à mesure que Kieth déploie son argumentaire en faveur des monstres, ce qui n’étonne plus les fans de l’auteur.
Ce qui est tout aussi intéressant dans Scratch est la fin de la mini-série. Si l’emploi de Batman est sur le fil du rasoir, entre sérieux et franche parodie, il est surprenant de voir à la fois la rigueur mais aussi la logique des dernières pages. Scratch est un comic-book d’auteur. Un trip que peu de gens peuvent se permettre de faire au sein de l’univers DC.

Qui dit "comic-book d’auteur" dit aussi que Scratch est plus réservé aux fans de Sam Kieth qu’au lecteur lambda, d’autant plus que Kieth a de meilleurs titres au catalogue (Zero Girl ou Four Women). Ceci étant Scratch contient aussi tout ce qui fait un bon Sam Kieth : un dessin puissant, des personnages attachants et des passages émouvants. Scratch est donc un peu bancal mais reste une lecture de qualité hors-norme.

Puisque la série n’a pas été reprise en TPB, elle demeure l’une des bonnes surprises que l’on trouve parfois en scrutant le long des boîtes de comics de nos comic-shops favoris.

1 Message

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0