Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > Batman > Batman Rebirth Tome 1 : I am Gotham

Batman Rebirth Tome 1 : I am Gotham

lundi 24 juillet 2017, par Mathieu Doublet

(DC Comics - Urban Comics / Tom King / David Finch)

Lu en VF dans la revue kiosque Batman Rebirth #1-2. L’épilogue continue dans le TPB en VO et le tome 1 librairie VF sera dans le #3 kiosque.


Non, Batman ne peut pas tout empêcher à Gotham. Surtout pas le fait qu’un avion s’écrase en plein Gotham faisant de nombreuses victimes. En tout cas, il ne le peut pas toujours et espérer s’en sortir indemne. Voilà pourquoi le justicier demande déjà à Alfred par micro interposé de s’occuper de ses funérailles. Car s’il a réussi à emmener l’avion dans le golfe de Blackgate, il ne survivra pas à l’impact.
Rest in Peace, Batman ? Eh non, car deux surhommes, Gotham et Gotham Girl lui filent un petit coup de main. De quoi redresser l’avion et empêcher que la chauve-souris ne passe l’arme à gauche. Bien entendu, ces nouveaux jeunes en masque n’inspirent pas trop confiance à un Batman qui estime que Gotham est SA ville. D’autant que ces représentants de l’ordre manquent encore
d’expérience. Au moins, ils demandent à Batman des conseils avisés. De quoi être utile alors que la ville est menacée par de nombreuses bombes et qu’une phrase émerge : "Les monstres arrivent."

C’est Tom King qui reprend le titre phare de DC Comics après avoir connu un succès critique avec sa mini-série Vision (que je n’ai toujours pas lue, honte sur moi). Pour l’instant, son démarrage sur la chauve-souris est plaisant. On démarre sur une scène d’action qui met dans le vif du sujet et qui montre Batman et son nouvel allié (un Oracle au masculin qui peut aussi endosser un costume) dans ce qui fait que Batman est un super-héros génial qui sait se servir de ses gadgets et de son entraînement physique, quitte à y laisser sa peau. Le scénariste a mis son petit mystère en place ainsi que
la menace. L’identité de Gotham et Gotham Girl sera rapidement révélé, même si l’origine de leurs pouvoirs ne le sera pas vraiment. D’ailleurs (sans avoir lu l’épilogue non paru en kiosque), ce que l’on sait
de ces pouvoirs est plutôt étrange car ça n’est encore jamais apparu dans l’univers DC (alors que l’univers Marvel a déjà montré les effets de l’hormone de croissance mutante).
Les idées de King sont bonnes mais je trouve que le personnage d’Amanda Waller, une femme aussi intelligente que Bruce Wayne, voire plus retorse, est mal écrit. Elle prend des décisions particulièrement
étrange et surtout ne suit pas du tout le protocole du Suicide Squad alors que les personnages qu’elle embauche rentrent pile poil dans les critères. Maintenant, c’est Waller et ses plans ont souvent un déploiement
sur le long terme qui est réfléchi. A suivre donc et King demande donc qu’on lui fasse confiance. Il aura intérêt à le faire car j’ai trouvé qu’il utilisait une dose de pathos "à la Johns" qui n’était pas forcément
utile.

David Finch s’occupe de cette relance avec vraiment beaucoup d’application. On reconnaît le travail du dessinateur, la finesse de ses traits et sa capacité à dessiner de superbes scènes d’action. S’il a sans doute
bénéficié de pas mal de temps d’avance (d’autant que la série était publiée bimensuellement), la qualité de son travail est véritablement remarquable. Son travail de conception sur le nouveau costume de Batman est clair et
moderne, tout en restant dans ce qu’on a pu voir du personnage. Concernant le logo, la chauve-souris emblématique reprend de légères rondeurs et un liserai jaune l’entoure. De petites différences qui donnent un air frais au
héros.

Au final, j’attends encore de voir comment tout cela va tourner. Je comprends bien pourquoi la série a du succès outre-Atlantique, vu que tous les ingrédients des scénaristes à succès sont présents dans ce premier arc.
Maintenant, il sera intéressant de voir comment King va s’émanciper de ce qui s’est fait avant sur le titre.