Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Autres éditeurs > Finding Gossamyr #1-4

Finding Gossamyr #1-4

samedi 15 mars 2014, par Mathieu Doublet

(Th3rd World Studios / David A. Rodriguez / Sarah Ellerton)

Jenna est une étudiante qui aimerait partir en Australie pour terminer ses études ou du moins les enrichir.
Mais elle a la garde légale de son jeune frère, Denny, un autiste particulièrement doué pour les mathématiques.
Alors qu’elle trouve enfin une école particulière pour Denny, le pinacle de la recherche mathématique, auto-financé
par les résultats du garçon, il se passe quelque chose d’étrange. Dans la salle où les étudiants passent l’examen
d’entrée à l’école, on leur montre un théorème particulier que Denny ne tarde pas à résoudre. Mais arrivé à un certain
point, il ne veut plus donner ses résultats ni même arriver à la conclusion de sa démonstration. Forcément le scandale
éclate et Jenna voit tous ses rêves s’effondrer. Le soir même, les jeunes sont contactés par l’enseignant qui a fait passer
le test. Malgré le début des recherches de Denny, il n’arrive pas à résoudre le théorème. Forcé par sa grande soeur, Denny va jusqu’au
bout de son travail et ouvre une porte sur un monde parallèle, Gossamyr, monde dans lequel Jenna et Denny ne vont pas tarder à
se retrouver enfermé.

David A. Rodriguez est un concepteur pour les jeux vidéos qui est finalement passé dans le monde des comics avec des séries méconnues
comme Starkweather pour Arcana Comics ou bien Shadowgirls qui a même connu un recueil chez Th3rd World Studios. Avec Finding Gossamyr,
il mélange l’heroic-fantasy avec les mathématiques puisque c’est ce domaine qui permet de lancer toute sorte de sorts. Denny devient donc
un personnage surpuissant, ce qui contraste forcément avec son naturel complètement déshumanisé, concentré sur ses centres d’intérêts et sa
mécanique routinière qui ne peut pas changer d’un iota. L’auteur ne se concentre d’ailleurs pas trop sur Denny qui est surtout une étincelle qui
fait avancer l’histoire quand elle stagne. Jenna est pour l’instant la protagoniste principale de l’intrigue et l’auteur prend bien soin à ne pas
en faire qu’une simple garde parentale pour le garçon surdoué. La jeune fille / femme a aussi pour elle des talents, des compétences qui lui serviront
dans l’histoire.
Le souci, vous vous en doutez, c’est qu’en quatre numéros, on n’a que le temps de survoler ce monde fantastique de Gossamyr. Rodriguez permet pourtant
de le développer aussi bien par l’histoire actuelle que par des flash-backs bien amenés. Mais il n’en reste pas moins que mon résumé reprend la quasi-totalité
du numéro un. Alors oui, cela place parfaitement les éléments mais ça mange aussi sur la totalité du premier arc.

Si le récit est clair, classique en matière de déroulement, il y a le traitement visuel que Sarah Ellerton apporte. La dessinatrice, qui a démarré par la case
webcomic (voir son site www.seraph-inn.com), propose des pages absolument superbes. Le merveilleux frappe rapidement les yeux avec
l’arrivée forestière dans Gossamyr. Alors certes, les décors ne sont pas détaillés, mais justement, Ellerton réussit malgré cette absence à ne jamais donner l’impression
de cases vides. Elle y arrive en placement parfaitement ses personnages et en travaillant sur une lumière qui permet toujours de gérer pas mal d’ombres. L’effet rendu est
parfaitement en accord avec ce récit qui tient beaucoup du conte de fées. L’ambiance est douce et accueillante pour tous les lecteurs. Les personnages semblent tout droit
sortis d’un dessin animé de Dreamworks et les peuples de Gossamyr sont variés et bien conçus.

Finding Gossamyr est donc un titre pour tous au rayon heroic-fantasy. Bien fichu pour une première approche, je suis impatient de lire la suite et de voir comment le monde va évoluer.
Sachant pertinemment que Sarah Ellerton ne peut pas produire un numéro mensuel avec la qualité que l’on peut lire, peut-être qu’un titre parallèle développant plus le monde pourrait être un avantage.
(Il faudrait d’ailleurs que je trouve les BD Free Comic Book Day de l’éditeur puisqu’on y retrouve des mini-récits à propos de Gossamyr.)