Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Autres éditeurs > Zita , la fille de l’espace tomes 1-3

Zita , la fille de l’espace tomes 1-3

lundi 2 juillet 2018, par Mathieu Doublet

(Rue de Sèvres pour la VF / Ben Hatke)

Zita et Joseph sont en train de se balader dans un champ non loin de chez eux quand ils découvrent un cratère. A l’intérieur, se trouve un boîtier plat surmonté d’un gros bouton rouge. Malgré les avertissements de Joseph, Zita appuie dessus et ouvre un portail vers une autre dimension. Les deux enfants n’ont pas vraiment le temps de réfléchir à ce qu’ils vont faire puisque des tentacules mécaniques s’emparent du jeune garçon et que son amie plonge à sa suite, sans se douter que le monde étrange dans lequel elle atterrit est condamné à être détruit par l’arrivée d’une météorite.
Zita va donc devoir retrouver Joseph et le sauver tout en essayant de mourir pulvérisée. Elle aura l’aide d’un golem sympathique, d’une souris géante et d’un robot de combat particulièrement agressif mais aussi très noble.

J’avais découvert Ben Hatke aux détours d’un Flight Explorer où Zita était déjà mise en scène. Les bouquins m’avaient ensuite fait de l’œil en librairie et c’est finalement par son équivalent masculin, Jack le Téméraire que j’avais abordé l’univers de l’auteur.
Hatke ne fait pas dans le comic-book mensuel mais dans ce que l’on pourrait appeler Roman Graphique, tellement le format aussi bien en taille qu’en épaisseur rappelle les livres de fiction non illustrés. Sauf qu’on est à 100% dans le cadre d’une bande dessinée, que Hatke profite bien de la page en agençant de grandes cases aérées et qu’au final, toutes ces œuvres se lisent vite et bien.

Si vous cherchez beaucoup d’originalité dans Zita, vous risquez d’être déçus : on a droit à du récit initiatique classique avec une héroïne responsable de sa mésaventure mais suffisamment responsable pour prendre le taureau par les cornes et chercher une solution à tous ses problèmes. Elles aura à la fois des alliés et des ennemis, sachant que le réel grand méchant n’apparaît que dans le dernier tome. Cela ne veut bien entendu pas dire que Zita va se croiser les pouces pendant plus de 400 pages : au contraire, elle devra affronter une météorite qui menace d’exploser une planète entière et gérer la vie de star qui lui tombe dessus une fois l’exploit accompli.
Hatke gère formidablement le fait d’avoir non seulement une trame narrative solide mais aussi des tomes pouvant très bien se suffire à eux-mêmes, même si chacun possède un cliffhanger qui montre que tout n’est pas forcément fini. Concernant le troisième tome, difficile d’en dire plus sans spoiler mais la fin est à la fois très logique et ouverte. Sachant que ce ne sera pas la dernière que l’on verra Zita.

La plus-value de l’auteur, ce sont les personnages et l’univers qu’il crée. Il y a énormément de créatures extra-terrestres étranges qui sont vraiment bien recherchées. Forcément, les alliés de Zita auront droit à plus d’intérêt que les autres mais quelques personnages secondaires auront aussi quelques scènes intéressantes. Chacun a son caractère, chacun a ses buts cachés et parfois on se surprend à comprendre les réactions pas forcément nobles de ces personnages. A ce petit jeu, Ben Hatke a bien réussi son coup, quelques surprises étant de la partie.

Reste ensuite le style graphique de l’auteur. Hatke est capable de très jolies choses à commencer par les couvertures qui sont rondes, précises, fignolées . A l’intérieur du bouquin, le dessinateur garde forcément sa patte mais l’on sent aussi que chaque case ne bénéficie pas d’autant d’attention que la couverture. Et c’est finalement tant mieux car on peut lire régulièrement le travail de Hatke. Les cases prennent alors une tournure plus rough, plus proche du crayonné et garde réellement en énergie. La colorisation (faite par l’auteur également) fait le reste et apporte le liant nécessaire. les décors seront limités à leur strict nécessaire et là encore, cela permet au lecteur de faire défiler les cases à grande vitesse. Le rythme effréné des aventures de Zita le permet amplement.

Au final, Zita n’est pas qu’un récit adressé aux filles et ceci, même si Jack le téméraire existe. Non, il s’agit d’une très bonne bande dessinée d’aventures absolument pour tous âges. l’action, la bonne humeur, les scènes épiques sont les ingrédients de ce très bon moment de lecture.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.