Onirique Comics 7.1

Accueil > Para-comics / Meta-comics > Walrus : Brandon Graham’s All Bum Album

Walrus : Brandon Graham’s All Bum Album

samedi 7 décembre 2013, par Mathieu Doublet

(Picturebox / Brandon Graham)

Un papier facile à écrire, encore que. En tout cas, très rapide et pour cause, il n’y a pas de paragraphe de résumé. Pourquoi ? Parce que Walrus n’est pas une bande dessinée mais un sketchbook ou, comme on dit par chez nous, un carnet de croquis. Habituellement, on les trouve auprès des artistes eux-mêmes sur leurs stands pendant les conventions. Ils se composent en général d’une trentaine de pages et coûtent finalement horriblement cher si l’artiste ne fournit pas un croquis à l’intérieur. Mais c’est surtout l’occasion de voir des illustrations plus ou moins inédites, souvent en noir & blanc, voire en crayonnés ce qui permet de s’approcher au plus près du boulot de l’artiste. Et puis sachant que les tirages sont souvent fort limités, le coût de production est forcément élevé.

Bref, tout ça pour vous dire que le sketchbook de Brandon Graham, auteur émérite de King City, Multiple Warheads ou encore de la nouvelle version de Prophet, ne fait une fois de plus pas les choses comme les autres. Car pour le même prix, vous aurez un joli bouquin souple, à la couverture à rabats, bourré de la première de couverture jusqu’à la quatrième de dessins et autres collages. Ca va durer 112 pages (enfin d’après ce qu’en dit la mamazone), et vous y trouverez du Graham mais pas que. Car si l’artiste a des visions bien tranchées sur la bande dessinée (il n’y a qu’à lire son twitter pour s’en rendre compte), son carnet de croquis est ouvert à tous ses potes de passage. Il s’agira bien entendu de Marian Churchland, sa compagne mais aussi de gens comme James Orc Stain Stokoe qui traînent dans le même studio.

Vous retrouverez donc après une courte bande dessinée qui ouvre le bouquin, pas mal de croquis, qui vont de la création originale au croquis réaliste tout en passant par le fan-art qui montre l’amour de Graham à la fois pour les mangas plus ou moins à la sauce américaine (on rencontre les héros d’Appleseed ou de Dirty Pair par exemple) et pour Moebius. Les dessins sont plus ou moins finis, allant du croquis jusqu’au dessin colorisé avec toutefois des teintes toujours assez neutres. Si c’est finalement assez sage au niveau des couleurs, il faut se mettre en tête que Graham fait de la bande dessinée plutôt pour ados et adultes. Sans aller jusqu’à ses oeuvres pornographiques, vous rencontrerez des demoiselles fort peu vêtues ou dans des positions assez équivoques.

Pour le fan que je suis, Walrus est un bouquin qui vaut énormément le coup. Possédant toujours son lot de détails et de mauvais (ou bon, c’est selon votre humour) à peu près, on voit l’artiste se demander en fin de bouquin s’il ne devrait pas arrêter les jeux de mots foireux. La réponse est "non !" de mon côté et je l’espère du vôtre aussi. Si vous aimez les univers barrés, l’utilisation de l’image, du caractère sous toutes ses formes et avec une inspiration SF prononcée (aussi bien chez les franco-belges que chez les japonais), Walrus peut être une belle porte d’entrée dans l’univers d’un artiste hors-norme.


Pour acheter ce livre :

En VO :

Sur Amazon.com :

Sur Amazon.fr :