Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > DC Rebirth > Detective Comics #969-981 : La chute des Batmen & ???

Detective Comics #969-981 : La chute des Batmen & ???

lundi 22 avril 2019, par Mathieu Doublet

(DC Comics / James Tynion IV / Joe Bennett, Miguel Mendonça, Jesus Merino, Philippe Briones, Eddie Barrows, Alvaro Martinez, Javier Fernandez & Scot Eaton)

Ces numéros ont été publiés en kiosque dans la revue Batman #17-24 ainsi qu’en librairie dans les tomes 6 et 7 (le tome 7 est prévu pour septembre 2019 donc pas encore de nom pour ce tome).

Le Tim Drake du futur s’en est allé, battu dans son projet d’éliminer Batwoman, celle par qui tout devrait partir à vau-l’eau. Mais son passage n’a pas été sans dégâts surtout pour un Tim Drake actuel qui vient tout juste de sortir de la prison de Mister Oz. Il y a toutefois des moments agréables dans ce retour comme les retrouvailles avec Spoiler. Tim tente toutefois de botter en touche quand Stéphanie lui demande s’il compte reprendre ses projets d’études « sans costume ». Red Robin lui répond un refrain bien connu : « encore un dernier projet et c’est promis, je raccroche ».
Si Spoiler est relativement crédule face à ce mensonge, elle ignore que le projet que Tim a en tête contient une innombrable quantité de mini-projets qui devraient enfin mener à la Pax Batmania, la paix selon Batman. Il y est question de systèmes de sûreté, d’équipes vigilantes (dans tous les sens du terme), bref, d’un quadrillage efficace de Gotham City. Et ça, le maire de Gotham City n’est absolument pas prêt à l’entendre. Mais qu’à cela ne tienne, Tim Drake est trop enthousiaste, excité et peut-être totalement à côté de ses pompes pour s’en apercevoir. Et il risque aussi de tomber dans le panneau placé de façon bien commode par le Syndicat des Victimes.

Avec ces numéros, James Tynion IV ferme toutes les intrigues qu’il a lancées depuis L’avènement des Bat-Men, le début de la série sous la bannière Rebirth. Le tout est absolument cohérent. Chaque personnage va suivre son chemin et rester plus ou moins cohérent avec ses idéaux. Un événement majeur arrivera à la fin du numéro 973 ce qui déclenchera toute une deuxième partie d’histoire.
Tout au long de ma lecture, j’avais un sentiment un peu mitigé dû au fait que les événements dramatiques s’accumulaient un peu trop. Je me demandais quand Tynion allait redonner un peu de positif dans toute cette histoire, d’autant que Tim Drake, personnage solaire dans l’univers Batman, sombrait vers une destinée qui allait le mener clairement vers la vision future que l’on a déjà pu rencontrer plusieurs fois (si vous lisez également Super Sons).
Cependant, le scénariste monte bien ses œufs en neige et l’histoire prend complètement avec une dimension épique centralisée sur le Beffroi. La conclusion est un peu trop positive à mon goût, notamment par rapport à Tim et aux différents chocs qu’il a subi. Idem pour un certain personnage dont le retour n’est pas assez subtil. Tout cela sonne comme un « C’est bon, j’ai tout rangé, vous pouvez maintenant faire ce que vous voulez des personnages. » D’ailleurs, dans les numéros qui suivront Detective Comics retournera sur un format qui met en scène Batman plus ou moins seul.

Ce qui est assez pénible, c’est que les équipes artistiques varient réellement d’un numéro à un autre. On a de la chance qu’Eddie Barrows réalise le numéro final (lui qui avait aussi lancé la série) et de le voir également dans le numéro annuel centré sur Gueule d’Argile. Et la plupart des artistes font bien leur job. Mais j’avoue avoir eu plus de mal avec les planches de Javier Fernandez (dont j’ai déjà vu le travail sur Nightwing) mais la différence entre son style et celui des autres artistes est trop grande à mon goût. Jesus Merino est plutôt à son aise sur le numéro qui lui est confié et c’est agréable.
Pour le reste, entre les vieux briscards que sont Joe Bennett et Scot Eaton et les jeunots comme Miguel Mendonça ou Alvaro Martinez, on est assez gâtés.
Au final, tout ce run de Detective Comics aura été sympathique, aura lancé de belles intrigues et des personnages forts, aura fait avancer certains personnages même si gageons fort que tout ce qu’ils ont vécu soit plus ou moins ignoré par la suite. Si je n’ai pas été autant emballé par la fin que par son excellent début, ce run reste tout de même de qualité.