Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > DC Comics > Young Romance - New 52 Valentine Day Special #1

Young Romance - New 52 Valentine Day Special #1

jeudi 30 avril 2015, par Mathieu Doublet

(Ann Nocenti, Cecil Castellucci, Ray Fawkes, Peter Miligan, Kyle Higgins & Andy Diggle / Emmanuela Lupacchino, Inaki Miranda, Julius Gopez, Simon Bisley, Sanford Greene & Robson Rocha)

Il y a deux ans, DC publiait donc un numéro spécial Saint Valentin, une anthologie de 6 courtes histoires mettant en scène les héros de la firme dans des situations romantiques.
Et autant dire que ce sont six facettes différentes de l’amour. Pour Catwoman, il s’agira de sa première rencontre avec Batman ; Aquaman et Mera revivront une histoire d’amour impossible
s’étant passé aux alentours de leur phare ; Batgirl devra gérer un mauvais garçon d’une bien étrange manière ; Apollo & Midnighter verront où en est leur relation (changé depuis le reboot
du New 52) ; Nightwing se rendra compte que la meilleure partenaire pour un super-héros est peut-être une super-héroïne et, finalement, Superman et Wonder Woman vont pouvoir profiter d’un dîner
romantique préparé par Eros.
Dans chaque histoire, il est agréable de constater que les choses ne se passent pas vraiment comme prévu. Ce sont certainement les deux premières qui sont les plus standards avec de l’amour
très "eau de rose", bref, des histoires typiques Saint Valentin sans grande prise de risque. La dernière est aussi classique dans le sens où il y a énormément d’action et que très rapidement les
ennemis révèlent leur visage ce qui donne un côté un peu trop expéditif au récit qui aurait fait un excellent one-shot à mon humble avis. Les récits qui sortent du lot sont ceux de Fawkes, Milligan et
Higgins, parce qu’ils mettent en scène à la fois un côté frustrant mais aussi une notion d’espoir. Des choses qui peuvent aussi se passer quand on parle avec son cœur.

Des anthologies comme celles-ci, c’est l’occasion de retrouver de jeunes artistes ou bien des artistes rares qui ne signent maintenant que de courtes histoires chez les éditeurs les plus importants.
Dans cette catégorie, on peut voir quelques planches de Simon Bisley qui s’occupe d’un milieu craspec de Corée du Sud, quelque chose qui lui convient très bien avec des tronches de figurants bien barrées.
Pour le reste, ce sont plus des artistes qu’on a déjà lu mais qui ne sont pas encore de grandes signatures. Et pourtant avec Emmanuela "run superbe sur X-factor ou Archer & Armstrong" Lupacchino, Inaki Miranda
ou Sanford Greene, il y a de quoi se faire énormément de bien aux yeux. Julius Gopez est dans un style plus réaliste, agréable mais plus proche du travail d’un Chris Weston. Quant à Robson Rocha, sa scène d’introduction
où les personnages sont en situation "normale" sans costume ne m’a clairement pas convaincu et les couleurs de Marcelo Maiolo n’aident franchement pas. Une fois cette scène passée, on arrive à l’action et là, les choses
prennent une tournure nettement plus agréable même si plus classique.

Au final, ce Young Romance n’est pas un comic-book incontournable mais une lecture sympathique sur un thème pas toujours abordé très finement dans le super-héroïsme. Les histoires sont légères et les artistes
font du bon boulot. D’un autre côté, c’est aussi un comic-book à 8$ dont les pages peuvent être compilées dans d’éventuels recueils - comme c’est apparemment le cas pour l’histoire de Catwoman).