Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > DC Rebirth > Detective Comics #950-956 : La ligue des ombres

Detective Comics #950-956 : La ligue des ombres

vendredi 6 juillet 2018, par Mathieu Doublet

(DC Comics / James Tynion IV / Marcio Takara, Alvaro Martinez, Eddy Barrows, Christian Duce & Fernando Blanco)

Ces numéros sont publiés en VF dans la revue kiosque Batman #8-11 chez Urban Comics ainsi qu’en librairie en tant que tome 3.


Cassandra Cain est une assassin, quelqu’un qui sait comment tuer mais absolument pas comment communiquer. Le soir où elle a pu assister à un ballet, sa vie a complètement changer. Le langage du corps pouvait enfin être autre chose qu’un moyen de destruction. Avec la danse, elle pouvait s’exprimer, même si ça n’apporte en général pas grand chose en situation de combat. Toujours est-il que Cassandra arpente dès lors les coulisses du Gotham Metropolitan Ballet où elle peut espionner les danseuses et observer leurs gestes. De quoi se donner une belle réputation de fantôme et même d’effrayer quelques danseuses. Mais quand elle se fait remarquer, Cassandra ne peut que fuir, n’ayant pas les mots pour exprimer ce qu’elle recherche.

Si quelqu’un a bien remarqué le manège de la jeune héroïne, c’est sa mère, Lady Shiva. Autant dire l’une des femmes les plus meurtrières que la Terre n’ait jamais portée. Et si Shiva est à Gotham, peut-être qu’elle a quelque chose à y faire. Est-ce que la Colonie avait raison ? Est-ce la Ligue des ombres est en train de monter sur Gotham ? Est-ce que le chaos va se répandre de façon à rendre la situation incontrôlable pour Batman ?
Pour l’heure, ce dernier fait un marché avec le maire Hady, un homme politique qui cherche à redorer son image, retrouver des valeurs humanistes perdues, de quoi remettre la ville sur des rails moins corrompus. Tout devrait donc bien se passer à Gotham, n’est-ce pas ?

Bah non, bien entendu. Si tout se passait bien, James Tynion IV n’aurait pas grand chose à raconter. Le scénariste déroule le fil des numéros précédents. Il continue à placer des menaces de plus en plus graves sur le chemin de l’équipe de Batwoman, tout en commençant à les relier les unes aux autres. Le scénariste va y aller crescendo, faire apparaître des personnages qui semblent être très proches de leur version classique (ouf !) et donner une structure à ce qui ressemblait jusqu’alors à une succession de combats avec l’armée des méchants (bien que le Syndicat des victimes ne soit pas cité dans cet arc).
Si l’arc démarre son prologue avec Cassandra, c’est qu’elle est le personnage central de cet arc et qu’elle aura de l’importance par la suite. Tynion joue encore la carte de la relation parent / enfant, le duel Orphan / Shiva n’étant bien entendu pas sans rappeler celui que Kate Kane a dû combattre contre son père.
J’aime beaucoup le personnage d’Orphan et le scénariste lui rend vraiment hommage. C’est particulièrement vrai pendant le prologue qui permet à Cassandra de s’exprimer par le biais d’un narrateur invisible. De narration, il en sera aussi question au moment où l’héroïne commencera à accepter sa véritable nature. D’ailleurs, je ne saurais que vous conseiller de vous attarder sur le nom de l’auteur du livre (qu’on voit rapidement dans une case) qui ne vous dira peut-être rien sur le coup, mais qui sera rappelé de façon très pratique par Ra’s Al Ghul.

Pour le reste, la tension monte donc au fur et à mesure jusqu’à un climax qui permet à la fois au scénariste de ne pas raser Gotham et de mettre les héros dans une position de faiblesse très frustrante. De quoi continuer la trame de l’histoire. Je suis assez curieux de voir ce que Tynion a prévu pour le personnage de Batman et plutôt content d’espérer revoir Zatanna.

C’est Marcio Takara qui va se charger du gros de l’arc. Le dessinateur va faire un gros effort d’adaptation pour coller au récit. En effet, j’ai toujours vu son travail comme étant lumineux, fin, avec un encrage qui savait varié les épaisseurs donnant un aspect très joli à l’ensemble. Avec La ligue des ombres, Takara va bien entendu verser dans le noir. A mon humble avis, il ira piocher dans les comics illustrés par Frank Miller et encré par Klaus Janson, certains visages ressemblant à ce que la paire de vieux briscards a pu nous proposer. Peut-être en revient-il seulement au talent de Janson qui a signé le dernier arc marquant mettant en scène Ra’s Al Ghul, Death and the Maidens.
Toujours est-il que le dessin prend des allures beaucoup plus dures, que l’encrage va être plus libéré, plus épais, plus marqué par les poils du pinceau (même si je pense que l’artiste travaille beaucoup avec l’outil numérique). Cela va aussi lui permettre de ne pas s’attarder dans les détails. Toutefois la force est là et voir une splash-page avec les ninjas de la Ligue des Ombres est réellement percutant.

Ce sont Christian Duce et Fernando Blanco qui accompagneront Takara sur ce recueil. Le premier a un style très fin, très apprécié chez DC, un peu plus personnel que ce que peuvent produire la horde de dessinateurs talentueux venus d’Amérique du Sud et bossant habituellement pour la maison d’édition. Un artiste à suivre donc.
Le deuxième se chargera des épisodes ’flash-backs’ avec un trait plus pulp et qui bénéficiera d’un encrage lui aussi plus épais.

A noter également que le numéro #950 contient deux récits back-ups qui permettront de voir que l’avenir ne laissera pas beaucoup d’occasion à l’équipe de souffler. Entre une armure d’Azrael qui pourrait gagner sa propre conscience par le biais de l’intelligence artificielle et un Batman qui se prépare pour la guerre, il y aura fort à faire. Si en VO, ces menaces sont éloignées dans le temps de ce numéro spécial, les lecteurs français auront droit à un raccourci temporel avec la parution de Batman : Metal en librairie, plus tôt que prévu.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.