Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > DC Rebirth > Superman Rebirth Tome 2 : Au nom du père

Superman Rebirth Tome 2 : Au nom du père

mercredi 16 mai 2018, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Peter J. Tomasi & Patrick Gleason / Doug Mahnke, Patrick Gleason & Jorge Jimenez)

Cet album contient les épisodes 7 à 13 de la série régulière Superman Rebirth.
Il est disponible en VF chez Urban Comics. Il faut suite au Fils de Superman.


Quant Clark Kent a officiellement repris le manteau de Superman, cela a forcément empiété sur sa vie de famille. Et ce soir, dernier soir où la fête foraine est installée à Hamilton, le père Kent décide de faire une pause à la grande surprise de sa femme et de son fils. Si les festivités battent leur plein, si la soirée va se clôturer sur une remise de prix du meilleur lait local, est-ce que les petites frappes sont en vacances pour autant et est-ce que Superman va pouvoir se contrôler ?

Voilà comment ce second volume démarre, mettant en scène le coeur de la série à savoir la famille Kent. Cet épisode est vraiment représentatif de tout ce qui fait cette famille charmante tout en étant identifiable. Car s’il s’agit d’un récit super-héroïque, ce sont les petits mensonges obligatoires du père, la complicité de la mère et le ravissement du fils qui font que les choses ont un goût différent tout en étant familier.
Superman va voir le temps passé avec son fils prendre une allure particulière. Il faut dire qu’en laissant Jon créer un projet pour l’école au sein de la forteresse de solitude à partir d’un rêve qu’il aurait eu n’est pas forcément une très bonne idée. Le père, le fils et Krypto ("bon chien !") vont se retrouver dans une dimension parallèle où réside le dernier des Losers. Jon devra ensuite faire équipe avec l’affreux Damian, quitte à faire contre mauvaise fortune bon coeur. Puis ce sera Superman et sa femme qui seront confrontés à un autre couple ou plutôt ex-couple : Frankenstein, l’agent du S.H.A.D.E. et son ancienne fiancée, devenue chasseuse de primes.

Pour Tomasi & Gleason (que j’avais oublié de mentionner comme co-scénariste sur le premier tome), il ne s’agit pas de faire du super-héros à la sauce DC classique, avec les moments sombres, les désespoirs, les proches qui souffrent quand ce ne sont pas les héros eux-mêmes. Non, là, il s’agit de la famille comme ensemble solide, un trio (voire quatuor si on considère Krypto) qui a déjà suffisamment eu du mal à vivre dans un monde qui n’est pas le leur, et qui va voir ses valeurs confortées. Superman va apprendre à laisser son fils faire des progrès, y compris concernant la maîtrise de ses pouvoirs, à essayer de moins s’inquiéter (même si Batman va mettre les gamins à rude épreuve), à se poser des questions sur la paternité (lui qui est si marqué par ses propres pères) et à voir qu’il a de la chance d’avoir une épouse sur qui il peut compter.
Mais les scénaristes n’oublient pas le côté spectaculaire qu’on est en droit d’attendre dans un titre commençant par le grand S. Jon et Damian auront droit à une course poursuite contre la Mort effrénée, Frankenstein n’y ira clairement pas de main morte pour éliminer une extra-terrestre belliqueuse même s’il doit pour cela affronter une Lois Lane énervée et un Superman à l’avenant. Quant à l’île des Losers, elle est bourrée de dinosaures et de singes géants des plus agressifs. Plus pulp et plus action, tu meurs.

On retrouve la même équipe artistique que sur le tome précédent avec plus de cohérence. Doug Mahnke s’occupera de deux récits : celui sur l’île déserte et celui avec Frankenstein, avec ce qu’il faut de détails et dureté pour bien illustrer le danger et le poids des tartes aux doigts. Jorge Jimenez aura la joie manifeste d’illustrer l’épisode le plus familial (quelle dernière page !) et Gleason dessinera les planches de ce qui ne tardera pas à devenir la série Super Sons (disponible en VF - chronique à venir). Rien à dire concernant les trois : en ce qui me concerne c’est l’éclate totale.

Reste à espérer que derrière chacune de ces petites histoires se cache un bout d’intrigue plus grand, qui devrait traverser à la fois le monde de Superman mais aussi l’univers DC (rappelons que l’homme à la faux a aussi kidnappé un être cher à Batman). Il faudra voir comment les pièces se raccordent les unes aux autres, même si ça n’est pas encore d’actualité en VF au moment où j’écris ces lignes.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.