Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Marvel Comics > X-Men et affiliés > Wolverine & The X-Men #25-29

Wolverine & The X-Men #25-29

vendredi 10 juin 2016, par Mathieu Doublet

(Marvel Comics / Jason Aaron & Matt Kindt / Ramon Perez et Paco Medina)

Lu en numérique au format mensuel. Ces épisodes ont été compilés dans le recueil Wolverine and the X-Men, Vol. 6.

Le numéro 27 est secondé par un 27AU scénarisé par Matt Kindt et dessiné par Paco Medina. Il s’agit d’un numéro tie-in à Age of Ultron. Il est sympathique et très bien dessiné mais reste assez anecdotique par rapport à la mini-série événement. On peut toutefois apprécier l’écriture de Kindt, la petite touche de continuité (Logan serait responsable en partie de la capacité résistante des Broods) et le récit apporte un peu plus d’épaisseur à Age of Ultron. Un peu. Mais ça n’est pas ce qui nous intéresse.


Logan a une super idée pour souder le groupe des nouveaux étudiants : un petit stage de survie en Terre Sauvage. C’est bien connu, les gamins adorent les dinosaures. Enfin, peut-être pas Eye Boy, qui se demande ce qu’il fait là, avec plein d’yeux et aucun pouvoir offensif. Quentin Quire tire la tronche comme à son habitude, Shark Girl pense qu’elle va pouvoir enfin laisser parler son côté terrifiant et Kid Apocalypse pense qu’il va pouvoir continuer à jouer les héros. Pour Pour Glob Herman, les choses sont assez différentes et il ne pense qu’à manger. D’ailleurs, le pauvre Glob a déjà une vision de ce qui l’attend par la suite puisque Logan a parlé à chacune des recrues avant d’atterrir avec quelques recommandations. Et bien sûr une consigne commune : survivre 24 heures en groupe. C’est tout le monde ou personne ce qui va forcément causer problème. Ce qui risque aussi de compliquer les choses, c’est l’arrivée de Dog, le frère de Logan, qui a obtenu quelques artefacts temporels et qui reçoit la visite de son lui du futur. Il est apparemment temps pour Dog d’aller rencontrer son frérot et de lui montrer ce qu’est un véritable professeur. Comprendre par là, un professeur qui mène ses étudiants à la dure.

Nouvel arc et nouveaux mutants pour l’école Jean Grey. On y retrouvera donc Sprite, une mutante japonaise dont le but est d’être la meilleure élève de l’école et Eye Boy, un jeune homme complètement perdu avec sa multitude d’yeux mais qui va se révéler beaucoup plus utile qu’on ne pourrait le penser de prime abord. Il y a bien sûr les élèves maintenant bien connus même si certains ont changé (Broo en étant l’exemple le plus parlant). Jason Aaron va se concentrer sur ses personnages et sur ceux qui ont des faiblesses et donc peu de confiance en eux. C’est même le coeur de l’arc puisque le grand méchant, Dog, ne l’est pas vraiment. C’est juste qu’après avoir souffert pendant toute une première partie de sa vie, il est bien décidé à avoir sa revanche sur le petit souffreteux qui est au final devenu Wolverine. Un James Howlett qui se cherche lui aussi et qui cherche surtout à se justifier dans son rôle d’enseignant. C’est peut-être ce qu’il y a de plus gros dans l’histoire et si Logan se faisait aussi peu confiance, il aurait peut-être mieux fait d’éviter la Terre Sauvage comme le lui conseillait Hank McCoy. Et puis il y a Idie qui elle aussi hésite entre les côtés clair et sombre de la force ...
Mais Aaron, comme depuis le début de son run, réussit parfaitement son coup. Une fois de plus, il prend un cadre très sympa et exotique qui laisse la part belle à l’imagination et aux délires complets. Il y mettra quelques gags bien fichus (voir comment Logan se libère du piège qui le bloque un moment) et développera les personnages les plus faibles d’une façon fort réjouissante. A tout ce côté très fun, il remettra en scène les passages flash-backs concernant Dog qui sont nettement plus dramatiques. De quoi donner un peu de sérieux à l’ensemble mais aussi d’apprécier encore plus les moments drôles. Dans un numéro 29, Aaron se permettra même de faire un gros clin d’oeil au lecteur, en lui lançant un petit coup de coude sur ce qu’il risque d’arriver. Pas sûr qu’Aaron était encore au courant de ce qui allait arriver à Wolverine par la suite ...

Si j’ai trouvé que les flash-backs étaient un peu long par rapport à l’ensemble de l’histoire et aux informations qu’ils apportent, il faut dire que je ne m’en suis pas lassé grâce aux aquarelles de Ramon Perez qui s’est bien défoncé dans de superbes planches très belles et impressionnantes. On reconnaît toutefois parfaitement son trait dans ces passages plus esthétiques. Si j’adore ce que fait le dessinateur depuis que je l’ai découvert sur l’excellent Tale of Sand, je ne suis pas convaincu à 100% de son traitement des mutants. Son Wolverine ressemble bien au personnage que je connais, mais cela m’a fait bizarre de le voir sous cette forme. Le plus gros changement est celui d’Hank McCoy et j’aime nettement moins cette version simiesque du scientifique alors qu’il était plus canin/félin/lupin dans les numéros précédents. Les autres nouveaux mutants comme les anciens sont plutôt bien représentés (avec une Storm et un Doop parfaitement maîtrisés). Pour le reste, aucun souci, c’est de l’excellent travail tout au long de ces cinq numéros avec de l’action, des détails, des dinosaures, des Bamfs en veux-tu en voilà.

Bref, c’est toujours du tout bon, les pièces se mettent en place et l’Hellfire Club va visiblement pouvoir passer à l’attaque. En tout cas, c’est ce que laisse entendre le prochain arc appelé "The Hellfire’s Saga".

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0