Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Vertigo > Trillium #1-8

Trillium #1-8

mardi 26 août 2014, par Mathieu Doublet

(Vertigo / Jeff Lemire)


Nika est une jeune femme vivant en 3797. Elle doit échapper comme tous les êtres humains restants à un virus appelé The Caul qui a la particularité d’être un virus conscient. Près de la colonie où elle se trouve, elle a réussi à entrer en contact avec un peuple extra-terrestre mais sa supérieure lui annonce qu’il faut dès à présent passer à une phase d’extraction de force. En effet, il y a là une fleur blanche composée de trois pétales appelée Trillum qui pourrait bien leur permettre de combattre le virus. Nika ne l’écoute cependant pas et retourne voir les autochtones. Elle goûtera au Trillium et passera à travers les portes d’un temple pour se retrouver ... en 1921, face à un militaire profondément bouelversé par la première guerre mondiale et qui cherche lui aussi une plante prétendue miraculeuse.

Depuis la saga Sweet Tooth, Jeff Lemire n’avait rien signé pour Vertigo, scénarisant pour les séries de l’univers New52, fussent-elles à dominante horrifique comme Animal Man. Avec Trillium, il tape encore un grand coup. En effet, Trillium démarre étrangement avec un numéro en flip-book, qui se lit donc dans les deux sens et qui reprend les histoires de Nika et de William de façon séparée. Elles se retrouvent au milieu du numéro 1 alliant le fond et la forme de l’histoire. Mais ça n’est que le début d’un exercice de style fort intéressant où tout est permis. Sachez simplement que dès la moitié de la mini-série, la fin du monde arrive bel et bien ... et qu’il y a un après. Jouant parfaitement sur les deux tableaux temporels (celui du passé et celui du futur qui sont en fait deux présents), Lemire donne au lecteur une belle expérience pleine de nouveautés (vous avez sûrement déjà retourné votre comic-book lors de précédentes lectures mais pas autant qu’avec Trillium), pour conclure sur ce qui est finalement une belle histoire d’amour entre deux personnes qui ne se connaissent finalement pas.

S’il y a un frein à tout ceci, c’est le trait de Lemire. Il n’y a pas à dire mais le papa de Essex County a un trait très particulier, pas franchement sexy mais très efficace et expressif. Il s’occupe de toute la partie graphique y compris la colorisation même s’il en confie la moitié à Jose Villarubia. C’est plutôt une bonne chose que la partie consacrée à William soit colorisée par quelqu’un d’autre. Non seulement, cela permet aux deux parties d’avoir des "personnalités" complètement différentes et cela permet aussi à Lemire de ne pas être surchargé de boulot. Et même si on n’apprécie pas le travail du dessinateur, on ne peut pas renier la somme de travail sur les planches qui nous sont présentées.

Trillium est donc une belle histoire de science-fiction mâtinée de romance qui a en plus une construction assez riche et de très bonnes idées. Un nouveau beau bouquin pour le label Vertigo.

P.S. Intéressant, le Trillium est une plante qui existe vraiment mais qui visiblement est moins hallucinogène que ce que le comic-book nous montre. (Source : Wikipedia)

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0