Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Image Comics > The Legacy of Luther Strode #1-6

The Legacy of Luther Strode #1-6

lundi 15 août 2016, par Mathieu Doublet

(Image Comics / Justin Jordan / Travis Moore)

Luther a passé le cap difficile qui lui permet d’accepter sa condition de machine à tuer. Il cherche donc non seulement à retrouver Cain, le
premier talentueux et celui qui fournit la méthode Hercule à ses lecteurs, mais aussi d’autres gens comme lui qu’il essaie de convaincre. Convaincre de quoi faire ? De se mettre de son côté, d’arrêter de tuer à tour de bras, même si les motifs semblent être justes. Malheureusement, peu de talentueux vont lui
apporter beaucoup de soutien et Luther ne sera accompagné que de la folle Petra et de l’étrange (et probablement peu fiable) Delilah.

Et voilà, la saga de Luther Strode se termine avec cette troisième mini-série. Pour les auteurs comme pour les lecteurs, il va donc être temps de tourner la page
ce qui ne sera pas chose aisée. D’autant que Justin Jordan, pour qui tout a changé depuis la création de Strode, réussit à écrire une histoire quasiment aussi bonne
que la première partie. Je suis bien content que la seconde mini n’ait été qu’un moment nécessaire mais passager dans une ambiance sans humour. Avec The Legacy, c’est à
nouveau la fête au gore et à l’humour de situation, le tout étant le plus souvent déclenché par Petra. Et six numéros, c’est finalement très peu pour le voyage que va faire
Luther et sa petite bande, même avec des premiers et derniers numéros gonflés aux stéroïdes. Autant dire que ça va avancer à vitesse grand V, à peu près à la même vitesse que
les multiples combats qui vont peupler les pages de cette mini-série.
Les personnages ne sont pourtant pas en reste et permettent de développer ce que Jordan appelle le Luther-verse, un univers loin d’être clos puisque dans The Legacy, on a droit
en bonus, à une histoire scénarisée par le dessinateur et qui met en scène les jumeaux, premiers adversaires de Luther dans l’histoire qui nous intéresse. J’y reviendrais un peu plus tard.
A noter aussi que le deuxième épisode met en scène un Talentueux russe qui ne parle pas anglais. Et comme l’indique le scénariste, toute l’histoire se passe du point de vue de Luther et Petra
et il est donc complètement logique que les propos du personnage ne soient pas traduits, ce qui est quand même un énorme coup de poker pour perdre ses lecteurs. Comme d’habitude, les notes d’intentions
du scénariste sont un vrai bonus en fin de numéros. Anecdote amusante : je parle un peu russe et bien entendu, les seuls mots que je ne connais pas, ce sont les gros mots. Imaginez donc la tête de ma femme
quand je lui ai demandé ce qui signifiait toutes ces insultes ... Déjà que le comic-book n’est pas très fin. Fin de l’anecdote.

Aux dessins, on retrouve toujours Travis Moore et fort heureusement, car je ne vois pas quel artiste pourrait être aussi efficace sur ce genre de récits. Je ne l’avais pas écrit avant mais Luther Strode, c’est un peu
la réponse américaine à Fist of the North Star (Ken le Survivant en VF), tellement la morphologie des Talentueux est super exagérée et très semblable. Pour le reste, Moore fait preuve d’une belle minutie, à tel point que je
prends à rêver à une édition A3 voire même à taille originale des planches, histoire d’y voir un peu plus clair. Car à l’instar de la scène d’ouverture mettant en scène Samson et Dalilah, la boucherie ne sera lisible que si
vous faites énormément attention aux cases. Par la suite, dans les passages contemporains, les flèches, les lignes de trajectoire, la mise en scène et la disposition des cases feront que le travail Moore est un plaisir pour les
yeux et traduisent une vitesse et une rapidité impressionnante. A la limite, il manque quelques flèches, histoire de prendre les cases dans le bon sens et il arrivera parfois de reprendre une page dans le bon sens, suite à une disposition
un peu originale.
Travis Moore scénarise le récit des Jumeaux, donc. Et le travail est bien fichu, à défaut d’être franchement original. Dommage par contre qu’on n’ait pas la totalité du récit, le principal restant l’histoire de Luther qui prend énormément de
place. Reste à savoir où et quand on aura droit à la suite de ce récit.

Peut-être que, comme le scénariste l’indique, si l’histoire de Luther est terminée, ça n’est pas la dernière fois qu’on entrera dans l’univers des Talentueux. C’est probablement dans ce cadre qu’on aura droit à la fin de l’histoire du dessinateur.
Si ces nouvelles aventures dans le Luther-verse sont aussi enthousiasmantes que celles de Luther, je suis tout à fait d’accord pour monter à bord de ces nouveaux trains mais relever le défi de produire un récit d’une telle intensité risque d’être compliqué.


Pour info :
- chronique de The Strange Talent of Luther Strode
- chronique de The Legend of Luther Strode