Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Autres éditeurs > The Stuff of Legend, Volume 3 : A Jester’s Tale

The Stuff of Legend, Volume 3 : A Jester’s Tale

dimanche 7 août 2016, par Mathieu Doublet

(Th3rd World Studios / Mike Raicht & Brian Smith / Charles Paul Wilson III)

Lu sous la forme de mensuels (4 numéros).

Après la révélation de Max, la bande des jouets a décidé de se séparer. Pour Jester et la princesse, il s’agit de retrouver le camps des indiens. Mais tandis que
Jester s’éloigne un peu histoire de trouver des vivres et des secours, il revient avec une mauvaise surprise : sa princesse est partie avec le guerrier de sa tribu.
Le bouffon va donc partir en quête de sa bien-aimée et en compagnie de Filmore, l’ancien maire d’Hopscotch. Pendant ce temps, Percy, Harmony et Quackers tentent de trouver
un moyen pour s’échapper du domaine sombre et un autre bouffon bien plus sombre taille dans le gras des armées du Croque-Mitaine. Mais celui qui ressemble à Jester n’a pas
exactement les mêmes méthodes ni les mêmes limites. De son côté, le garçon est accompagné d’un autre prisonnier du Croque-Mitaine et tous deux vont chercher à atteindre
le camp des Indiens car il se pourrait bien que leur salut se trouve là-bas.

Parfois, on a du mal à retrouver un numéro manquant qu’on a oublié de commander. Et du coup, une série peut se retrouver longtemps sur la pile de lecture. C’est un peu ce qui s’est passé
pour The Stuff of Legend, sachant que la chronique du volume précédent date d’il y a maintenant plus de quatre ans. Mais ce qui tombe plutôt bien, c’est que la série recommence à donner
de ses nouvelles. Bref ...
Ce troisième volume est le classique volume de transition où les personnages se déplacent pour faire avancer l’histoire et se rejoindre ou se séparer. Le duo de scénaristes ont pas mal de personnages à gérer
et surtout à des lieux véritablement différents. Parfois, le scénario est suffisamment bien parti pour que les avancées des personnages soient naturelles, parfois, ça n’est pas le cas. Prenons par exemple, le cas du
frère de Jester, le Fantôme. Celui-ci se déplace de façon magique ce qui fait qu’on le retrouve de façon très opportune un peu partout sans qu’on comprenne bien ce qu’il vient faire et surtout comment il s’y prend.
En ouvrant ce troisième volume par une scène épique de bataille en pleine mer, mettant le Fantôme en scène, certes le duo a tout à fait réussi son effet du "mince, Jester a bien changé" mais a aussi rendu des choses très
confuses. Alors peut-être que le final de ce volume pourrait expliquer les facultés extraordinaires du anti-héros mais cela ne sera pas clairement dit.
On regrettera aussi que la bande de Percy ait une maigre part de l’histoire, reléguée à une quête secondaire, voire tertiaire. C’est original mais là encore, très désarçonnant. Quant à Max, on ne le verra pas du tout mais
à en croire la couverture du volume 4, il devrait bientôt réapparaître. Pour le reste de l’histoire, c’est toujours ce mélange homogène de grandes scènes de bagarre et de discussions entre personnages à la recherche d’un compromis
dans un monde en guerre ou personne ne peut vraiment se faire confiance, a fortiori à de nouveaux jouets.

J’aurais du mal à décrire les évolutions de Charles Paul Wilson III de ce volume au précédent (surtout que j’ai tout relu dans la foulée). Il y a une évolution claire cependant dans le traitement des personnages humanoïdes non grimés.
Je les trouve plus naturels, plus facilement mis en scène mais c’est peut-être moi qui me suis fait au style du dessinateur. La colorisation toujours aussi particulière n’aide pas forcément la lecture, surtout dans les scènes qui se passent
de nuit ou au moment des combats. La scène d’ouverture claque, certes, notamment par la richesse des détails et les proportions utilisées par l’artiste mais ne sont pas forcément très lisibles. Il faudra être attentif pour voir tout ce qui se
passe. Et bien entendu, cela n’aide pas quand le scénario joue ouvertement la carte de la confusion.

Au final, ce volume 3 est un peu faible par rapport au précédent. J’avais bien saisi les retournements de situation, les indices laissés par les créateurs étant trop évidents. Est-ce la "faute" aux scénario ou aux dessins ? Bonne question. Toujours est-il
que tout est compréhensible mais que l’ensemble manque d’un peu de surprise. A voir comment le prochain tome se sortira de tout cela.