Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Image Comics > Hawaiian Dick #1-5 : Screaming Black Thunder

Hawaiian Dick #1-5 : Screaming Black Thunder

jeudi 7 mai 2015, par Mathieu Doublet

(Image Comics / B. Clay Moore / Scott Chantler, Steven Griffin, Shawn Crystal & Shane White)

Byrd emmène sa copine / secrétaire / gérante Kahami aller voir un show de voltige. Pour le détective privé, c’est l’occasion de voir enfin
ses héros les Screaming Black Thunders, pilotes émérites de la seconde guerre mondiale, héros sans bannière puisqu’ils n’étaient affiliés à
aucun pays. Mais lors de la représentation, un des Thunders est abattu par un chasseur japonais qui est autant surgi de nulle part qu’il disparaît
très rapidement après son méfait. L’accident est interprété comme une cascade ayant mal tourné et fort heureusement, les dégâts ne sont que matériels.
Il n’empêche que Byrd saute sur l’occasion pour proposer son aide aux aviateurs qui, plus que le privé, ne sont pas étrangers aux phénomènes inexplicables.

Troisième incarnation pour Hawaiian Dick, Screaming Black Thunder reprend les choses grosso modo là où la première mini-série les avait laissé (seul
le personnage d’Anthony Antonio semble provenir de The Last Resort, seconde mini-série). Et B. Clay Moore va en réalité tenter de lancer une série régulière, ce qui
explique que tous les personnages ne vont pas être occupés par le chasseur japonais, que Mo Kalama par exemple va s’occuper de la succession du poste de grand mafieux
sur l’île d’Honolulu. Les intrigues se mêlent correctement, avec même une intervention du flic pour aider les pilotes en représentation. D’une logique certaine et d’une
belle solidité, même si on peut finalement se dire que les aviateurs la ramènent un peu beaucoup et qu’ils ne font pas les fiers quand ils apprennent la nature du chasseur nippon,
surtout pour des présumés experts en surnaturel.

Ce n’est plus Steven Griffin, le co-créateur, qui est en charge des dessins. S’il n’est plus le dessinateur, il reste le coloriste de la série ce qui permet de maintenir un
peu de cohérence par rapport aux mini-séries précédentes. Griffin s’occupe cependant entièrement du récit en back-up mettant en scène Kahami mais nous y reviendrons. C’est donc Scott Chantler
(déjà vu sur Tek Jansen) qui s’occupe des dessins. On est dans un style qui tient beaucoup du style d’animation américaine des années 50/60, qu’on peut parfois rapprocher de Darwyn Cooke ou
bien Bruce Timm. Autant dire, un style à la fois rond et cartoony qui peut tout à fait se rapprocher d’une ambiance noire / pulp / 60’s telle que celle d’Hawaiian Dick. A la limite, je serais assez
curieux de voir le travail du dessinateur sans la colorisation. On y retrouverait peut-être une version moderne des séries classiques de chez Dupuis en ligne claire.

Griffin donc s’occupe d’un récit en back-up (beaucoup plus sombre) mais n’arrive pas à tenir la cadence. C’est ainsi que les numéros 3 et 5 sont comblés par des pages signées Shawn Crystal faisant la part
belle aux ombres et Shane White au style à la fois plus classique mais aussi plus détaillé. En tout cas, les back-ups sont vraiment des histoires courtes bien fichues qui permettent de développer ou de rappeler
certains éléments de la mythologie. Le fait que Griffin n’ait pas réussi à conclure son récit montre que Screaming Black Thunder était en fait le premier arc d’une série régulière qui n’aura jamais vu de suite.
La bonne nouvelle, c’est que 7 ans après cette dernière mini-série, B. Clay Moore va lancer un projet Kickstarter pour un nouveau projet Hawaiian Dick. Espérons que celui-ci soit un succès et que nous retrouvions
l’équipe de Byrd pour de nouvelles aventures régulières.