Onirique Comics 7.1

Accueil > Chroniques > Marvel Comics > The Ultimates 2

The Ultimates 2

lundi 23 juillet 2007, par Mathieu Doublet

(Marvel / Mark Millar / Bryan Hitch)

Annual 1 : Mark Millar / Steve Dillon
Annual 2 : Charlie Huston / Mike Deodato Jr. & Ryan Sook)

La mini-série est composée de 13 numéros.


Cela fait un an. Un an que les Ultimates ont mis une pâtée à Hulk, une créature qui a dévasté New York, causant des centaines de morts.
Pour le public Bruce Banner est mort, ce qui est loin de la vérité, car le SHIELD ne peut se séparer d’un des scientifiques qui travaille
sur le projet de super-soldat. Cela fait aussi un an que les Ultimates ont battu une attaque extra-terrestre.

Et voilà la bande de super-héros américains avec Nick Fury à sa tête qi se réunit dans leur QG. Au nord de l’Irak, quelques bénévoles sont pris en otage par
des soldats irakiens. Les Ultimates peuvent agir et doivent le faire. Seul problème, comme le souligne Vif Argent : les USA ont promis que les Ultimates resteraient
à l’intérieur du pays et ne lanceraient aucune opération en dehors du pays. Pour Nick Fury, ça n’est pas vraiment un problème et Captain America soutenu par quelques
uns de ses collègues va arriver sur place et faire sa loi. Ce qui se trouve être assez facile : désarmer plusieurs hommes d’un seul regard, c’est quand même drôlement fort.

Mis à part cela, chaque membre des Ultimates a ses petits problèmes : Tony Stark doit gérer le côté humanitaire de cette opération en Irak, Janet Pym et Steve Rogers doivent
travailler sur leur couple et leur différence d’âge et Hank Pym (ex-mari de Janet) continue de discuter avec Bruce Banner et lui montre une nouvelle idée de super-soldat. Quant
à Thor, son cas psychiatrique n’est toujours pas vraiment arrêté mais quand il discute avec une personne imaginaire dans un restaurant, le supposé fils d’Odin ne met pas toutes les
billes de son côté.

Avec ce résumé et la lecture de la mini-série, ce qui saute aux yeux du lecteur, c’est que l’écriture de Mark Millar est très maîtrisée. En effet, tous les problèmes de cette
seconde saison sont introduits dans ce premier numéro. Millar les développera jusqu’au bout même s’il utilisera parfois des détours alambiqués. Si toute l’équipe des super-soldats
européens aura son utilité plus tard, avouns que cette équipe avec Captain Britain mériterait d’être plus développée. Une autre équipe repose la question de la célébrité des super-héros :
il s’agit des Defenders, souhaitant être aussi célèbres que les Ultimates et cherchant à tout prix des grosses pointures à pouvoirs pour dénicher des sponsors. La célébrité ne semble plus
être un problème pour l’équipe de Captain America (sauf peut-être pour Janet) et ce côté "super-star" est bien moins poussé que lors de la première saison. Dommage.

The Ultimates, c’est un peu le blockbuster de Marvel et donc, de l’action à foison à la limite de l’overdose. Malgré ses problèmes à tenir les délais de production, Bryan Hitch sera aux commandes
de tous les numéros de la mini-série. Et avouons que même si la série aura duré plus de daux ans (Marvel triche d’ailleurs sur la copyright du dernier numéro laissant penser que la série a gardé un rythme
bimestriel), les dessins de Hitch valent largement le coup. De coups il sera donc question et aussi bien sur les planches fourmillant de détails que dans le figure du lecteur. Car celui-ci en aura largement
pour son argent, Hitch allant même jusqu’à placer dans le dernier numéro une planche de huit pages absolument bluffante.

The Ultimates saison 2 est donc le digne successeur de la première série. Les auteurs avaient pensé à hauy et plus fort et avouns qu’ils ont réussi même si dans l’ensemble, il n’y a qu’une seule histoire et
non deux comme précédemment. Précisons aussi si besoin en était que The Ultimates n’est pas un comic-book à mettre entre toutes les mains : certaines scènes sont à la fois ultra-violentes et aussi très graphiques.
A ne pas donner à son petit cousin pour lui donner envie de lire des bandes dessinées donc. Mise à part cela, The Ultimates est une très bonne lecture plein de testostérones. Amateurs d’action, accrochez-vous à votre
siège.

P.S : Les deux numéros annuels des Ultimates volume 2 sont très différents. Déjà parce que le premier est laissé aux bons soins de Mark Millar qui raconte un petit récit à propos de Nick Fury. Récit anecdotique qui
précise toutefois la façon de penser du chef des Ultimates. Steve Dillon se charge de la partie graphique et se laisse guider par le script avec un ensemble satisfaisant.

Le second est déjà moins bon. La faute n’en revient pas à Mike Deodato ou à Ryan Sook qui se partagent les planches mais bel et bien au scénario de Charlie Huston qui mis à part pour présenter les versions Ultimates
de Sam Wilson et de Arnim Zola, ne fait pas grand chose de plus et se révèle peu cohérent. Bref, un léger faux pas pour la mini-série. Mais heureusement, ce récit est complètement en parallèle de la mini-série (ce qui
est un peu le cas du premier numéro annuel même si il est plus précisément situé dans la continuité du second volume).


Pour acheter ce livre :

En VO :

Et il y a fort à parier qu’un volume hardcover agrandi voit le jour d’ici peu.

En VF :

La mini-série est publiée dans la revue kiosque Ultimates. Si on suit une certaine logique, il ne serait pas impossible qu’un volume Marvel Deluxe soit prévu comme ça a été le cas pour le premier volume des Ultimates.