Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Autres éditeurs > Valiant Comics > Bloodshot #7-13 & #0

Bloodshot #7-13 & #0

mardi 28 octobre 2014, par Mathieu Doublet

(Valiant / Duane Swierczynski & Matt Kindt / Matthew Clark, Barry Kitson & Chriscross)

Pensant trouver dans l’enceinte du Projet Soleil Levant de quoi apprendre sa réelle identité, Bloodshot se retrouve face à des enfants. Des enfants dans des cages, couvés par l’immense Gamma, dont Pulse a un très mauvais souvenir. Et de souvenir, le tireur pourrait en avoir si on ne lui avait pas frit la cervelle après chaque mission. Car si les bambins pourraient prendre Bloodhot comme un sauveur qui leur permettrait d’obtenir une liberté, ils ne voient en lui qu’un cauchemar. En effet, si les gamins ont été fait prisonniers, c’est bien parce que Bloodshot les a capturés. De quoi en avoir gros sur la patate et cherché à se venger. Coincé entre la bande de mercenaires cybernétiques et les gamins psioniques, Bloodshot va devoir faire confiance à ses deux partenaires de jeu pour réussir à s’en sortir vivant.

Ce que j’ai aimé :
- ça se lit toujours aussi facilement, parce que Bloodshot continue à jouer énormément sur la violence et l’action. Le héros titre, mélange de Wolverine, Punisher et Deathlok est le jouet rêvé qu’on aime trituré dans tous les sens et le faire souffrir le plus possible sachant pertinnement qu’il est indestructible (pauvres vaches ...). Duane Swierczynski joue beaucoup là-dessus.
- heureusement, il ne se contente pas que de faire du violent et rapidement, Bloodshot se retrouve avec une petite famille ce qui le place dans une situation inédite et attachante.
- il y a énormément de liant dans l’univers Valiant. Si je lis Bloodshot, c’est surtout pour essayer d’être calé sur Archer & Armstrong puisque les deux séries se croisent. Avec le Projet Soleil Levant, le lien avec Archer est évident et il est fort probable qu’Obediah soit aussi un psionique. Sachant qu’Harada est aussi dans l’affaire, et que les numéros 10 à 13 sont des tie-ins à une mini-série appelée Harbinger Wars, autant dire que Bloodshot est complètement dans l’univers Valiant.
- la fin des numéros estampillés Harbinger Wars est suffisamment surprenante pour qu’on se demande comment ça va continuer. Le scénariste en profite pour ranger une partie de ses jouets puisque la série va changer de titre et donc probablement de concept.

Ce qui m’a dérangé :
- rien. Il faut dire que je n’attends pas grand chose d’un titre comme Bloodshot. A la rigueur, je trouve que Matt Kindt est en mode économique. Je préfère autant qu’il garde ses bonnes idées pour ses séries à lui (Mind MGMT vient bien sûr à l’esprit) mais le numéro 0 n’apporte pas grand chose si ce n’est qu’on sait que Bloodshot est d’origine afro-américaine ce qui résonne beaucoup avec Spawn ou encore Deathlok et le regard du scientifique qui chapeaute le projet.

Voilà donc. Bloodshot, c’est du décérébré qui est complètement en lien avec l’univers Valiant. Plus une série de collectionneur que pour les lecteurs qui cherchent quelque chose qui sort du lot.