Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Marvel Comics > Original Sins #1-5

Original Sins #1-5

mercredi 9 décembre 2015, par Mathieu Doublet

(Marvel Comics / Ryan North, Nathan Edmondson, Stuart Moore, Frank Tieri, Ty Templeton, Charles Soule, Dan Slott, James Robinson, David Abadia, Pablo Dura, Al Ewing & Chip Zdarsky / Ramon Villalobos, Mike Perkins, Rick Geary, Raffaele Ienco, Ty Templeton, Ryan Browne, Mark Bagley, Alex Maleev, Erica Henderson, Butch Guice & Chip Zdarsky)

Lu en numérique.

Parallèlement à Original Sin, Marvel a eu l’idée de publier une petite mini-série appelée Original Sins (avec un s). Et le principe est à peu près le même que celui des numéros tie-ins à l’événement à savoir connaître les effets que les secrets de l’oeil du gardien peuvent avoir sur ceux qui les reçoivent. Le principe est donc décliné en onze histoires gérées par des personnes différentes.

Une seule histoire court à travers les cinq numéros de la mini-série. Elle met en scène quelques membres des Young Avengers face à The Hood. Celui-ci veut récupérer les secrets implantés dans les cerveaux de frêles humains ne supportant pas le poids de l’information. Une fois que son plan a été éventé par les super-héros, il devra les convaincre que son opération n’a pas qu’un but lucratif mais aussi humain puisqu’il s’agit en partie de sauver les pauvres victimes. Découpée en cinq parties, je me suis demandé si cela était une très bonne idée parce que du coup, l’histoire traîne vraiment en longueur et qu’on se demande quand le jeu de chat et de souris va bien pouvoir s’arrêter. Je vous avoue que si l’histoire de Ryan North est classique et se laisse lire, il faut supporter les dessins de Ramon Villalobos, en tout cas, ça a été mon sentiment. Cela apporte certes un peu de fraîcheur chez Marvel, ça ne ressemble à rien de ce que la firme produit habituellement et ça n’est pas mal dessiné mais disons que le dessin fait sale, que le manque de décor est flagrant et que les personnages ne m’ont pas semblé agréables à regarder. Le final est sympa à condition qu’il soit exploité par la suite.

Et c’est un peu le sentiment que donne Original Sins : mis à part dans le cas de mini-récit qui ne sont presque d’une promotion déguisée pour un titre (le passage sur Deathlok qui débute la mini-série ou éventuellement le récit sur le Black Knight dont on imagine bien qu’il y a matière à développement), on est dans le cadre du What if ?, du Conte de la Crypte adapté, du mini-récit qui est là pour se faire plaisir en partant d’un concept de base commun. Cela faisait bien longtemps que Marvel n’avait pas proposé de récits dans ce genre là et finalement, la surprise est très agréable. On a des choses plus comiques comme les récits concernant Lockjaw, Howard the Duck, J. Jonah Jameson ou bien le final par Chip Zdarsky et d’autres plus centrés sur l’aventure et qui parle réellement de l’effet des secrets sur les gens (le récit avec Dr Doom par James Robinson et Alex Maleev).

Et donc graphiquement, il y a beaucoup de bonnes choses. Déjà, on retrouve un Alex Maleev, on a des planches de Mike Perkins, du Ty Templeton en forme, voire même du Raffaele Ienco qui produit quelque chose de bien plus propre que son Epic Kill avec le concours d’un coloriste en la personne de Brad Anderson. Ensuite, c’est beaucoup de classique sans grand chose qui fasse sursauter, sans planche qui fait arrêter la lecture, tellement elle tape. Mais beaucoup d’artistes qui en ont sous le pinceau et qui mériteraient de revenir faire un tour dans le monde des comics.

Au final, comme j’aime beaucoup ce format de récits très courts partant d’une idée de départ et la développant avec beaucoup de libertés (ce que ne peuvent pas se permettre les séries régulières), j’ai été agréablement surpris par cette mini-série. Marvel devrait en prendre de la graine et trouver un moyen de relancer Marvel Comics Present qui était souvent l’endroit pour lire ce genre de choses.