Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Image Comics > Rat Queens #1-5

Rat Queens #1-5

mardi 20 octobre 2015, par Mathieu Doublet

(Image Comics / Kurtis J. Wiebe / Roc Upchurch)

Elles sont quatre, savent se battre et aiment bien traîner dans des bars pour ... se battre, entre autres. Ce sont les membres des Rat Queens, l’une des nombreuses équipes d’aventuriers qui traînent dans le coin. Mais comme les concurrences sont rudes, autant dire que les épées et autres sorts magiques ne servent pas qu’à casser du monstre. Alors le maire de la ville, en ayant un peu marre que ses rues soient moins sûres lorsque les aventuriers les occupent, envoie tout le monde sur des quêtes de moindre importance. Sauf que ces quêtes semblent bel et bien être des attrape-nigauds puisque des assassins limite ninjas sont là pour s’occuper des héros. Ces attaques étaient-elles prévues par le maire ou quelqu’un tire-t-il les ficelles dans l’ombre ?

Si vous êtes un habitué du site, vous connaissez bien Kurtis J. Wiebe, scénariste des excellents Green Wake, Grim Leaper ou encore de l’honorable Peter Panzerfaust. Il s’attaque avec Rat Queens au genre heroic-fantasy avec tendance jeu de rôle. On est en effet en face d’une guilde de jeunes femmes de différentes races et origines qui se complètement assez bien aussi bien en compétences qu’en caractère. Il y a de la magicienne, de l’adoratrice de grands anciens, de la combattante bien bourrine et bien entendu,
de l’aventurière limite voleuse. Wiebe nous les présente bien et le fait que les quatre filles soient différentes permet de jouer sur leurs relations. C’est fun, c’est frais, elles ont toutes un petit quelque chose qui leur donne de l’épaisseur et qui peut être une voie potentielle pour de futures aventures. Les personnages secondaires ne sont pas en reste et sont aussi très vite identifiables.
On pensera forcément à Skullkickers en lisant Rat Queens pour son côté aventure avec juste ce qu’il faut de comédie. Car ici, même si les
personnages sont bien puissants, on est quand même dans un cadre assez léger et forcément très agréable à lire.

La valeur ajoutée au titre, c’est véritablement Roc Upchurch qui fournit un véritable tour de force. Ses personnages sont tout simplement sublimes,
on y retrouve non seulement un style très particulier mais aussi une superbe colorisation dont l’artiste se charge seul. On avait déjà pu voir les talents
de l’artiste sur Vescell (oui, si le prénom est différent, il s’agit bel et bien du même artiste, la preuve sur son site http://johnnyrocwell.blogspot.fr/.
Scènes d’action (attention, ça peut saigner), discussions, mimiques, la mise en scène est toujours percutante.

Bref, Rat Queens est un titre qui m’a beaucoup plus pour son côté amusant et son graphisme sublime. Une série à suivre de très près.


Mise à jour suite à la lecture de l’arc complet : Tout le bien que je pensais des trois premiers numéros est confirmé avec une chute aussi sympa que le reste même si finalement, les événements sont tout de même aussi sombres. Wiebe joue bien le mélange et pour l’instant, ça fonctionne parfaitement.

La série a connu des aventures dans le monde du réel mais j’en parlerai lors de l’écriture de la chronique du deuxième arc.