Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Dark Horse > Groo vs Conan #1-4

Groo vs Conan #1-4

vendredi 17 avril 2015, par Mathieu Doublet

(Dark Horse / Mark Evanier / Sergio Aragones & Thomas Yeates)


Sur le pays de Groo, il y a un village. Dans ce village, il y a une boulangerie. Et dans cette boulangerie, il y a des gens qui ne sont pas contents du tout. Ces gens protestent car le vil Premier Ministre du Roi a décidé de raser la boulangerie et les commerces avoisinants afin de construire un nouveau palais. Mais Groo, plutôt que de protéger ces personnes, refusant de voir l’intérêt des manifestations, va se diriger vers l’armée qui arrive. Au mieux, il se fait embauché ; au pire, il leur met une dérouillée. Et le vil Premier Ministre voit bien qu’aucune lueur d’intelligence n’est présente dans le regard de Groo ; il le convainc donc d’aller au village afin de faire déguerpir tout le monde. Les habitants à gros nez comprennent qu’ils ont besoin d’une solution efficace contre Groo. Ils ont aperçu un champion, un vrai, il n’y a pas longtemps et ils décident d’aller lui demander de l’aide. Le nom de ce champion ? Conan !
Parallèlement à tout cela, Sergio Aragones et Mark Evanier se retrouvent devant l’un de leurs comic-shops préférés. Ce dernier est menacé de fermeture afin qu’un grand magnat puisse construire son nouveau complexe commercial. Lors des manifestations, Aragones se fait frapper par les policiers et finit à l’hôpital où les médecins vont lui administrer à tour de rôle calmants et excitants. De quoi rendre complètement fou le plus logique des hommes. Alors pour un dessinateur de Mad ...

Parfois il faut passer un cap, tenter des choses, surtout quand elles ont connu déjà de nombreuses parutions. Et c’était le cas pour moi avec Groo. Groo est un barbare qui a connu déjà de nombreuses aventures en compagnie de son chien Rufferto. Et si ses séries sont connues pour être très amusantes, je n’étais pas prêt à m’aventurer dans une saga aussi longue. Cette mini-série qui pouvait aussi se moquer de Conan était une belle porte d’entrée dans l’univers. Et finalement, si la mini-série ouvre sur une séquence mettant Conan en scène, la bande dessinée passe dans le monde direct et met en scène ses créateurs. Forcément, je ne m’y attendais pas. Et ce jeu d’aller-retour sera contant à travers quatre numéros complètement fous où le combat Groo / Conan sera finalement une petite partie de l’histoire. Et Mark Evanier n’y va clairement pas avec le dos de la petite cuillère : à travers un jeu d’auto-dérision, il va se moquer non seulement de lui-même (un portrait peu flatteur, très intéressé par l’argent et le succès) mais aussi de Sergio Aragones qui va passer quasiment toute la mini-série cul nu. Les dessinateurs de Mad en prendront eux aussi pour leur grade. Du coup, c’est drôle pour qui comprend les références mais pas forcément pour ceux qui ne connaissent pas cette institution de la BD comique. Il y a d’ailleurs une vanne que je n’ai pas comprise car je ne voyais pas à qui on faisait référence.

Quant à au dessin, c’est du Aragones pur jus ; du gros nez, du vif, du qui permet de faire de bon gags car tout est exagéré. Forcément, si Aragones s’occupait lui aussi de Conan, on aurait eu droit à un deuxième Groo ou bien à un dessin réaliste qui aurait probablement sonné faux. Il fait donc appel à Thomas Yeates pour les dessins de personnages plus proches de nous en terme de réalisme. Le choc entre les deux styles est flagrant mais complètement compréhensible si on considère qu’il y a deux pays différents qui se côtoient brièvement en s’étant ignorés tout le reste du temps. Les planches à quatre mains sont un peu étranges, on a parfois l’impression de surimpressions de dessins qui mettent les personnages face à face sans que les regards se croisent correctement. Un effet qui s’estompe au fur et à mesure de la mini-série.

Groo vs Conan est donc une série rigolote, pas toujours très finaude, qui fait appel au comique de répétition et aux situations parallèles. Rien de bien original donc mais les situations contemporaines sont très drôles et Conan va devoir affronter celui qui deviendra l’un de ses pires adversaires. Quant à Groo, si tout le reste de la série est de cette qualité, il faudra bien que je me plonge dedans un jour ou l’autre.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0