Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Marvel Comics > X-Men et affiliés > Wolverine & The X-Men #30-35, 38-42 et Annual #1

Wolverine & The X-Men #30-35, 38-42 et Annual #1

mercredi 15 juin 2016, par Mathieu Doublet

(Marvel Comics / Jason Aaron / Ramon Perez, Nick Bradshaw, Jorge Molina, Pasquel Ferry, Pepe Larraz, Shawn Crystal, Steve Sanders, Nuno Alves, Tim Townsend & Chris Bachalo)

Lu en numérique au format mensuel. Ces numéros ont été compilés dans les recueils Wolverine & The X-Men by Jason Aaron Vol. 7 et 8.


Les choses empirent à l’école Jean Grey puisque plusieurs étudiants se sont fait la malle et visiblement vers l’école du Hellfire Club dirigée par kade Kilgrave et sa bande d’ados super-friqués. Le souci, c’est que les enfants sont redoutablement efficaces quand il s’agit de cacher leurs traces aussi bien corporelles que psychiques. Et ce ne sont pas les espèces de stromtroopers qui vont pouvoir leur donner des informations solides. Quant à Quentin Quire, il se dit qu’il ferait aussi bien de changer de camp, surtout que sa copine Idie l’a fait et qu’il aimerait bien la revoir. Autant dire que le bateau de Wolverine prend l’eau et que l’école du Hellfire Club recrute. Pour les élèves, entre les cours de dissection du Dr Xanto Starblood, les cours de science proposée par Sauron ou ceux de démonologie par Master Pandemonium, les élèves vont peut-être regretter d’avoir changé de crèmerie ...

Ce premier arc est vraiment excellent comme tout le reste du run : Aaron met en place le plan final du Hellfire Club avec encore de très bonnes idées. Si les super-héros en version professeur vous avaient amusé, attendez de voir ce que ça donne avec des vilains. C’est du bonheur tout simplement, alors que l’on retrouve des anciens briscards comme Mystique ou Sabretooth et des nouveaux venus (enfin pour moi) comme Madame Mondo, une version pervertie (si c’est possible) de Mojo. Mais Aaron n’oublie pas les sentiments et les moments plus tragiques comme la relation qui unit Toad et Husk. Toad, avec son personnage de balayeur, va tout de même avoir quelques moments de bravoure, y compris dans l’arc final de la série (enfin de son premier volume).

Le second arc (qui contient aussi le numéro Annual marquant le retour de Kubark, le fils de Gladiator) fait suite (probablement en partie) au crossover mutant Battle of the Atom que je n’ai pas lu (n’ayant pas tous les numéros sous la main). Mais peu importe que vous ayez lu ou non le crossover, on comprend quand même pourquoi le SHIELD va rendre visite à l’école de Logan et pourquoi ils leur demandent de se tenir à carreau. Il me semble bien que le SHIELD avait fait à peu près les mêmes remarques à la bande de Scott Summers dans Uncanny X-Men mais avec des résultats bien différents.
Alors oui, certains personnages ont changé de camp lors du crossover mais comme je l’écrivais juste au-dessus, on se débrouille très bien sans. J’ai trouvé l’arc un peu moins bon que le reste du run mais tout de même bien meilleur que la majorité de la production comics actuelle. Le scénariste va montrer que, passées les manipulations, les élèves de l’école Jean Grey sont tout à fait capables de gérer une petite menace de temps en temps. Là encore, Aaron fait preuve de beaucoup de finesse dans ses personnages, dans leurs motivations et dans leurs agissements.
L’arc se terminera par la classique remise des diplômes avec des passages dans le futur, histoire de voir comment l’école va tourner. Bien entendu, tout cela, c’est dans l’imaginaire d’Aaron qui propose sa version de l’avenir (qui semble tout de même plus joyeux pour beaucoup de personnages) et il réussit toujours à manier beaucoup de moments plaisants (les Bamfs sont vraiment une excellente idée) avec quelques touches de mélancolie.

Au niveau dessins, le dernier numéro sera l’occasion de retrouver à peu près tous les artistes qui ont effectué un passage sur la série ce qui est agréable, même si les styles sont parfois très nettement différents. On pourra apprécier les quelques planches de Pasqual Ferry dans le numéro 30 qui nous propose un Quentin Quire, plus jeune mais pas moins tête à claques, ou celui de Pepe Larraz qui rejoint les artistes ayant réalisé un arc entier de la série et qui fournit un travail qui est certes classique mais qui reste extrêmement bien fichu.

Wolverine & The X-Men aura donc été une réussite tout du long. Le #42 final l’est surtout pour des raisons éditoriales puisque la série va connaître une renaissance très rapidement avec un volume 2 qui contiendra 12 numéros. Elle ne sera pas scénarisée par Jason Aaron mais par l’un de ses collaborateurs, Jason Latour.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0