Onirique Comics 7.1

Accueil du site > Chroniques > Dark Horse > Sin Titulo HC

Sin Titulo HC

lundi 30 décembre 2013, par Mathieu Doublet

(Dark Horse / Cameron Stewart)


Alex MacKay est un jeune homme qui se décide enfin à rendre visite à son grand-père dans sa maison de retraite. Le jeune homme culpabilise et il va le faire d’autant plus que son grand-père est décédé. Etant le seul membre de la famille à s’être présenté, il récupère les affaires du défunt et découvre une photo assez étrange. En effet, son grand-père est en train de sourire alors qu’Alex l’a toujours vu comme quelqu’un d’extrêmement maussade. Peut-être est-ce la présence d’une jolie blonde à ses côtés qui lui donne le sourire ? A force de coïncidences, Alex va chercher à en savoir plus alors que les personnes qu’il rencontre sont autant d’indices qu’il devrait caler l’affaire. Mais le jeune homme va rapidement obtenir une tenace obsession ce qui ne laisse bien entendu présager rien de bon.

Sin Titulo a démarré sous forme de webcomics gratuit (d’ailleurs, vous pouvez toujours le lire sous cette forme a priori) après l’impulsion que Cameron Stewart a probablement reçu de son ami Karl Kerschl (L’abominable Charles Christopher). Le résultat est bluffant surtout si vous aimez les ambiances Lynchiennes. En effet, le héros et les autres personnages vont osciller entre rêve et réalité à moins qu’il n’y ait quelque chose d’autre dans cet arbre et cette plage qui reviennent sans cesse. Le héros va en prendre pour son grade et on comprend au fur et à mesure qu’il est déjà cassé depuis le départ, les scènes de flashback nous permettant de mieux comprendre qui il est et pourquoi il s’obstine dans une recherche qui ne semble apporter rien de bon. Avec une belle montée en tension assez crispante par moment, Stewart conclue son récit dans un climax logique et écrit une jolie fin qui donne bien tout le message du bouquin comme un subtil mélange d’introspection et du pourquoi de l’Art.

Stewart est aussi dessinateur et c’est pour cela que je le connaissais le mieux. Souvent présent chez DC que ce soit dans sa branche super-héroïque (Batman & Robin, Catwoman, ...) que chez Vertigo (Seaguy toujours en compagnie de Grant Morrison), le dessinateur a aussi touché aux bouquins plus indépendants (The Apocalipstix, BPRD, ...). Pour Sin Titulo, il réussit à fournir un côté minimaliste à son livre en se contentant d’une colorisation monochrome, le marron de la couverture servant à aussi bien à colorier qu’à définir des zones d’ombres. Le dessin est rond et très agréable à l’oeil avec pourtant son lot de scènes assez violentes ou gores ce qui donne un bouquin très agréable à l’oeil mais en aucune façon chargé de guimauve.

Sin Titulo a gagné l’Eisner Award du meilleur webcomic en 2010 alors que celui-ci n’était pas terminé. Je lui en aurais donné volontiers un autre en 2013, une fois que l’oeuvre était achevée. Il faut dire que ce genre de récits alliant drame psychologique, intrigue un peu policière, un peu surnaturelle, me convient tout à fait.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0