Onirique Comics 7.1

Accueil > Guides de lecture / Résumés > Birds of Prey (DC Comics) > Birds of Prey - "Of Like Minds" (#56-61)

Birds of Prey - "Of Like Minds" (#56-61)

samedi 16 décembre 2006, par Mathieu Doublet


Oracle et Black Canary sont sur la piste d’un homme d’affaires véreux, M. Fisher. Celui-ci ayant une peur bleue des super-héros, Canary se déguise et impressionne le businessman en lui proposant de se ranger une bonne fois pour toute et d’arrêter ses mauvais coups. La réaction de Fisher n’est cependant pas celle attendue par nos deux héroïnes puisqu’Oracle apprend que l’homme songe à se suicider. Black Canary part donc à sa rencontre mais le temps que celle-ci arrive dans les bureaux de Fisher, Barbara Gordon se rend compte qu’il s’agit d’un piège. Et celui-ci est de taille : Fisher est accompagné de deux hommes musclés et doués pour le combat : le blond Savant et le brun Créote qui casse les jambes de Dinah Lance, histoire qu’elle ne s’enfuit pas. Oracle reçoit un message annonçant que Canary est prisonnière.

Black Canary est séquestré par Savant qui veut absolument savoir qui se cache derrière le masque d’Oracle. Savant va donc donner plusieurs tâches à accomplir à miss Gordon si elle ne veut pas que son agent ne souffre le martyr. Oracle va devoir tout d’abord prendre contact de vive voix et écrire un quatrain qui fera beaucoup rire Savant même si le quatrain est on ne peut plus offensant. Oracle a donc besoin d’aide, elle décide de contacter Huntress dont elle a gardé le numéro sous le coude. Héléna Bertinelli n’est pas forcément très coopérative et si elle accepte de sauver Dinah Lance, il va falloir d’abord qu’Oracle lui file un coup de main sur l’affaire qu’elle mène actuellement. L’histoire d’enfant kidnappé est rapidement réglée et Huntress se rend donc là où se trouve Savant. De son côté, Dinah tente d’utiliser ses charmes sur Créote mais le gorille n’accepte pas les avances de la belle.

Tandis que Dinah se rappelle à la fois ses entraînements avec son maître d’arts martiaux et ses rencontres avec Lady Shiva (lui apprenant que le seul moyen de se libérer de ses menottes est de se casser les poignets), c’est Fisher qui lui apporte à manger. Black Canary demande à l’homme d’affaires quel moyen de pression Savant à sur lui. Fisher lui répond que sa famille est détenue dans un endroit secret.
Savant, dans un délire quasi perpétuel et une mauvaise maîtrise du temps qui passe, se rappelle sa rencontre avec Batman et le refus de celui-ci (Savant ayant privilégié de capturer des criminels plutôt que d’aider les victimes). Quant à Huntress, elle doit trouver des informations sur le véhicule transportant Savant et Créote. Celle-ci doit d’abord accepter un rendez-vous avec Josh, une jeune vendeur de voitures tout droit sorti des Simpsons. Heureusement pour l’héroïne, ce sacrifice n’est pas vain et Oracle arrive aisément à trouver la
voiture (Savant ayant choisi le coloris le moins populaire pour son véhicule).
Savant recontacte Oracle toujours avec des petits jeux téléphoniques (pratique des langues étrangères - imparfaite pour le français d’ailleurs, calcul mental de haut niveau) mais se retrouve le bec dans l’eau quand Barbara ne peut (ou ne veut) lui donner la véritable information : l’identité secrète de Batman.
Dans l’escalier qui mène à la cellule de Black Canary, Fisher et Savant ont une altercation pendant laquelle Savant, sans s’en rendre compte, révèle à l’homme d’affaires là où sa famille est retenue prisonnière. Savant oblige ensuite Dinah à révéler l’identité d’Oracle mais Fisher arrive avec une tasse de thé. Lance se dit que cela pourra peut-être réchauffer sa gorge (engourdie par ses tortionnaires) et qu’elle pourra utiliser son cri sonique. Manque de chance, l’eau est froide mais celle-ci contient l’émetteur pour contacter Oracle.
Dinah réussit à faire sortir Créote et Savant en leur demandant de lui acheter des produits "typiquement féminin" et réussit à contacter ses alliées. Elle se casse le poigner comme prévu et réussit à se libérer de ses menottes qu’elle passera ensuite à Savant pris en embuscade. Avec seulement un bras en bon état, Canary se dit qu’elle a encore une chance. Sauf qu’un gigantesque escalier se dresse devant elle. Huntress arrive à bon port mais se retrouve en face de Créote.

