Onirique Comics 7.1

Accueil > Para-comics / Meta-comics > Films / Séries TV > Jessica Jones saison 1 (2015)

Jessica Jones saison 1 (2015)

lundi 7 décembre 2015, par Mathieu Doublet

une série créée par Melissa Rosenberg
avec Krysten Ritter, Rachael Taylor, Eka Darville, David Tennant, Carrie-Anne Moss, Wil Traval, Susie Abromeit, Mike Colter, ...


Jessica Jones est une détective privée dont le job est grosso modo de trouver les clients adultères, de les prendre sur le fait et d’apporter les preuves à ses clients, combien même ils n’aimeraient
pas la confirmation de leurs soupçons. Elle bosse aussi occasionnellement pour une avocate, Jeri Hogarth, qui est le cliché même du requin prêt à tout mais qui lui apporte quand même l’occasion de gagner les dollars nécessaires à la location de l’appartement minable qui lui sert de logement et de bureau.
Elle accepte un job où deux parents ont traversé les Etats-Unis pour retrouver leur fille qui n’a plus donné d’infos depuis un certain temps. La jeune fille, sportive et intelligente, n’avait absolument aucune raison de casser ses habitudes, de larguer les amarres et de laisser ses parents sans nouvelle. Jessica fait donc son boulot d’enquêteur et découvre certaines choses étranges pour une jeune fille pareille. Cela lui rappelle même des épisodes douloureux de son propre passé. Le plus dur, c’est qu’un ancien amant et ennemi, contrôleur de pensée, pourrait bien être dans le coup. Mais si les souvenirs de Jessica sont bons, Kilgrave est censé être bel et bien mort. Elle ne peut pas en être sûre mais ne peut pas non plus céder à la paranoïa et détruire tout ce qu’elle a autour d’elle. Coup de chance pour elle, elle aura rapidement la réponse à ses questions. Manque de chance, Kilgrave est de retour et continue toujours à manipuler les gens avec un plaisir malsain.

Après Daredevil, Marvel remet le couvert en compagnie de Netflix (et du network ABC) pour adapter son univers comics en images animées. Ce n’est plus Drew Goddard qui a les commandes mais Melissa Rosenberg. Celle-ci a beaucoup écrit pour la télévision, du Dr Quinn à Dexter en passant par la catastrophe qu’a été Birds of Prey et au cinéma, avec les derniers Twilight. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser avec les séries et les films que j’ai cités, Jessica Jones est une véritable réussite.
Pourquoi ? Je crois que la première raison tient en l’actrice principale, Krysten Ritter, qui campe la détective privée la plus solide du monde avec aplomb et mauvaise humeur. L’actrice, précédemment aperçue dans Veronica Mars ou Breaking Bad entre autres, a aussi quelque chose de très attachant et un sens de l’humour noir ou du sarcasme qui fait mouche. C’est peut-être ce qui différencie Jessica Jones de Daredevil : malgré toute la noirceur du scénario, la dépression très marquée des personnages, il reste une once de gags, de vannes, qui font qu’on peut respirer. Alors non, ce ne sont clairement pas des gros gags hilarants, clairement pas. Mais même Kilgrave, monstre ignoble par définition, a ses petits moments de vice assez jubilatoire. Et comme en plus, c’est David Tennant (ayant gagné une notoriété internationale grâce au Doctor Who) qui campe le méchant, on a une fois de plus droit à un adversaire finement joué. Peut-être moins subtil que le Caïd mais aussi nettement moins crispant en évitant le surjeu. Il faut aussi dire que la mise en scène ne s’appesantit pas sur lui et que, quand elle le fait, cela nous rendrait presque le vilain sympathique.

Concernant la mise en scène, il n’y a rien de bien folichon et c’est peut-être aussi pour cela que ça passe. Une histoire avec des personnages à super-pouvoirs mais en gardant une certaine idée de réalisme (on est au rayon urbain de Marvel, pas dans le coloré en collants flashys). Des pouvoirs dont Jessica (ou les autres) se servent finalement très peu (sauf pour le coup de la serrure brisée qui devient un running gag durant toute la saison). J’avoue avoir eu très peur quand à mi-saison, un épisode se termine avec les violons tragiques et un plan sur un croisement de rues qui est absolument évident pour qui a compris les images précédentes. Pourquoi y avoir été aussi lourdement, c’est une question que je me pose encore par rapport au reste de la série qui réussit relativement bien à ne pas en faire trop ? Concernant les bastons, surtout celles ayant un peu d’importance, j’ai trouvé qu’elles manquaient d’originalité. Si c’était simplement pour amener le lien avec probablement la deuxième saison, c’était un peu trop forcé.

Et les fans dans tout ça ? Ils vont y trouver leur compte ? C’est une excellente question. J’ai lu il y a bien longtemps le premier recueil de la série Alias par Brian Michael Bendis et Michael Gaydos et il m’avait vraiment donné envie de lire la suite. Malheureusement, à l’époque, la série n’avait pas eu de publication en gros recueils et après un premier volume, la suite était sorti en recueils souples. Ce qui est sûr, c’est que la série m’a donné envie de me replonger dans les comics et que, plan marketing oblige, Comixology et Marvel ont proposé la série au format numérique en promotion. De quoi rattraper cet oubli qu’une de mes connaissances a qualifié d’erreur professionnelle (merci, JeanSeb).

Jessica Jones est à mon sens plus réussie que Daredevil. Si le côté très dépressif vous avait écarté des aventures de Matt Murdock, sachez que tout n’est pas rose dans JJ, loin de là mais vous devriez au moins tenter les 4 premiers épisodes. La série contient son lot de personnages du Marvel Universe (Luke Cage bien entendu, mais aussi Patsy Walker ou la Night Nurse en fin de saison) histoire de continuer à développer l’univers. Les personnages sont suffisamment bien amenés pour faire sourire les lecteurs de comics et ne pas perdre ceux qui n’auraient jamais lu une BD Marvel. Bon, maintenant, si on a droit à une série Hellcat, j’en veux une pour She-Hulk ! En attendant, d’après ce que je vois sur IMDB, la prochaine série Netflix sera The Defenders mais avec une composition d’équipe un peu particulière puisqu’on aura droit à Jessica Jones, Luke Cage, Daredevil et Iron First. Oui, ça risque de faire hurler les fans mais si la série est au moins aussi bonne que Jessica Jones, je vous avoue que je m’en fiche un peu.