Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Image Comics > Invincible > Invincible Ultimate Collection HC #5

Invincible Ultimate Collection HC #5

dimanche 26 avril 2015, par Mathieu Doublet

(Image Comics / Robert Kirkman / Ryan Ottley & Jason Howard)

Ce recueil reprend les épisodes 48 à 59 de la série régulière ainsi que Amazing Wolf-Man 11, soit les TPBs 9 et 10.

Si Mark et William passent du temps avec Rick, comme faire quelques parties de bowling, ça n’arrive pas à aider le jeune homme transformé en machine à tuer et plus ou moins reconstitué en personne humaine. Cela est le point de départ pour Mark et Rick qui vont penser à lâcher leur piaule commune : Mark pour retourner chez lui et William pour soutenir le pauvre Rick. Et ça n’est le premier des ponts que Mark va couper puisqu’après une aventure contre le Dr Seismic, aventure mettant en scène une belle brochette de super-héros, Invincible va se rendre compte que Darkwing, jeune side-kick ayant pété les plombs et pris la décision de tuer ses ennemis, fait désormais partie de la réserve de méta-humains de Cecil, tout comme peuvent les Guardians of the Globe. Les choses changent et Mark va devoir gérer bien des choses entre sa relation avec Atom Eve et celle avec Oliver qui, malgré son jeune âge, a de plus en plus envie d’indépendance.

Ca faisait longtemps que le volume était sur mon étagère et bien longtemps que j’aurais dû lire le titre. Sauf que ça n’était pas franchement le moment et que les annonces sur les derniers numéros ne laissaient pas beaucoup la place à l’émerveillement. Dans ce volume, Kirkman n’est qu’à mi-chemin et n’a pas encore le réflexe de mettre les drames et la violence au premier plan. Et finalement, j’avoue que la lecture a été très agréable. J’ai adoré retrouver le côté fleur bleue complètement assumé de la romance avec tous les clins d’oeil qu’un couple de super-héros peut se permettre et même admirer encore plus le personnage d’Eve. Cool aussi de retrouver Allen the Alien pour ne pas choquer le lecteur américain par une scène de sexe. Ca n’est pas comme si les scènes d’ultra-violence étaient réservées à des lecteurs avertis, non ? Bon, là encore, peu de surprises, et d’un côté, je comprends cet effet qui montre vraiment la supériorité de certains personnages face à d’autres et remet en place une certaine échelle de puissance (car grosso modo, les gerbes de sang ne viennent dans ce volume que des Viltrumites - ou demi-Viltrumites).

Il faut dire que même si ces scènes sont rares, elles sont aussi très fortes et très marquantes, le style de Ryan Ottley maîtrisant à la perfection les visages ensanglantés. Il y a un réalisme finalement assez troublant dans le rendu des combats même si Ottley se permet aussi parfois des moments très drôles (comme quand Invincible met une pilée à tous les Gardiens du Globe en deux secondes). Les personnages ont des expressions drôlement bien rendues et le dessinateur a un style fin très accrocheur.

Invincible continue donc son bonhomme de chemin et toute la qualité qu’on lui connaît avec des annonces de choses à venir, un hommage à toute la clique super-héroïque d’Image Comics (on sent que Kirkman prend son rôle de "chef" très au sérieux et promeut tous les titres de l’univers qu’il peut intégrer - y compris les siens). De la bonne came donc.