Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > DC Rebirth > Nightwing Rebirth #9-15 : Blüdhaven

Nightwing Rebirth #9-15 : Blüdhaven

samedi 2 juin 2018, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Tim Seeley / Marcio Takara, Marcus To & Minkyu Jung)

Cet arc est sorti en librairie sous le nom de Nightwing Tome 2 et en kiosque dans la revue Batman #5-8 chez Urban Comics.
Il fait suite au premier arc Better than Batman.

L’association Nightwing / Raptor n’a pas laissé Dick Grayson totalement indemne surtout après son passage chez Spyral et sa participation temporaire aux agissements de la cour des hiboux. Voilà qu’il est assailli de cauchemars récurrents dans lesquels une étrange momie tue ses amis de façon régulière. Quand Grayson se réveille, il a la surprise de retrouver Superman à sa fenêtre. Pas « son » Superman, avec lequel il était ami mais le « Superman » surprise qui est apparu de nulle part.
Ce dernier lui apprend que les cauchemars qu’il vit sont l’œuvre du Docteur Destin qui cherche à se nourrir et à ressurgir dans le monde réel. Sup’ emmène Nightwing dans sa forteresse de solitude afin de rentrer dans les rêves du jeune homme et lui donner toutes les billes afin d’affronter ses peurs.

A l’issue de cet épisode, Superman donne le même conseil à « son » Nightwing : prendre le large, quitter Gotham et trouver son propre terrain de jeu, à savoir la ville voisine de Blüdhaven. Grayson va suivre son conseil. Plutôt que d’emporter avec lui tout l’attirail d’un bat-sidekick, le héros va la jouer à l’ancienne : emploi dans un centre social pour la personnalité de Dick Grayson et écoute des sirènes dans la rue pour Nightwing. Sa présence tombe plutôt bien, le maire a justement besoin de convaincre les touristes que Blüdhaven est un endroit sûr. Quoi de mieux qu’un super-héros local ?

Je trouve que les scénaristes de DC arrivent à tracer un chemin cohérent avec une ligne directrice compréhensible au fur et à mesure de leur run. Pour Tim Seeley, c’est la recherche du Bien chez Nightwing qui importe le plus. Ou plutôt situer la frontière entre le Bien et le Mal, voir en quelles mesures il est acceptable de la franchir au risque de se perdre du mauvais côté.
Et le scénariste le fait finement par le biais du Centre Social qui inclut en son sein d’anciens super-vilains qui cherchent eux-mêmes la voie de la rédemption. De quoi résonner à double titre pour un Dick Grayson en quête de repères. Si le whodunnit est relativement classique, il est en droite lignée de toute la thématique de l’arc et apporte quelque chose à quasiment tous les protagonistes de l’histoire.

Un one-shot clôturera cet arc. De quoi faire évoluer légèrement le status quo avec un épisode tout en flashbacks jusqu’à une situation qui ressemble à un cliffhanger pile poil réalisé pour les recueils. Il donne envie d’en savoir plus et joue sur la corde sensible de Nightwing. Comme j’ai été happé par le récit, cela signifie qu’une fois de plus, c’est réussi.

Et c’est aussi réussi graphiquement. Marcio Takara ouvre le bal avec ses graphismes et ses personnages si ronds et si agréables à regarder. Oui, on joue avec des figurines de super-héros parfaites, oui, ça peut paraître lisse pour certains lecteurs. De mon côté, je trouve que Takara est généreux dans sa mise en scène, j’aime beaucoup sa représentation du Docteur Destin et les scènes oniriques sont vraiment réussies.
Viendra ensuite le tour de Marcus To, un artiste qui faisait partie de l’écurie Aspen, et qui fait partie actuellement, si je ne m’abuse, du studio RAID (où on peut trouver un certain Ramon Perez par exemple). To a visiblement changé son style ; en tout cas, il ne ressemble vraiment pas au style Aspen / Michael Turner. J’ai beaucoup aimé tous ces épisodes qui constituent le gros du bouquin. Ces personnages sont réguliers, agréables à voir, la mise en page est claire même si on peut regretter une réalisation assez sommaire des décors. J’ai un peu plus de mal avec les couleurs de Chris Sotomayor que je trouve trop fades surtout pour ce récit et ce héros qui sont tout de même très vivants.
Le dernier épisode, de transition, est laissé aux bons soins de Minkyu Jung. le coréen réalise un épisode vraiment sympathique qui va se consacrer aux vies quotidiennes de Nightwing et Vandale. Il est toujours vraiment agréable de voir les super-héros dans leur vie de tous les jours, en dehors des combats contre les menaces cosmiques.

Pour un deuxième tome, ce "Blüdhaven" est toujours aussi agréable à lire que le premier.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.