Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Marvel Comics > Annihilation Conquest Book 1-2

Annihilation Conquest Book 1-2

samedi 14 juin 2014, par Mathieu Doublet

(Marvel Comics / Dan Abnett, Andy Lanning, Keith Giffen, Christos N. Gage, Javier Grillo-Marxuach & Michael Hoskin / Mike Perkins, Timothy Green II, Mike Lilly, Sean Chen, Brian Denham, Kyle Hotz, Tom Raney & Wellington Alves)

Ces deux recueils contiennent :

Book One :
- Annihilation Conquest Prologue
- Star-Lord #1-4
- Quasar #1-4
- Annihilation Saga

Book Two :
- Nova #4-7
- Wraith #1-4
- Annihilation Conquest #1-6


Après l’attaque d’Annihilus (cf Annihilation), il faut remettre les choses en place, les reconstruire et surtout améliorer les défenses des différentes planètes afin qu’une nouvelle attaque puisse être contrée le temps d’organiser ses forces. C’est en tout cas le plan qu’à Ronan, à présent sur le trône de l’empire Kree. Il fait confiance à Peter Quill pour agir dans ce sens et quand ce dernier arrive en compagnie des Phalanx, des robots humanoïdes qui sont prêts à partager leur système de défense efficace, il ne se doute pas qu’il s’agit en fait d’un piège. Hé oui, les Phalanx sont tout sauf des philanthropes. Mais là où Annihilus était dans une démarche de destruction massive et entière, les Phalanx sont plus dans une logique de propagation. Grâce à un virus technologique, ils conquièrent les esprits de leurs prisonniers afin de les lier à leur cause. Le résultat est efficace car tous les possédés se sentent plus heureux qu’avant, ouverts sur le monde, dans un état de grâce. En réalité, les Phalanx ont complètement bloqué tout l’empire Kree du reste de l’univers, histoire d’avancer dans leur conquête. Pour Quill, c’est un véritable désastre qu’il va devoir gérer ; pour Phylla Mar-Vell, c’est l’occasion de s’habituer aux Nega-Bands de Quasar et pour Nova, c’est l’opportunité de se rapprocher d’une Gamorra pourtant à la solde des Phalanx. Il reste deux personnages centraux qui vont aussi avoir leur rôle à jouer : Wraith, un Kree qui n’a au départ aucun nom et qui cherche à venger le meurtre de ses parents ainsi qu’un réputé "sauveur" dans lequel Quasar et Moondragon placent beaucoup d’espoirs.

Deuxième étape et prolongement logique de l’univers cosmique Marvel, Conquest est la suite logique de la première saga. Le fait de voir que d’autres vilains vont profiter d’un état de faiblesse pour se manifester change du principe de remise à zéro des univers avant une nouvelle aventure. Et puisque dans l’espace Marvel, les peuples extra-terrestres sont tous plus ou moins belliqueux et enclins à conquérir les mondes voisins, on ne peut que considérer cette nouvelle attaque comme quelque chose de naturel. En fait, l’équipe éditoriale (avec Abnett et Lanning en tête) gère bien la chose et place un gros vilain connu comme chef de file de l’attaque. Un vilain fort logique mais vu qu’on est dans l’univers cosmique, légèrement en marge de l’univers terrien, c’est une arrivée inattendue et donc agréablement surprenante. Cela place le vilain comme un des plus puissants à placer en parallèle d’Annihilus, Galactus et consorts. Niveau bourrinade, c’est un cran en dessous de ce qu’on a pu lire précédemment. Même si on voit des personnages très puissants comme High Evolutionary qui n’a finalement que peu de goût pour la baston, on est pas dans les pouvoirs cosmiques à l’échelle de Galactus. Le fait que les Phalanx ait coupé leur zone de conquête du reste de l’univers limite aussi les pouvoirs de certains personnages comme Quasar, ce qui permet aussi de mieux gérer le temps des aventures.
Comme pour Annihilation, Conquest est finalement la mini-série la moins intéressante du lot, qui va permettre à tous les personnages vus avant de se rencontrer et de mettre une pillée au méchant de service avec bien entendu quelques retournements de situation. Personnellement, c’est la mini-série Star-Lord que j’ai le plus apprécié puisqu’on y trouvera les racines des Gardiens de la Galaxie avec des personnages comme Rocket Raccoon et Groot. La mini Quasar permet de retrouver le duo féminin de Phyla Mar-Vell et Heather Moondragon, un duo très attachant, qui joue une course contre la montre assez tendue. Wraith est un personnage finalement assez quelconque avec des motivations aussi très communes mais dont la présence est obligatoire pour la suite du récit. Chacun aura son petit rôle à jouer et la complémentarité de tous va leur permettre de gagner.
C’est finalement les épisodes de Nova qui sont assez surprenants. Au final, je pense qu’il aurait fallu publier plus d’épisodes pour donner du sens à Conquest. Mais les épisodes "zappés" sont résumés en une page et permettent au lecteur de comprendre que tout ce qui concerne le final de la série ne tombe pas du ciel. Enfin si, mais bon, vous m’avez compris.

Encore un très joli travail graphique avec des dessinateurs loin d’être stars mais qui font du très bon boulot. Sans réelle grande surprise, Mike Perkins fait dans le semi-réaliste avec le concours des couleurs de Guru eFX ; Timothy Green II emploie son style toujours aussi particulier et dessine la version de Rocket Raccoon qui me plaît le plus avec une version humanoïde de l’animal très convaincante. Son Groot est lui aussi très réussi ainsi que sa Mantis, très jolie pour un personnage presque humain. Mike Lilly, qu’on a pu voir entre autres sur Vampirella, continue au rayon héroïnes + monstres avec un résultat convaincant (si on excepte une case qui m’a donné une impression d’amateurisme), un rayon que ne renie pas non plus Sean Chen sur Nova avec deux héroïnes là aussi en belles formes ; Kyle Hotz fait une arrivée surprenante sur Wraith mais étant le titre à l’ambiance la plus sombre / horrifique, on peut comprendre la présence du dessinateur. Son Wraith m’a vraiment beaucoup fait penser à Dream, le Sandman de Neil Gaiman, et l’impression était du coup assez étrange mais pas gênante une fois rentré dans l’histoire. Finalement, le plus surprenant est le résultat que donnent Tom Raney et Wellington Alves. C’est vraiment très très réussi avec là encore un travail sur les couleurs (Frank D’Armata et Guru eFX) très particulier mais qui m’a beaucoup plu. Les personnages sont beaux, l’utilisation des ombres est bien maîtrisée, beaucoup de détails dans les planches (à défaut de les trouver dans les décors), bref, du bon boulot.

Conquest est donc le digne successeur d’Annihilation et n’a pas à en rougir. Il ouvre la voie pour les Gardiens de la Galaxie, une série dont j’ai entendu beaucoup de bien. Ce qui est aussi intéressant, c’est de voir que le concept général (une catastrophe est le terrain idéal pour qu’une autre arrive de suite) sera plus ou moins repris par IDW pour son couple Infestation / Infestation Outbreak avec de menues différences.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0