Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Marvel Comics > The Thanos Imperative

The Thanos Imperative

dimanche 26 octobre 2014, par Mathieu Doublet

(Marvel Comics / Dan Abnett & Andy Lanning / Brad Walker & Miguel Sepulveda)

Ce recueil contient :
- le one-shot Ignition
- la mini-série en 6 parties
- le one-shot Devastation
- le one-shot Thanos Sourcebook

Thanos mort de la main de Drax ? Normalement, c’est bien ce qui s’est passé. Sauf que les membres de l’Eglise Universelle de la Vérité retrouve le cocon de régénération dans lequel se trouve le titan (merci Adam Warlock ayant pété les plombs). Heureusement que les Gardiens de l’Univers sont là et qu’ils ont trouvé un moyen de maîtriser un Thanos encore pas tout à fait à son maximum. Mais pendant ce temps, Adam Magnus a commencé à travailler sur la faille, une déchirure de l’espace temps causée par le combat de Vulcain et Black Bolt (si je ne m’abuse). Il ne trouve rien de mieux que de déplacer des planètes vouées à la cause de son église dans notre univers et de tout faire sauter. Pourquoi ? Pour permettre aux créatures se trouvant dans la faille, donc entre les mondes, de se pointer. Et derrière tout ça, se cache aussi le Cancerverse, un monde où la mort n’existe pas. Autant dire que le pauvre Thanos réagit à tout cela et que ça ne va pas arranger Star-Lord et sa bande, tout autant que Nova, Quasar ou les Inhumains qui aimeraient bien se reposer un peu.

Ce que j’ai aimé :
- ça loche, ça loche sévère comme dans tous les récits galactiques que j’ai pu lire jusque là.
- c’est bien gratté. Et même si les dessins de Brad Walker et Miguel Sepulveda ne sont pas très visibles, la faute à une colorisation sombre (on est dans l’espace après tout), il y a des moments carrément époustouflants (la machine Galactus du Cancerverse est très impressionnante).
- la construction de l’événement est carrée : intro, mini-série, épilogue. On sait à peu près où tous les pions se trouvent et je trouve toujours aussi intéressant de voir comment certains personnages se comportent après un tel événement. Ca n’est évidemment pas sans rappeler le lien entre Annihilation et Conquest mais je trouve ça logique.

Ce qui peut gêner :
- j’ai enchaîné The Thanos Imperative après War of the Kings. Et il s’est tout de même passé deux ans entre les deux événements. Je ne crois pas avoir loupé de grand moment mais il s’est forcément passé pas mal de choses pendant ce temps dans des séries comme Guardian of the Galaxy ou bien Nova. Dommage que ce ne soit pas résumé en début de recueil. Je comprends que le Sourcebook peut difficilement ouvrir le bouquin (ça refroidirait pas mal de lecteurs) et pourtant il est bourré d’informations et de résumés. La prochaine fois, je saurais par quoi commencer.
- la colorisation. Elle donne parfois un sentiment de flou qui cache le talent du dessinateur et de l’encreur.
- il y a quand même pas mal d’éléments d’intrigues qui font penser à Marvel Zombies ou plutôt à l’arc d’Ultimate Fantastic Four où voit les zombies arriver.

Au final, j’ai bien aimé lire ce Thanos Imperative et suivrait avec plaisir les autres aventures cosmiques qui me tomberont sous la main.