Tout le monde est capable de faire une erreur, même Dinah Lance qui n’a pas réfléchi que Savant, une fois qu’il aurait repris ses esprits, aurait les clés des menottes desquelles elle s’est libérée. Et tandis qu’Huntress se bat contre Creote, Fisher comprend enfin que sa famille est proche, toute proche. Une fois délivrée, il demande à sa femme et ses enfants de partir. Mais il lui reste encore à racheter ses crimes en quelque sorte. Il décide de retourner dans la maison où Savant, Creote, Huntress et Black Canary continuent de se battre. C’est Fisher qui fera toute la différence alors qu’Oracle joue aussi ses cartes. Pendant le combat, elle réussit à trouver la véritable identité de Savant dont le parler grec est parfait. Elle retrouve toute l’histoire du méchant ainsi que ses fichiers informatiques. Après avoir humilié son adversaire (une histoire père / fils), c’est au tour d’Oracle de faire chanter le maître chanteur. Savant doit libérer ses otages et courir assez vite pour qu’il puisse récupérer une partie de ses données. Il arrive malheureusement trop tard et c’est Oracle qui se frotte les mains d’avoir autant de pistes pour combattre le crime (même si ces pistes sont loins d’être propre). Une hésitation que la jeune femme dépasse, tentée par la facilité. Alors quand Black Canary détruit les CDs de sauvegarde, les choses
ne sont pas perdues.

Savant est en taule, et vu son état mental, passe direct à l’asile d’Arkham, où un traitement de faveur lui est destiné. Creote, lui, est enfermé dans le centre pénitentier haute sécurité de Blackgate. Pendant ce temps, le sénateur Pullman invite Black Canary à une partie de chasse sur son domaine. Le sénateur n’est pas doué en mondanités et exige seulement que les fichiers de Savant confisqués lui soit remis sous 24 heures. Canary s’en va et se révèle être Huntress avec une perruque tandis que Dinah office dans la tour de l’horloge avec Barbara. Les deux peuvent déjà discuter d’Huntress dont les manières ne sont pas toujours bien acceptées. Dinah soupçonne d’ailleurs Barbara d’être jalouse du fait que Huntress ait couché avec Nightwing. Barbara apprend aussi à Dinah à se servir d’une chaise roulante et lui propose un autre job, à côté d’elle près des ordinateurs ce qui lui évitera d’assister impuissante au massacre éventuel d’une amie. Mais Black Canary pense simplement que Barbara se soucie d’elle. Ce qui est vrai, et puisque l’héroïne ne veut rien entendre, Oracle trouve une seule solution : la virer.

Savant sort de l’asile en se battant contre le flic qui est censé le cuisiner. Barbara, elle, sort au restau, histoire de prendre un peu l’air après la discussion qu’elle a eu avec Dinah.
Pour Black Canary, le fait d’être en fauteuil roulant ne va pas être un temps de repos et elle cherche parmi la Bat-family, toutes les personnes susceptibles de se battre contre elle. Elle ne trouve que Cassandra Cain aka Batgirl qui lui apprend après combat que Dinah doit travailler son regard et montrer qu’elle est prête à tout, même à tuer pour gagner un combat. La séance d’entraînement avec Dick Grayson sera pour plus tard puisque celui-ci apprend à Lance qu’il vient de rompre avec Barbara. Mais Black Canary doit aussi s’occuper des appels à la tour et va devoir donner quelques tuyaux rapides et efficaces à Huntress pourchassée par quelques hommes peu amicaux. Le suivi est difficile et Dinah si elle ne sait pas se servir efficacement de l’arsenal d’Oracle, a d’autres idées en tête. Elle guide Huntress et ses poursuivants à un endroit où elle peut les rejoindre et utilise son cri sonique pour aider son alliée. Calmée et remise de ses émotions grâce à la tenancière du restau où elle vient de manger, Oracle décide de reprendre Black Canary et d’envisager qu’Huntress fasse partie de ses agents. Savant la contacte pour lui dire qu’il est sorti mais Barbara la joue au bluff, le méchant la croit et s’éclipse.


Pour acheter ce livre :