Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > DC Comics > Batman > Batman : Holy Terror

Batman : Holy Terror

dimanche 30 septembre 2007, par Mathieu Doublet

(DC Comics / Alan Brennert / Norm Breyfogle)


Le 3 septembre 1658, Olivier Cromwell réussit à rassembler autour de lui les hommes les plus influents de l’Angleterre. Il pose alors les bases d’un gouvernement fondé sur la religion et la peur de Dieu. Ce sont les religieux qui ont le pouvoir en main et cette façon de vivre se développe jusque dans les colonies américaines. Les Etats-Unis feront désormais part du Commonwealth.

Au début des années 70, Thomas Wayne et sa femme sont assassinés devant les yeux de leur fils, Bruce. L’inquisiteur Jim Gordon, fraîchement débarqué à Gotham, ne comprend pas vraiment comment Joseph Chill, voleur expert, a pu tuer ces personnes (médecins personnels du représentant de l’Etat à Gotham City) et oublier de leur voler un superbe crucifix en or. Il ne comprend pas non plus comment Chill peut être accusé du meurtre alors qu’il est censé être en couvent pour une période de trente jours. Son supérieur lui dit que des gens meurent chaque jour, que les inquisiteurs ne peuvent pas tous les sauver et que Gordon ferait mieux d’apprécier sa chance d’avoir une famille bien portante avec un nouveau né.

20 ans plus tard, Bruce Wayne a bien grandi. Il a fait le deuil de ses parents en trouvant sa voie dans les ordres. Il remercie Alfred et se prépare pour son intronisation. C’est alors qu’il reçoit la visite d’un Jim Gordon se repentant. Celui-ci apprend à Bruce tout ce qu’il sait à savoir, principalement, que ses parents ont été tués sur l’ordre d’un homme de l’Etat. Le jeune homme est brisé. Sa paix intérieure se transforme en rage et sa soif de vengeance va l’amener bien plus loin qu’il ne le voudrait.

Holy Terror est un récit Elseworlds (Cromwell meurt de la malaria le 3 septembre 1658, ce qui met fin à son règne despotique en tant que Lord Protecteur) dans une Amérique encore plus puritaine que celle que l’on connait actuellement. Alan Brennert, scénariste de comics avant de rapidement se diriger vers la littérature avec un grand L, y déplace le mythe de Batman. Le jeune Bruce Wayne va bien entendu prendre le costume de la chauve-souris et construire sa cache dans une cave mais va aussi se rendre compte que le monde dans lequel il vit ne permet pas une vengeance aveugle. Le propos d’un mal plus profond est donc encore présent mais mis en scène de façon différente. Un autre côté sympathique de ce Holy Terror est la présence de nombreux personnages de l’univers DC dont je vous laisse la surprise. Si elle est sympathique, elle donne toutefois aussi le sentiment de servir la soupe aux fans de l’univers par le biais de clin d’oeil. Pas sûr que les non-amateurs y trouvent leur compte.

Norm Breyfogle est un habitué de l’univers de la chauve-souris. Il est donc à l’aise avec toute la galerie de personnages mais a la porte ouverte pour renouveler la garde-robe de son héros ainsi que ses gadgets. Pour le reste, on est typiquement dans un graphisme "comics" des années 90 de chez DC. Comprendre par là que ce n’est pas un graphisme de star même si les techniques sont là. Le résultat est le plus souvent tout à fait correct, il ne devient caricatural qu’à de maigres occasions.

Holy Terror est donc un récit alternatif pas déplaisant mais loin d’être incontournable. Le récit est connu mais apporte de légères touches qui relève l’intérêt de la lecture. Il est aurait peut-être été plus intéressant de faire une mini-série plus longue que ce one-shot et qui aurait permis de développer un peu plus l’univers et de mieux mettre en scène la galerie des personnages DC.

5 Messages de forum

  • Batman : Holy Terror 30 septembre 2007 14:13, par Gendar

    J’étais assez enthousiaste à la lecture de ton article. Mais la fin m’ a quelque peu refroidi.
    En effet, je pensais que c’était une mini série comme Red son où l’univers alternatif bien le temps d’être caractérisé. Car c’est ce qui me plait vraiment dans les Elsewords que j’ai lu par rapport au What If de Marvel. On prend le temps de bien développer le concept.
    Le titre fait combien de pages ?

    • Batman : Holy Terror 1er octobre 2007 18:08, par Spirit

      Je l’ai lu et il fait en tout une cinquantaine de pages à tout casser. Ce qui ne nuit en rien à la lisibilité et au déroulement de l’intrigue. Le message délivré y est également saisissant. A conseillé vivement.

    • Batman : Holy Terror 4 octobre 2007 20:14, par Mathieu Doublet

      L’univers est bien caractérisé mais à la fin du bouquin, je me suis dit qu’il était bien dommage qu’il ne soit pas plus développé. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne l’est pas dans le one-shot. ;)

      Et donc l’album fait 48 pages, couv’ cartonnée.

  • Batman : Holy Terror 1er octobre 2007 19:35, par Céd

    Je ne suis pas sûr que je le prendrais si ça devait sortir en VF.
    Notamment pour ce que tu dis sur l’aspect graphique.

    • Batman : Holy Terror 4 octobre 2007 20:15, par Mathieu Doublet

      A l’époque les lecteurs ne devaient pas être déçus parce que c’est bien synchro avec le style des séries régulières Batman du moment.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0