Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Wildstorm > Ex-Machina TPB #3 : Fact v. Fiction

Ex-Machina TPB #3 : Fact v. Fiction

mercredi 22 août 2007, par Mathieu Doublet

(Wildstorm / Brian K. Vaughan / Tony Harris)

Ce TPB reprend les numéros 11 à 16 de la série régulière.


Le maire Mitchell Hundred va avoir fort à faire. Tout d’abord il va rendre visite à une diseuse de bonne fortune après
qu’il ait décidé de ferme toutes les échoppes de ces charlatans (dans lesquels les habitants de New York se vident les poches)
et qu’une de ses employées lui ait conseillé de ne pas le faire.
Il devra ensuite paraître lors d’un procès. Cela ne l’enchante pas du tout mais il doit faire son devoir de citoyen comme
n’importe quel autre. Surtout quand les deux avocats le choisissent en pensant qu’il choisira leur camp. Pendant ce temps-là,
en ville, un homme ressemblant étrangement la Grande Machine élimine les criminels avec une définition très large de la criminalité.
C’est ensuite sa propre mère, dont il n’a pas eu de nouvelles depuis son accident, qui va clairement remuer sa vie. Non seulement,
elle lui passe un coup de fil sans lui dire plus de détails quant à son état de santé mais quand il la trouve, elle vit dans une
caravane en plein désert. Une fois le problème de sa mère réglé, Mitchell va en apprendre plus sur son passé, plus qu’il ne l’aurait
souhaité.

Troisième TPB et troisième réussite pour Ex-Machina. Le mélange entre affaires politiques (les diseurs de bonne aventure, des tarés
voulant se balader nus en ville, l’autorisation d’une canalisation désaffectée par des étudiants en cinéma ...) et intrigue policière
qui ont toutes à faire avec le passé du maire est toujours très bien dosé. On est donc pris à la fois par l’humanité du maire et les
ennuis du poste qui s’accumulent. Ceci étant, Mitchell est très loin d’être un héros et ce troisième TPB le prouvera aussi au moins par
deux fois. Connaissant Vaughan et le début du premier numéro, ce que Mitchell fait dans ces six numéros finira bien par se retourner
contre lui.

Tony Harris est aussi égal à lui-même. Ces numéros sont toutefois explicites, mettant de fait Ex-Machina pour des lecteurs majeurs,
vaccinés et consentants. Ca n’est pas particulièrement gore mais de nombreuses scènes asse glauques dans leur mise en scène font
que le titre est à déconseiller aux plus jeunes (c’était déjà le cas pour le second TPB d’ailleurs).

Bref, Ex-Machina, c’est de la bombe. Direction le 4ème TPB.


Pour acheter ce livre :

En VO :

En VF : (sortie prévue en décembre 2007)