Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > IDW > Silent Hill : Dying Inside #1-5

Silent Hill : Dying Inside #1-5

lundi 21 janvier 2008, par Mathieu Doublet

(IDW Publishing / Scott Ciercin / Ben Templesmith & Aadi Salman)


Troy Abernathy est un de ces célèbres médecins qui répondent aux sirènes du showbiz et notamment de l’édition. Bouquin à succès, femmes faciles, la boisson et les drogues, Troy a tout ce qu’il souhaite même des secrets bien enfouis au fond de son crâne. Un jour, un de ses collègues lui parle d’une patiente sur laquelle tout a échoué : hypnose, médicaments, psychanalyse. Et Troy se laisse prendre au jeu.
Lynn, jeune fille de 18 ans, a été retrouvée aux alentours de Silent Hill où un événement choquant lui a fait perdre les pédales. Agression ? Viol ? Aucun moyen de le savoir. Et puisque Troy a tout essayé, il ne reste plus qu’une solution : conduire la jeune fille là où tout a commencé : à Silent Hill. Même si cela signifie faire face à ses propres démons ...

Ce premier numéro est l’oeuvre de Scott Ciencin et Ben Templesmith, l’artiste de l’excellent 30 Days Of Night. Ayant joué à Silent Hill 2 et 3, je craignais l’adaptation en comics. Hé bien, les bougres s’en sortent plutôt bien. Aussi bien au niveau des monstres que de l’ambiance, nous sommes au sein de la petite bourgade innocente de Silent Hill, avec ses chiens écorchés, ses monstres à deux têtes, ses morts qui parlent, j’en passe et des meilleurs. Mais ces démons sont-ils réels ou ne sont-ils que des réflexions d’esprits passablement dérangés ?

Dying Inside, comme toutes les histoires du jeu vidéo Silent Hill, est une histoire de rédemption. Et si l’on connait les problèmes intérieurs du docteur Abernathy, ceux de la jeune fille sont encore très très flous. Le tout est vraiment très proche de ce que l’on peut ressentir avec le jeu vidéo.

Si Silent Hill Dying Inside avait très bien démarré avec Ben Templesmith, (ambiance bien rendue, tons de couleur bien choisis), la suite passe moins bien. Templesmith passe la main à Aadi Salman. Et là, c’est le revirement graphique complet. Jamais Silent Hill n’aura paru aussi coloré.
Et tout le problème est bien là car si les monstres sont toujours aussi indistincts, le feu d’artifice qui va arriver dans la tête du lecteur va l’empêcher de comprendre ce qu’il se passe. En fait, en conjugant différentes techniques (pastel, couteau, retouche à l’ordinateur, crayon) comme son prédécesseur mais en ne sachant pas s’arrêter à temps, Salman rend les cases difficilement lisibles et du coup, ralentit dramatiquement la lecture du récit. Un effet plutôt dommage pour une série horrifique dont le scénario était déjà suffisamment embrouillé pour y ajouter une difficulté de lecture graphique.

Car le scénario de Scott Ciercin aussi est bien tortueux. En fait, les deux premières parties de la mini-série ne sont qu’une espèce de prologue au réel problème. S’il est amusant de changer de personnage, l’intrigue des trois derniers numéros ne tient pas la route, se résume à une banale confrontation de force et le dénouement semble quelque peu précipité d’autant qu’on ne comprend pas vraiment comment et pourquoi le docteur Abernathy réagit en fin de récit.

A la première lecture, l’aventure Silent Hill : Dying Inside débutait de fort belle manière mais s’est pis les pieds dans le tapis d’un scénario moins compliqué qu’il n’y paraît et pourtant sinueux. Le gouffre scénaristique se cache derrière un graphisme trop détaillé et trop coloré pour une ville comme Silent Hill. Peut-être que les lectures suivantes seront plus clémentes et réussiront à faire passer un meilleur moment aux fans de Silent Hill en attendant le quatrième jeu, The Room, qui devrait sortir au début de l’année 2005.

Edit : A la troisième lecture, on ne peut pas vraiment dire que mon avis ait changé. Le graphisme est illisible et si les personnages de la seconde partie ont un comportement logique, on ne comprend pas le docteur Abernathy ni le "démon" surgissant au dernier numéro. Au final, seule la conclusion avec toutes les ramifications qui peuvent en découler satisfera le fan.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.fr :

Dying Inside est aussi inclu dans le Silent Hill Omnibus :

En VF :

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0