Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Marvel Comics > X-Men et affiliés > X-Men : First Class : Tomorrow’s brightest HC

X-Men : First Class : Tomorrow’s brightest HC

dimanche 23 septembre 2007, par Mathieu Doublet

(Marvel Comics / Jeff Parker / Roger Cruz)

Ce hardcover reprend les huit premiers numéros de la mini-série.


Cinq jeunes sont inscrits l’école pour surdoués de Charles Xavier. Ces surdoués sont des jeunes particuliers puisqu’ils sont des mutants : Bobby Drake écrit à sa mère pour ne pas qu’elle s’inquiète. Elle sait déjà que son fils contrôle le froid mais ne sait pas de quelles prouesses ses camarades de jeu sont capables : le chef de l’équipe est Scott Summers. Il ne peut pas ouvrir les yeux sans lâcher un rayon dévastateur. Il porte donc une visière en quartz avec son costume ou des lunettes particulières en temps normal. Hank McCoy est désarçonnant car il correspond à la fois à l’image du sportif brutal mais aussi du génie de l’école. Warren Worthington a beau être riche, il n’en a pas moins de difficulté à accepter que les autres le regardent difficilement à cause des gigantesques ailes qu’il a dans le dos. Et heureusement, il a un membre de la gent féminine parmi tous ces garçons (ce qui ne manque pas de causer des frictions) : Jean Grey, capable de déplacer des objets par la seule force de son esprit.

Bref, cette histoire, vous la connaissez pour un peu que vous ayez lu une intégrale X-Men, un Strange ou encore que vous ayez vu le film. Jeff Parker reprend le concept de la série à l’époque où Stan Lee et Jack Kirby la présente. Cinq jeunes épaulés par leur mentor et qui doivent faire face au regard méfiants des autres humains ainsi qu’à des ennemis pour le moins aléatoire.
Parker fait le choix de raconter des histoires se passant entre les numéros de Lee et Kirby. Si le fait de ne pas connaître ces histoires ne pose pas de problème pour la lecture de ce livre, elle apporte aux ultra-fans, des pièces qui peuvent combler le puzzle (mais que font les X-Men entre deux aventures ? Et bien, d’autres aventures, bien sûr !) Ce choix des aventures séparées donne la désagréable impression de décousu. Pourquoi d’ailleurs en faire une mini-série si ce n’est pour tester la validité économique du projet ? Car aucun fil rouge ne viendra parcourir les huit épisodes de cette mini-série, tout juste Iceberg / Iceman aura-t-il droit à une présence plus prononcée.
Une autre chose assez désagréable est que l’histoire est très mal définie temporellement. Les héros sont supposés vivre dans les années 60/70 mais parlent d’e-mail et d’autres inventions modernes. La visite à Greenwitch Village pose exactement le même genre de problèmes. Il est d’autant plus dommage que ce côté n’ait pas été plus maîtrisé. Un petit côté vieillot aurait donné nettement plus de personnalité à cette série qui dispose de beaucoup de caractéristique du comic-book à l’ancienne : aventures en un numéro, ennemis énormes, morale en fin d’histoire et globalement une très bonne humeur.

Graphiquement, on est loin du style de Kirby. Roger Cruz (vu sur 10th Muse) est un dessinateur dynamique et propre. Il n’a cependant rien d’un dessinateur superstar et son style n’est pas ce qu’il y a de plus remarquable mais il rend un travail solide qui ne déconcentre pas le lecteur.

X-Men First Class a beau être une lecture agréable, elle manque de fond et n’est absolument pas indispensable. Il est étrange que Marvel ait d’ailleurs permis cette série d’accéder au format oversized hardcover, bien des séries avec un meilleur scénario, de meilleurs dessins ou encore une plus grande visibilité pourraient y avoir droit. Peut-être les gens de Marvel se sont-ils mélangés les pinceaux avec l’autre série de Jeff Parker, Agent of Atlas ? En tout état de cause, un simple TPB suffit pour X-Men First Class.


Pour acheter ce livre :

En VO :

En VF :

Ce livre n’est pas encore prévu en VF.

9 Messages de forum

  • X-Men : First Class : Tomorrow’s brightest HC 23 septembre 2007 10:09, par soyouz

    Mêmes problèmes que pour la série Emma Frost donc. ça commence à faire beaucoup quand même, toutes ces histoires entre les histoires. Casey a déjà fait les Vengeurs et les FF, First Class semble vouloir faire le même topo, mais sans respecter l’époque. Une mini-série donc réliser par-dessus la jambe !

    En VF, d’occas’, assurémment !

    • X-Men : First Class : Tomorrow’s brightest HC 23 septembre 2007 10:43, par Mathieu Doublet

      Pour Emma Frost, personne n’avait raconté son origine, donc ça ne posait pas de problème (si ce n’est pour la ligne temporelle). Pour First Class, c’est surtout le fait que l’on ne sache pas vraiment si on est en 2000 ou en 1960. Le jonglage est mal fait.

      Et puis, comme je l’écrivais, il s’agit plus d’écrire des histoires qui se sont passées entre d’autres mais qui n’ont pas d’importance. Comme des numéros supplémentaires de X-Men avant qu’elle ne devienne Uncanny X-Men.
      Du coup, ça n’est pas tout à fait comme Earth Mightiest Heroes de Casey et Kolins.

  • X-Men : First Class : Tomorrow’s brightest HC 23 septembre 2007 12:22, par Gendar

    Ca m’a l’air très dispensable tout ça et d’un intérêt plus que limité. Je vois pas trop l’utilité de rajouter de nouveaux épisodes entre les anciens,. Surtout, si cela n’apporte rien de plus, au contraire par exemple du concept des illuminatis.
    Et si en plus, il y a des anachronismes !

    • X-Men : First Class : Tomorrow’s brightest HC 23 septembre 2007 19:40, par Mathieu Doublet

      Si si, ça fait clin d’oeil, clin d’oeil au fidèle de la série. Comme quand Iceman dit qu’il n’a pas du tout envie de rencontrer le mauvais côté de Jean Grey quand il voit déjà les dégâts que la bonne fait. Oui je sais ... c’est très très très maigre.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0