Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Autres éditeurs > Terry Moore > Strangers in Paradise Vol.1

Strangers in Paradise Vol.1

dimanche 3 janvier 2016, par Mathieu Doublet

(Abstract Studio / Terry Moore)

Lu en numérique. Ce premier recueil contient les 3 premiers numéros de la série.


Francine Peters est en couple avec un certain Freddie mais la jeune femme se refuse quand il parle de sexe. Il faut dire que Francine a vécu de nombreuses histoires d’amour qui se passaient plutôt bien mais qui s’achevaient irrémédiablement une fois qu’elle disait oui dans le lit. Pour Freddie, l’attente est bien trop longue et décide de partir en claquant la porte, le jour même de l’anniversaire de leur rencontre. Rongée par la culpabilité, Francine décide de faire une petite surprise "sexy" à Freddie, directement dans son bureau, pour le voir en train de coucher avec sa secrétaire. Autant dire que le coeur de la jeune femme est brisé. Heureusement qu’elle peut compter sur Katchoo, sa co-locataire, qui se réveille en flinguant littéralement son réveil, qui fume comme un pompier et ... qui est probablement amoureuse de Francine. Katchoo a aussi un caractère carrément explosif, ce dont David, un jeune homme qui l’a rencontré, va en faire la désagréable expérience. Ceci étant David va s’accrocher et ne subira pas le même sort que Freddie une fois que Francine a un accident de voiture devant chez elle, complètement nue.

Strangers in Paradise est la série majeure de Terry Moore qui a basé toute sa renommée sur cette série fleuve qu’il aura mis bien des années à compléter, en passant par différents éditeurs, à commencer par le sien, SiP étant aussi l’un des comic-books autoproduit les plus célèbres avec Bone notamment. On y suivra les aventures de Francine et de Katchoo bien sûr mais toute une galerie de personnages viendra compléter les histoires de ce couple. Pour l’heure, SiP n’en est qu’à ses débuts et va raconter comment les deux femmes vont tout faire l’une pour l’autre afin de les sortir de situations plutôt périlleuses. Moore utilise tous ces personnages de façon logique (même si ces héroïnes ont vraiment des caractères un peu trop entiers) et développe des pistes pour une exploitation ultérieure. Les dialogues sonnent vrai et c’est aussi la grande force du titre car SiP n’est pas vraiment un récit d’action même s’il y aura aussi de la bagarre et pas qu’un peu. Si SiP est aussi emblématique, c’est qu’il met en scène une héroïne lesbienne au passé trouble (elle est fichée par le FBI quand même) et capable du pire sans jamais considérer les conséquences de ses actions. Et à l’époque, en 1993, si c’est un sujet à la mode, ça n’est clairement pas quelque chose sur laquelle on peut lire en dehors des comics underground. Or, Strangers in Paradise de par son style et sa retenue est beaucoup plus accessible que les comics trash habituellement rencontré sur le circuit alternatif.

Moore démarre juste sa série après avoir tenté une carrière en tant que dessinateur de comic-strip mais sans que la sauce ne prenne vraiment. Il y a dans son trait une fibre humoristique qui ne se démentira jamais. Il y a donc une belle maîtrise des visages qui vont bien avec les comportements exagérés des personnages, un sens de la comédie et de la mise en page qui fonctionne admirablement tout ça dans une mise en page très classique qui ne perd pourtant pas en dynamisme dès que l’on rencontre dans la case. On reconnaît forcément le style du dessinateur d’Echo ou de Rachel Rising mais il y a dans cette première mouture de SiP un trait beaucoup plus fin avec beaucoup plus de détails, par exemple dans les visages. En parlant de détails, il y a toujours autant de soin dans les planches, du motif des vêtements des personnages aux gouttes de pluie lors d’une averse torrentielle en passant par les feuilles tombées dans un jardin ou bien des explosions très efficaces.

Ce premier tome possède tout ce qui va faire un grand titre et je comprends parfaitement tout le succès et toute l’estime que cette série a reçu au fil du temps. Moore aura besoin de quatorze ans pour terminer sa saga après 106 numéros. Heureusement, on peut tout lire dès maintenant aussi bien en numérique que dans une double intégrale omnibus qui pèse bien lourd.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0