Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Para-comics / Meta-comics > Films / Séries TV > Iron Fist Saison 1 (2017)

Iron Fist Saison 1 (2017)

lundi 10 avril 2017, par Mathieu Doublet

(Netflix / Marvel)

Crée pour la télévision par Scott Buck
Avec Finn Jones, Jessica Henwick, Jessica Stroup, Tom Pelphrey, David Wenham, Rosario Dawson, ...


15 ans après avoir été déclaré mort dans un accident d’avion, Danny Rand revient à New York. Les choses ont bien entendu changé durant son absence et il va devoir réussir à prouver son identité face aux regards incrédules. A commencer par ceux de Joy et Ward Meachum, ses amis d’enfance et têtes de Rand Entreprises, la société crée par les père de Danny, Joy et Ward. Ce dernier a toujours été pénible voir violent vis à vis de Danny et les années ne semblent pas avoir changé les choses. Ce dont Danny ne se doute pas, c’est qu’il n’est pas le seul à être revenu d’entre les morts. En effet, si Ward est aussi méfiant et cherche à mettre Danny de côté, ça n’est pas seulement parce qu’il veut garder la main sur la société qu’il a gérée jusque là mais aussi parce que son père, censé être mort également, lui souffle à l’oreille quoi faire dans une relation bien malveillante et manipulatrice. Et quand Danny prétend qu’il a passé les 15 dernières années dans un palais rempli de moines au sommet de l’Himalaya dont l’accès n’est ouvert que tous les 15 ans, autant dire qu’il passe bel et bien pour un fou. Heureusement qu’il arrive à parfois déclencher, l’Iron Fist, arme qui doit lui permettre de protéger Kun L’Un et se battre contre les sbires de la Main.

Nouvelle série tirée du partenariat Marvel / Netflix, Iron Fist passe donc après Daredevil (saison 1 et saison 2) ainsi que Jessica Jones et Luke Cage. Dès le premier épisode, on reconnaît le cahier des charges typiquement Netflix avec beaucoup de discussion, un cadre très urbain et une utilisation très limitée des effets spéciaux afin de retranscrire les pouvoirs du héros. On notera toutefois que l’image est sensiblement différente des séries sœurs. Plus solaire, Iron Fist se démarque par plus de scènes de jour, un soleil très souvent présent et donc une image plus lumineuse. C’est un peu la marque de fabrique de cette série et qui lui permet de se démarquer du reste. Car, en réalité, le scénario est tout de même très proche de ce qui s’est fait avant.

En effet, c’est le combat du héros contre un grand méchant financier, loin de tout adversaire surnaturel (même s’il y en a une dose plus que correcte dans Iron Fist). On peut toutefois se réjouir que cette vilénie va être reportée de personnage en personnage et que certains vont peut-être en ressortir un peu grandi, tout de moins, moins haïssables qu’au départ. Il y a donc un jeu de conspiration et de manipulation qu’on ne retrouve ni dans les saisons de Daredevil ou si peu dans celle de Luke Cage. Face à cela, débarqué de son palais magique, loin des affaires des hommes, Danny Rand paraît bien naïf, ce qui peut tout à fait se comprendre. Finn Jones joue assez bien cette pureté et la bonhommie incluse dans son personnage. Ses moments de doute après les régulières crises qu’il subit, ses accès de colère sont déjà moins bien rendus et nous rendent l’impression d’un petit gamin qui fait un caprice que celle d’un adulte qui cherche des repères inexistants. Oui, si j’ai dit que la série était plus solaire, n’allez pas croire que tout est rose chez Rand. Marvel oblige, il est bien entendu hanté par la mort de ses parents dont il chercher à élucider le mystère.

Parallèlement à Danny, on suivra les aventures de Colleen Wing, jeune femme solide qui tente de racheter les gamins de son quartier en leur inculquant une discipline asiatique au sein de son dojo. Le personnage est intéressant et proposera un miroir à l’Iron Fist, en vivant le même genre de traumatismes. Je me suis d’ailleurs beaucoup plus attaché à Wing qu’à Rand au final, son parcours sortant finalement du schéma Marvellien classique. Avec son apparition, c’est tout un pan de l’univers urbain de Marvel qui devient possible puisque dans les comics, elle s’associe avec Misty Knight (vue dans la série Luke Cage) afin de créer l’agence de détectives Daughters of the Dragon puis Heroes for Hire.
En parlant de cette série et qui met en scène originellement Luke Cage et Danny Rand, Netflix a déjà bien balisé le terrain avec une série appelée Defenders qui n’a pour le coup aucun rapport avec son équivalent papier. Si les Defenders version comics tournent beaucoup autour du Docteur Strange, de la Valkyrie ou encore de Hulk, celle proposée par la télévision associera aux deux héros précités Matt Murdock et Jessica Jones. On est donc plus proche d’une série Marvel Knights que Defenders mais le public TV n’aurait probablement pas accepté un terme aussi cheesy que Marvel Knights.

J’ai apprécié la série Iron Fist, plus que les Daredevil, autant que Jessica Jones et peut-être un poil plus que Luke Cage. Moins dépressive que les premières, moins caractérisée que la dernière (très hip-hop blaxpoitation), elle ressemble à mon humble avis le plus à une série de super-héros qui possède une inspiration kung-fuesque. A ce titre, les combats m’ont paru assez chouettes, contenant leur lot de poses qui pourraient paraître affreusement ridicules (on est bien loin d’une chorégraphie à la Tigre & Dragon) mais qui sont plutôt bien passées à mes yeux. Budget et longueur standard de 13 épisodes obligent, le rythme n’est pas le plus trépidant qui soit et il y a beaucoup de scènes qui sont loin de l’action pure et dure. Ceci dit, chose rare pour une série Marvel / Netflix, quelques cliffhangers donnent envie de regarder l’épisode suivant. Et ça ne m’était personnellement jamais arrivé jusqu’à présent sauf peut-être parfois sur Jessica Jones.


Bonus : Stan Lee apparaît dans le dernier épisode de la série. En tout cas, j’ai vu ce clin d’oeil. Il y en a peut-être d’autres ailleurs. En bonus, le cameo de Stan Lee lors du dernier épisode

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0