Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Marvel Comics > Secret Avengers #26-37

Secret Avengers #26-37

dimanche 5 juin 2016, par Mathieu Doublet

(Rick Remender / Renato Guedes, Matteo Scalera & Andy Kuhn)

Lu en numérique au format mensuel.
Ces numéros ont été compilés dans les volumes 2 et 3 de Secret Avengers by Rick Remender.

Hank McCoy peut faire des mauvais rêves à propos du Phénix et du passé, une chose est sûre, la force destructrice est de retour et dirigée vers la Terre. Les Secret Avengers vont lui faire face et prendre une rouste jusqu’à ce que l’oiseau de feu décide de changer de direction. Mais pourquoi ? Peut-être parce qu’une bande de Krees extrémistes pense que l’arrivée du Phénix redonnera ses lettres de noblesse au peuple extra-terrestre tout comme elle a pu ressusciter le plus grand héros Kree, Captain Marvel. Un héros flambant neuf qui va prendre la cause de sa planète à coeur, ce qui veut aussi dire : éliminer les Vengeurs.

Une fois que les Secret Avengers auront vécu cet interlude, ils devront continuer leur combat contre le Shadow Council en attaquant par exemple le Corps du Moine Fou Raspoutine à Moscou, une mission qui va se faire rapprocher Valkyrie et un Flash Thompson capable de dompter le symbiote Venom. Mais ça n’est pas tout car John Steele, ancien membre du Conseil, maintenant repentant, a été coincé par une bande de méchants dans le pays de Bagalia. Quand les Secret Avengers se mettent à sa recherche, ils vont rapidement se rendre compte de deux choses : la première, c’est qu’il y est fait mention des couronnes magiques que les Vengeurs cherchaient alors qu’ils étaient sous la direction de Steve Rogers ; la seconde, c’est que Bagalia semble être devenue la nation qui accepte avec une certaine bonhomie tout les vilains de la Terre, ces derniers cherchant à tout faire pour se faire une réputation. Et parallèlement à tout ça, ils vont aussi se rendre compte que Father et ses Descendants ne sont pas si loin. Ils sont même d’ailleurs encore plus près des Vengeurs puisqu’ils ont réussi à intégrer une taupe à l’équipe.

Je ne suis pas sûr et certain d’avoir bien compris là où voulait en venir Remender avec son histoire estampillée AvX, des épisodes qui se déroulent d’ailleurs avant le crossover. Mais cela vaut toujours mieux que des épisodes bouche-trous où les personnages prendraient une raclée juste pour subir le sort des héros de seconde zone dans ce genre d’événements. Remender touche au sacro-saint Captain Marvel ce qui a certainement, en son temps, dû choquer quelques lecteurs. On voit aussi que Miss Marvel va en avoir gros sur la patate après avoir fait une belle bêtise et l’avoir plus ou moins réparé sous l’identité Binary que Carol Danvers avait géré dans le passé. Au final, ces trois numéros sont aussi bien une parenthèse dans la série que dans la trajectoire du Phénix. Alors oui, il y a les dessins de Renato Guedes qui valent forcément le détour mais on sent tout de même que l’artiste n’est pas particulièrement passionné parce qu’il fait, qu’il reste en mode minimal et que, malheureusement, les coloristes n’arrivent pas à donner de relief aux planches. C’est joli mais moins joli que ce que Guedes a pu produire par ailleurs.

Le reste est nettement meilleur et à plus d’un titre. Ce qui m’a le plus convaincu c’est que Remender réussit à clore (plus ou moins, il y a toujours une porte de sortie pour pouvoir réutiliser le concept) l’histoire des Descendants mais qu’il y ajoute celle des couronnes qui n’avait jamais eu de conclusion satisfaisante. Et le mieux, c’est que tout ça s’accorde très bien avec Max Fury comme personnage faisant le lien entre tout ça. Certes, le Shadow Council reste toujours très nébuleux, mais Remender tisse une intrigue particulièrement satisfaisante avec des morceaux qu’il n’a pas conçu lui-même. Du bel ouvrage, comme on dit. Et puis il y a des concepts très sympathiques par rapport aux personnages choisis dans l’équipe. Le rôle Venom au sein de l’équipe est très intéressant puisqu’il est certainement le héros le plus en harmonie avec le concept originel de l’équipe (en compagnie de la Veuve Noire) et puis son idylle avec Valkyrie, hautement improbable, est elle aussi très sympathique.

Aux dessins, on retrouve Matteo Scalera (avec qui Remender signera par la suite Black Science) qui signe de belles planches dans un style pourtant assez dur. La force du dessinateur est d’envoyer du bois à chaque case et les scènes de destructions ou bien d’affrontements à grands coups de pouvoirs surhumains seront particulièrement bien rendu avec beaucoup de dynamisme. Je suis moins convaincu par ses personnages cependant. Peut-être que je m’attendais à quelque chose de plus standard et que Scalera a justement du talent s’il ne ressemble à aucun autre artiste quand il dessine les héros Marvel (certes partiellement pastiché dans leur version Descendant). C’est vraiment là aussi du bon boulot dans l’ensemble, mais pas la claque que je m’attendais à prendre.
Il sera assez étrange de retrouver Andy Kuhn le temps d’un fill-in alors que l’histoire, elle, ne s’arrête pas. Le style est complètement différent et l’artiste se penche de plus en plus sur les travaux de Bruce Timm, Darwyn Cooke ou encore Oeming quand il se charge de Powers. J’aime beaucoup ce style, peut-être même plus que celui de Scalera mais il ne convient pas vraiment à l’histoire en cours avec cette nouvelle espèce de sosies maléfiques.

Voilà comment se termine le run de Remender sur les Secret Avengers : de façon très très satisfaisante. Si seulement Marvel pouvait faire cela avec toutes ses séries, je serai bien plus intéressé par ce que la maison des idées peut proposer.